j’ai rencontré Le Mans

Share

Cette semaine est à marquer d’une pierre blanche. C’est ma semaine de l’Ouest ou plutôt du Nord Ouest français… des Pays de la Loire à la Bretagne en passant par la Normandie, voici des contrées où je ne m’aventure guère… Je suis

La cathédrale Saint-Julien au Mans

frileux à tous points de vue et une longue année passée à Nantes à inscrire sur les murs de mon studio le nombre de semaines qui me séparaient de ma libération n’a fait qu’endurcir en moi cette certitude intime : je n’aime l’Ouest qu’au sud de la Loire !

Bon en fait je pense que je devrais dire la même chose de l’Est mais ce n’est pas le sujet du jour …

Revenons en à nos moutons ou plus exactement aux belles pierres du Mans, car sachez le, à une heure de Paris en TGV vous trouverez une ville où toutes les vieilles rues se nomment ainsi : pierres de ceci, pierres de cela  en un mot c’est ma ville !

Je ne vais pas m’appesantir lourdement sur l’accueil culinaire de mes hôtes Manceaux  … la qualité de cet accueil n’a d’égal que l’incroyable quantité de nourriture que j’ai pu ingurgiter en l’espace de 48H … en un mot : merci!

Disons le franchement, au premier abord, Le Mans est une ville de province comme il y en a des milliers en France et plus particulièrement dans la Sarthe et pourtant celle là conserve jalousement un trésor; le centre ville historique, bordé de cette muraille rouge qui lui donna son premier surnom. Au coeur de ces vieilles rues à l’ombre desquelles quelques gentils garnements descendent, la nuit venue, bières et autres  réchauffes entrailles, on découvre une cathédrale. Une citadelle religieuse difforme  dont les déséquilibres attirent l’oeil, il s’agit de Saint-Julien.

Une fois passée la lourde porte de bois du transept ce sentiment étrange de difformité vous saute aux yeux, à gauche une nef romane s’étend en longueur, à droite un coeur gothique s’étend jusqu’au ciel.  Je ne vous raconterai pas ici l’histoire qui a fait de cette cathédrale un exemple rare du mélange des styles au travers des siècles; vous ferez aussi bien, pour vous renseigner de lire l’article wikipédia relativement bien fait et correspondant à ce que j’ai vu sur place.

Amis qui chaque été prenez la route vers l’océan et qui passe par le Mans. Prenez quelques heures, entrez dans la ville qui partageât  son histoire avec la glorieuse famille des Plantagenet et arrêtez vous pour admirer l’oeuvre que toute participa à élever tout au long de quatre siècles.

IGTBB

5 thoughts on “j’ai rencontré Le Mans

  1. Hein? Mes grands parents étaient dans la banlieue du Mans, j'ai visité 300 fois la ville, ils m'ont jamais sorti cette expression. J'aurais pensé à Albi, ou Nanterre, comme ville rouge 🙂

  2. "le centre ville historique, bordé de cette muraille rouge qui lui donna son premier surnom." et justement, c'est quoi ce premier surnom?? La rillette rouge?

  3. Cher auteur,

    Vous ne m'y prendrez point ! Ô men-songe ! Je tiens à préciser deux choses : le Sud-Ouest tout d'abord, the right and unique, se trouve au Sud de la Garonne. Et le Mans, figurez-vous qu'il est bien au Nord, dans le Grand Nord même, celui de la friscaille et des giboulées.

    Toutefois, je ne déments qu'en province, la quiétude et la richesse architecturale du seul vieux centre a ses atouts.

    Mais que diable, n'essayez plus de nous embrouiller avec ses données géographiques erronées !

    Vous embrasse,
    Pi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *