tu ne te marieras point

Share

Les sages ont parlé en ce 28 janvier 2011. Les couples de même sexe sont donc libres de vivre en concubinage ou de conclure un pacte civil de solidarité (PACS). S’agissant du principe d’égalité, le Conseil a jugé qu’en maintenant le principe selon lequel le mariage est l’union d’un homme et d’une femme, le législateur a, dans l’exercice de sa compétence, estimé que la différence de situation entre les couples de même sexe et les couples composés d’un homme et d’une femme pouvait justifier une différence de traitement quant aux règles du droit de la famille. Il n’appartient pas au Conseil constitutionnel de se substituer au legislateur pour étendre le droit au mariage aux homosexuels.
On peut bien sur être légitimement déçu par cette décision mais l’on ne peut être surpris quand elle vient du Conseil le plus à droite de l’histoire de la Vème République.
Permettez moi de me réjouir de cette mauvaise nouvelle. J’ai lu depuis hier beaucoup de reactions surprenantes notamment sous la plume d’internautes gay qui réaffirmaient leur “non demande” du droit au mariage. Ils se félicitaient du choix du juge constitutionnel de reconnaitre d’autres formes legitimes du “couple” comme le concubinageou le PACS. Ainsi estiment ils que le mariage, modèle social qu’ils honnissent est affaibli par le Conseil.
Foutaise que tout cela. Les homosexuels ne se battent pas pour se marier mais pour l’égalité des droits. Ils se battent pour que celles et ceux qui le souhaitent puissent se marier comme n’importe qui. Seul le principe compte et de lui découleront les autres droits en matière d’adoption, de succession, de retraites …
Sous cet angle, la décision du Conseil est donc bien une défaite du Droit.
Je me félicite pourtant vous disais je. Je me félicite qu’implicitement, ce qui était encore il y a quelques années consideré comme une déviance pénalement condamnable, se soit vu accordé une reconnaissance constitutionnelle.
En renvoyant au législateur la responsabilité de décidé d’étendre, ou non, le mariage aux couples homosexuels, le conseil a ainsi reconnu que c’était constitutionnelement possible.
Il a mis les politiques face à leurs responsabilités. Si rien n’est à attendre de la droite qui par la voix de l’infâme député Myard demande, je cite, aux pédés de foutre la paix aux Français; la gauche, elle, devra assumer enfin ses engagements à l’égard des Français qui souffrent encore de discriminations.
2012 sera plus que jamais une année de promesses et de périls. Si l’on veut éviter ces deniers il faudra cette fois réaliser les premières.
IGTBB

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *