Belgique : rumeur d’abdication du roi Albert II – LeMonde.fr

Share

Des médias belges évoquent, mardi 19 octobre, une possible abdication du roi Albert II au profit de son fils aîné, Philippe. Lassé par la crise politique déclenchée en 2007 et désireux de profiter du climat de calme que pouvait offrir la présidence belge de l’Union européenne, le chef de l’Etat devrait, selon ces rumeurs, abdiquer au mois de décembre.

Ce scénario s’est effondré avec la chute de la coalition d’Yves Leterme, les élections législatives du mois de juin et l’échec répété des négociations qui ont suivi, a notamment affirmé le quotidien Het Laatste Nieuws.

L’information n’est confirmée à aucune source. Il n’est pas habituel, en Belgique, qu’un roi abdique. Le dernier en date, Léopold III, y a été contraint en 1951, après les polémiques et les violences consécutives à sa volonté de remonter sur le trône alors que l’opinion se divisait sur son attitude durant la Seconde guerre mondiale. Léopold III avait abdiqué au profit de son fils, Baudouin Ier.

“ROI DE TRANSITION”

Albert II a succédé à son frère en 1993, après le décès inopiné de celui-ci en Espagne. Décrit comme un possible “roi de transition”, l’actuel chef de l’Etat est finalement resté en place, sans doute pour éviter à son pays de connaître d’autres tourments. Il est, en effet, décrit comme une figure consensuelle alors que son fils, Philippe, ne fait pas l’unanimité.

Des partis indépendantistes flamands, hostiles à la monarchie ou, en tout cas, favorables à une réduction de ses pouvoirs auraient pu profiter de cette transition pour hâter un peu plus le processus d’éloignement des communautés nationales.

Présentée comme l’un des derniers facteurs de cohésion du pays, la monarchie est perçue de manière positive par une majorité de Belges, tant en Wallonie qu’en Flandre. Albert II ne pouvait donc se permettre de renoncer à ses pouvoirs dans le contexte politique actuel.

Mardi, pour la énième fois, il a donc repris ses consultations pour déterminer s’il pouvait relancer le dialogue entre les partis, plus de quatre mois après le scrutin. La veille, la mission du “clarification” de l’indépendantiste flamand Bart De Wever avait buté sur l’hostilité des quatre partis francophones.

Jean-Pierre Stroobants

via Belgique : rumeur d’abdication du roi Albert II – LeMonde.fr.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *