L’Egypte joue à la démocratie comme des petites filles à la dinette via AFP

Share

Le parti au pouvoir en Egypte a remporté 419 sièges sur 508 aux élections législatives, dont le second tour s’est tenu dimanche 5 décembre, soit plus de 80 % des sièges de l’Assemblée, a indiqué lundi la Haute Commission électorale.

Quinze sièges sont allés à l’opposition contre 70 pour des indépendants, selon les chiffres communiqués à la presse par la commission.

Le Parti national démocrate (PND) du président Hosni Moubarak s’était retrouvé en position d’hégémonie après le boycottage du second tour par les principales formations de l’opposition islamiste (les Frères musulmans, principale force d’opposition du pays) et laïque (le parti libéral Wafd).

Sur les 518 sièges que compte l’Assemblée du peuple, la plus importante des deux chambres du Parlement, 508 étaient ouverts à la compétition électorale ; les dix restant sont directement attribués par le président Hosni Moubarak.

En fait, les résultats du premier tour des élections législatives égyptiennes n’avaient pas encore été publiés, lundi 29 novembre, que l’issue du scrutin qui s’est tenu dimanche dans un climat de fraude et de violence ne faisait guère de doute : les Frères musulmans se voyaient pratiquement éliminés du Parlement égyptien.

La confrérie, théoriquement interdite par le pouvoir mais tolérée dans les faits, détenait jusqu’à présent un cinquième des sièges dans l’ancienne chambre basse du Parlement et, sous l’étiquette “indépendants”, constituait la première force d’opposition au gouvernement du président Hosni Moubarak, avec quatre-vingt-huit élus. Si les résultats officiels du premier tour du scrutin ne sont pas attendus avant mardi, Saad al-Katatni, chef de file des élus islamistes de l’assemblée sortante, a indiqué lundi qu’aucun des cent trente candidats présentés par les Frères musulmans n’avait décroché l’un des cinq cent huit sièges de député en jeu à l’issue du premier tour. Et seule une poignée d’entre eux pourra briguer les suffrages des électeurs lors du second tour prévu le 5 décembre.

“Il y a eu des trucages et nous avons déposé un recours contre les procédures de vote”, a indiqué M. Katatni, qui n’a pas conservé son siège de député à Minah, au sud du Caire, un mandat qu’il avait remporté en 2005 avec trente cinq mille voix, contre douze mille pour son principal rival.

“UN GOÛT DE SANG, UNE ODEUR DE POUDRE”

La presse et des observateurs indépendants ont en effet rendu compte de très nombreux cas de fraude et de violences lors du premier tour. Le quotidien indépendant Chourouq citait par exemple le témoignage d’un juge de la région de Guizeh, près du Caire, affirmant avoir vu des officiers de police bourrer des urnes. Selon les sources, deux à quatre égyptiens auraient trouvé la mort dans des affrontements entre militants ou provoqués par des hommes de main recrutés par des candidats, une pratique fréquente en Egypte.

“Ces élections ont un goût de sang et une odeur de poudre. Les citoyens ont été sacrifiés pour que le PND [le Parti national démocratique d’Hosni Moubarak] reste au pouvoir”, a affirmé la Coalition indépendante pour l’observation des élections. Cette fédération d’observateurs non gouvernementaux égyptiens a diffusé un dossier décrivant en détail quatre-vingt-trois cas d’irrégularités ou de violences, dans treize des trente gouvernorats d’Egypte. Le PND est mis en cause dans un grand nombre de cas, mais des candidats indépendants ou d’autres partis sont aussi cités. “L’exclusion répétée de représentants de l’opposition et d’observateurs des bureaux de vote, de même que les informations faisant état de violence et de fraude, suggèrent que les citoyens n’ont pas pu prendre part à des élections libres”, écrit de son côté un responsable de Human Right Watch, Joe Stork, dans un communiqué.

Le ministre de l’information, Anas al-Feki, s’est en revanche félicité dans un communiqué du “haut degré de transparence” du scrutin. Il a assuré que les incidents, “limités”, n’avaient “pas affecté la conduite générale et l’intégrité de l’élection”.

Des analystes avaient prédit que le pouvoir ferait tout pour marginaliser les islamistes sur la scène politique avant l’élection présidentielle de 2011 à propos de laquelle le chef de l’Etat, âgé de 82 ans et de santé fragile, reste muet. “C’est un niveau de fraude entièrement différent, indiquait ainsi Chadi Hamid, du Brookings Doha Center. “Cela laisse penser que le régime s’inquiète de la transition qui arrive et ne compte prendre aucun risque.”

1 thought on “L’Egypte joue à la démocratie comme des petites filles à la dinette via AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *