tu manges ou tu jettes?

Share
Déchets alimentaires, la plaie des sociétés modernes
Déchets alimentaires, la plaie des sociétés modernes

Si, comme moi, vous vivez avec un adorable obsessionnel de la date de péremption, ce post est pour vous et pour l’adorable énergumène précité. Grace à Fanny Lentz et Yahoo news nous allons tous ensemble révisé les principes qui seront bien utiles à la veille de Noël et de frigo archi pleins. IGTBB

Il convient avant tout de distinguer deux notions de base : la date limite de consommation (DLC) et la date limite d’utilisation optimale (DLUO).

La DLC pour les produits frais

La DLC s’applique aux produits frais (produits laitiers, viande, poisson…), contenant beaucoup d’eau, terrain favori des microbes à l’origine de problèmes de santé (gastro-entérite, infection aux staphylocoques, aux mycotoxines, listériose, salmonellose, botulisme, etc.). La DLC est stricte (« à consommer jusqu’au »), il faut vraiment la respecter.

« Je mange les yaourts périmés d’une semaine, est-ce grave ? », se demande Marion. Pas de panique : les yaourts font exception car, pasteurisés, ils sont démunis de microbes. Ils peuvent être consommés jusqu’à deux semaines après leur DLC si leur aspect et odeur sont normaux (sauf si l’opercule est bombé).

Mais attention, la DLC ne s’applique plus une fois le produit ouvert. Il faut alors consommer l’aliment très rapidement, dans les 48 h pour les jus, 3 jours pour le lait UHT, etc. Les restes d’une conserve ouverte, placés dans un récipient fermé, peuvent être gardés 2 jours au réfrigérateur.

La DLUO pour les produits secs

« Je jette mes céréales dès qu’elles sont périmées », déclare Vanessa. La jeune femme pourrait encore les garder un peu. En effet, les céréales possèdent une DLUO (« à consommer de préférence avant le/avant fin »), seulement indicative, comme tous les aliments secs (pâtes, riz, biscuits…) mais aussi les produits lyophilisés (café, épices), déshydratés (purée, soupe), stérilisés (conserves), salés (charcuterie), fumés (poisson), congelés, surgelés, les fromages affinés, le lait UHT et la plupart des boissons. Ces produits, s’ils sont consommés au-delà de la DLUO, perdront de leur saveur mais ne présenteront pas de risque pour la santé.

Direct à la poubelle !

Même si la DLC ou DLUO n’est pas passée, ces signes doivent vous alerter :

– Les yaourts dont l’opercule est gonflé ;
– Les conserves dont le couvercle est bombé (risque de botulisme) ;
– Les œufs dont le blanc n’est pas transparent et le jaune pas ferme (les œufs se conservent 21 jours au réfrigérateur) ;
– Les viandes et poissons sentant mauvais, à l’aspect gluant, changeant de couleur (gris-vert pour la viande), dont l’emballage plastique est gonflé ;
– Les pains avec des traces de moisissures (toxique, voire cancérigène) ;
– Les aliments riches en eau avec des moisissures – compotes, jus, légumes (risque d’intoxication alimentaire) ;
– Les aliments qui ont été congelés puis recongelés.

Rangez correctement les aliments dans votre réfrigérateur pour mieux les conserver :

• En haut (moins de 4°C) : viandes et poissons crus, charcuterie, fromage au lait cru, plats cuisinés, produits en décongélation ;
• Au milieu (de 4 à 6°C) : produits laitiers, fromages frais, desserts lactés, tout ce qui est cuit (viande, poisson, légumes) ;
• Dans les bacs : fruits et légumes crus ;
• Dans la porte : œufs (sortis de leur emballage), confiture entamée, beurre, boissons.

Fanny Lentz – © Pampa Presse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *