Ryanair l’argent n’a pas d’odeur sur le vieux port de Marseille

Share

 

Michael O'Leary PDG de Ryanair

C’était le 11 janvier dernier, la compagnie aérienne à bas coûts fermait sa seule base française en l’occurrence à Marseille.

Ce départ avait une cause : la mise en examen fin septembre de Ryanair comme personne morale, notamment pour “travail dissimulé et prêt illicite de main-d’oeuvre“. Michael O’Leary PDG de Ryanair, annonçait : “Ces emplois ne sont pas français. Ce sont des emplois irlandais sur des avions irlandais puisqu’ils sont considérés comme territoire irlandais par la réglementation de l’UE. Si les juges, qu’ils soient français ou européens, venaient à dire que la législation européenne s’impose sur la législation française, nous serions ravis de rouvrir notre base ici“.

La compagnie conteste en fait le décret du 21 novembre 2006 soumettant les personnels navigants des compagnies étrangères installées en France au droit français plus protecteur que le droit européen. Déboutée en 2007 par le Conseil d’Etat, elle a saisi la Cour européenne des droits de l’Homme.

Le départ de Ryanair avait aussi des conséquences : la disparition de plus d’un millier d’emplois directs ou indirects. Pour février et mars, les autorités aéroportuaires évoquaient ainsi une perte de passagers de l’ordre de 50.000 par mois. Annuellement, la perte devait être proche des 750.000 passagers. Les pilotes et autres personnels de Ryanair stationnés à Marseille, soit environ 200 personnes, avaient déjà été mutés sur d’autres bases, en Italie, en Espagne ou en Lituanie. En un mot une catastrophe économique pour Marseille déjà économiquement peu en forme.

Mais voilà, le 1er février la compagnie aérienne irlandaise a annoncé la réouverture, cet été, de la plupart des lignes qu’elle venait de supprimer en fermant sa base de l’aéroport Marseille Provence. En réaffectant ses vols de façon temporaire pour respecter le droit social français, la compagnie assurera sur l’année 75% du trafic qu’elle réalisait jusqu’alors avec quatre avions basés à l’aéroport Marseille Provence.

Et Michael O’Leary lâche la vraie raison de ce retour… Ryanair a trouvé la solution pour contourner la législation française…”dans la mesure où les avions ne sont pas basés ici de façon permanente, …, que l’équipage et les pilotes ne seront jamais les mêmes de semaine en semaine” et “que la plupart seront des Irlandais affectés de façon temporaire à Marseille durant l’été, comme pour les compagnies charter” ; ils “ne paieront pas leurs impôts ni leurs cotisations sociales en France (comme l’exige la loi pour les personnels permanents), mais en Irlande”.

A titre de rappel, les Français payent eux des impôts et des taxes qui servent en partie à sauver l’économie irlandaise balayée par la crise économique créée par un libéralisme outrancier comme celui de Michael O’Leary.

Que ceux de mes lecteurs qui ont encore un sens minimal de la justice sociale (et du confort) fassent comme moi et oublient l’existence de Ryanair quand ils cherchent un billet d’avion …

IGTBB

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *