Lettre ouverte à Régis Debray par P-M Couteux – La pensée du jour

Share

“Apparait à travers vous le pénible paradoxe de l’intellectuel français, enfermé dans le dédain de la nation et la mauvaise conscience radoteuse, alors qu’il ne serait plus sans elle qu’un filet, et que, au contraire, s’afficherait-il écrivain français, les épouvantables désordres du monde lui donneraient aujourd’hui un rayonnement renouvelé, réinstallant même dans les termes du XXIe siècle une certaine idée de la France […] Si la France est morte en 40, il est douteux qu’une de ses dernières plumes volette encore bien loin. Vous vous abolissez vous-même si vous abolissez la France: si elle meurt, parlez plus bas; si elle est morte, taisez vous un peu. La mort de parle pas.”

à suivre

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *