les parisiens tuent leurs nuits pour mieux achever leurs gays ! (SIC)

Share

le-marais-300x225De retour de mes aventures presque lointaines dont j’aurai l’occasion de vous reparlez bientôt, je pris ce matin le chemin du bureau, un peu comme chaque matin, frissonnant sous les coups de butoir d’un vent glacial qui nous laisserait penser que définitivement la fin du monde est bien pour 2012.

Mon périple matinal passe par la place du Colonel Fabien et le ramassage de 20 minutes, opération mal aisée qui nécessite un talent du slalom entre les mégères non apprivoisées du Nord-Est parisien.

Une fois au chaud, blotti entre deux mastodontes, quelle ne fut pas ma surprise, en tournant la première page de mon journal de découvrir de longs développements intitulés : « Le Marais tente de rester gay » et « Le Spyce fait le pari de la créativité pour maintenir la vie de quartier ». 20 minutes se lance donc dans le sujet « fashion » du moment : les parisiens tuent leurs nuits pour mieux achever leurs gays !

Il y a quelques jours, une bière à la main, le sujet était évoqué devant moi par un inénarrable et talentueux blogueur de mes amis qui exprimait en quelques sentences bien senties son agacement grandissant face à la victimisation d’une communauté… Alors « le monstre » s’en va-t-il vraiment ? Et est ce grave ?

Il faut déjà utiliser certains mots avec discernements, ne nous empêchons surtout pas de rappeler des évidences qui semblent échapper à certains… tous les gays ne sont pas dans le Marais et surtout il n’y a pas que des gays dans le Marais !

Au fil des ans les établissements se sont agglomérés jusqu’à former un tissu commerçant dense qui a fait de ce quartier l’espace privilégié de visibilité des gays, certains allant jusqu’à dénoncer l’esprit ghetto qui marquerait ces quelques rues apprivoisées par des homosexuels plus ou moins visibles.

Un quartier à forte densité gay à deux usages : en premier lieu il permet de dégager un espace d’amusement où la minorité devient la majorité et où elle peut imposer ses codes et ses modes de fonctionnement. En second lieu, la préservation de l’identité de ce quartier est un acte militant pour beaucoup qui y font les premiers pas menant à l’acceptation de soi.

marais-is-so-cool-L-6Maintenant le Marais est un endroit qui, comme tous les autres, est soumis aux règles de l’offre et de la demande, la disparition de la clientèle fragilise les vieux bars historiques qui finissent par fermer. La vraie question que l’on doit dès lors à se poser est celle des raisons qui poussent la clientèle à fuir les bars du Marais. 20 minutes avance ses explications : « Autrefois, le bar était le lieu de drague des gays, explique Rémi Calmon. On y passait forcément pour rencontrer du monde. Aujourd’hui, il y a Internet ! » Autre temps, autres mœurs. Les habitués du quartier le savent. « L’identité du Marais, c’était aussi le militantisme, observe Walter Paluch (SIC). S’afficher dans les bars n’était pas anodin. » Des combats devenus des acquis pour une nouvelle génération moins revendicatrice. « Les jeunes ne fréquentent pas que des lieux communautaires parce qu’ils ne veulent pas être réduits à leur sexualité », remarque Rémi Calmon. »

Quel aveuglément par rapport à la réalité du monde de la nuit à Paris. En fait le constat est le même partout… commençons par la réalité qui fâche… les parisiens sont très souvent des petits merdeux prétentieux doublés, dans le marais, d’un côté princesse sur le retour assez pitoyable … qui veut vraiment passer des soirées avec eux ?

Dans le marais plus encore qu’ailleurs, les prix des consommations sont exorbitants ce qui impose à beaucoup de choisir entre boire et manger car personne n’a les moyens de faire les deux en une seule soirée …

Quand vous ajoutez à cela un service d’une rare incompétence et surtout désagréable à un niveau jamais atteint à Paris où c’est pourtant la spécialité locale … vous comprendrez rapidement que les clients fuient vers des cieux plus accueillants comme par exemple le Rosa Bonheur au cœur du parc des Buttes Chaumont

Si le Marais veut survivre il doit commencer par changer et cesser de considérer les gays, ses clients privilégiés, comme des bourses ambulantes qui n’attendent qu’à se faire …pillées !

A suivre, un jour peut être, le Marais doit il survivre…

IGTBB

PS. 5 ans après cet article la “dégayification” s’est accentuée… boutiques gay friendly et bars ont fermé comme le Spyce qui devait “relancer la vie de quartier” …

à suivre Mettre à mort les cafés parisiens

6 thoughts on “les parisiens tuent leurs nuits pour mieux achever leurs gays ! (SIC)

  1. D’un coté, il est bien normal que le militantisme disparaisse, étant donné que les associations gay se désinteressent de plus en plus des problemes des gay.

    Prenons par exemple les licenciements pour homosexualité. Les associations gay n’apportent aucune aide pour les porcedures. La CGT, bien que parasitant chaque evenement gay en distribuant les autocollants, ne réponds jamais aux gay demandant de l’aide face aux problemes que rencontresnt les gay dans le monde du travail.

    Quand à l’inter LGBT. Son dirigeant actuel est bien trop occuppé à parader devant les caméras et récupérer les numéros de téléphones de contacts au parti socialiste.
    Du coup, il n’a absolument pas le temps de répondre aux gay qui lui demandent de l’aide.

    Avec des assocs pareil, il est bien normal que les homos leur rendent la monnaie de la piece en ne s’investissant plus dans les “combats” gay.

    La lutte pour la cause gay est finie, le droits effectifs regressent, malgré une profusion de lois hypocrites contre l’homophobie qui ne sont pas appliqués…

    Il faut que les association qui privilegient politique et interets personnels disparaissent, pour que l’on puisse defendre à nouveau les droits des gay efficacement

  2. C'est toujours un peu la même histoire : si ça ne marche pas, c'est la faute des autres…. Avec des serveurs un peu sympas, et des prix plus abordables, il y aurait peut-être un peu plus de monde dans les bars du marais !!!

  3. l'article étant reproduit sur gayvox voici une partie des commentaires qu'on peut y trouver :

    "toma75019 le 03/02/2011
    Titre : Le Marais
    Commentaire :
    Laissez-nous notre quartier pour nous!!!!!
    On y passe tellement de bons moments…

    kerwin le 03/02/2011
    Titre : exclusion regrettable !
    Commentaire :
    Ayant été moi – même exploitant d 'un Bar Gay pendant 9 ans ,
    je constate une reelle évolution dans les sorties homo . La société
    nous force à beaucoup de discrétion et je pense que nous devons
    respecter ce coté privé de nos vies . Nous ne devons pas mettre en valeur notre choix sexuel ,mais nos quatilés professionnelles reelle dans bien des cas ! Kerwin

    shopshop42 le 03/02/2011
    Titre : inévitable
    Commentaire :
    comme ses habitants le marais a une dlc précise et comme il n'évolue pas il finit par être déserté et c'est une bonne chose! les guettos sont des lieux ridicules aujourd'hui! qui aimerait aller dans un bar a vieille folle qui sent le formol […]? les lieux ouverts sont l'avenir, je préfère m'amuser dans une boite ou un bar où homos et hétéros sont mélangés sans que personne ne trouve à y redire et le marais en est l'opposé
    et bravo pour la lucidité de l'analyse sur les parisiens, ces merdeux prétentieux qui ne voient que par leur capitale alors que la vie est bien mieux en dehors

    micky20 le 02/02/2011
    Titre : ?
    Commentaire :
    J'y ai cru jusqu'au bout !
    Le second article que je lis (après celui sur têtu) où l'auteur ne raconte pas d'énormes inepties, ou impose son idée bidon.
    J'y ai cru jusqu'aux deux derniers paragraphes : ridicules.
    (je ne suis pas parisien et c'est d'ailleurs pas de quoi je parle)

    mekjuvisy le 02/02/2011
    Titre : L'avenir du marais
    Commentaire :
    "Les parisiens sont très souvent des petits merdeux prétentieux doublés, dans le marais, d?un côté princesse sur le retour assez pitoyable ? qui veut vraiment passer des soirées avec eux ?"
    C'est tellement vrai ! J'ai connu dans les années 80-90 un quartier beaucoup plus convivial. Aujourd'hui, on a vraiment l'impression en engageant la conversation qu'on emmerde l'autre. En plus, c'est à qui fera le plus la gueule… J'y sors moins et ca ne me manque pas.
    C'est tellement vrai."

  4. Je ne pense pas que la loi du marché soit une explication de la "dé-gaytoïsation" du Marais. J'ai plutôt l'impression qu'une génération arrive, qui se moque totalement des combats qui ont pu être menés auparavant, qui ne relaie pas non plus les combats actuels (mariage homo) et qui pense être affranchie de ce lieu communautaire. Une nouvelle génération qui vit sa/ses sexualité(s) librement sans se poser la question de la possibilité de cette liberté.

    Et puis Paris n'est peut être plus le point de rencontre des gays de France pour la raison qu'en région, des lieux communautaires ouvrent, devenant à leur tour des esapces d'affirmation identitaires.

    En tout cas, je pense qu'il sera toujours nécessaire de pouvoir s'afficher pour exister en tant que communauté et soutenir des combats sociaux. Même si le Marais n'est finalement qu'une seule facette de ce que l'on choisit d'être.

    1. ah ma poupette c'est justement la théorie de ceux qui tiennent le marais … une nouvelle génération moins combattive et "déghettoisée" … je partage ton point de vue sur la nécessité d'exister en tant que communauté et sur le fait que d'autres facettes existent ainsi que d'autres lieux et quartiers mais pour ce qui concerne le marais je persiste à croire que le citron à force d'etre pressé est parti se faire voir ailleurs … des bars gay, des librairies gay, des galeries d'art gay (!) soit … mais des agences immobilières, des boulangeries et j'en passe …

      1. Est ce que cette sur-gayté du Marais n'est pas, finalement, l'attente de pittoresque des touristes? Et je me disais, réfléchissant à la désertification gay du Marais, que de toute façon Paris devenait une ville vieille, pleine de trentenaires (brrrrr, je frémis en écrivant ce mot) et de quarantenaires (argggg je me meurs) et que les lieux festifs se réduisent à peau de chagrin. Du tea dance et du Seven to One, ok, mais de la boîte????!!!! M'est avis que les bars branchés gay seront remplacés vite fait bien fait par des brunchs…. gay aussi. Tout ça pour une clientèle vieillissante (dont nous sommes) qui vit encore dans l'affirmation et a besoin de s'afficher pour exister.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *