Violents affrontements à Alger : plusieurs dizaines de blessés

Share

Les émeutes déclenchées dans un quartier populaire d’Alger mercredi contre la démolition de baraques illégales ont fait 22 blessés, dont 21 policiers, a déclaré un haut responsable de la protection civile.

Nous avons enregistré un seul blessé parmi les civils et 21 policiers” à la cité Climat de France, une agglomération populaire, mercredi à l’aube, a déclaré ce responsable qui a requis l’anonymat.

Au moins un manifestant a été blessé, un garçon de 16 ans qui a “reçu une balle en caoutchouc dans l’oeil“. Le jeune homme a été hospitalisé d’urgence et était en milieu de l’après-midi “sur la table d’opération à l’hôpital Maillot“, a indiqué son frère joint par téléphone par l’AFP.

Plus tôt, des témoins ont parlé de plus d’une centaine de personnes blessées, dont un bébé, dans des affrontements mercredi entre jeunes d’une cité populaire d’Alger et forces de l’ordre, selon des témoins.

Les affrontements ont commencé tôt dans la matinée avec l’arrivée d’engins de démolition de baraques illégales dans la Cité de France, une agglomération populaire proche du ministère de la Défense. Ils se sont calmés en début d’après-midi laissant face à face des jeunes armés de pierres et des centaines de policiers anti-émeutes, a constaté un journaliste de l’AFP.

Un bébé de sept mois a été atteint et hospitalisé par les gaz lacrymogènes“, a déclaré un autre témoin, Mohamed, un habitant de ce quartier, Oued Koreich, proche de celui de de Bab el Oued, fer de lance de la contestation en Algérie.

Il a également indiqué qu’un “autre enfant âgé de neuf ans avait eu un malaise, peut-être dû à une crise d’asthme“.

Les policiers ont riposté contre les manifestants à l’aide de barres de fer et de jets de pierres, selon des journalistes sur place.

Le président Abdelaziz Bouteflika s’est engagé lors de sa réélection en 2009 à construire un million d’habitations dans le cadre du plan quinquennal (2009-2014), mais le processus est lent malgré une manne estimée fin décembre à plus de 155 milliards de dollars.

Parmi les obstacles qui retardent la réalisation des programmes dans des délais impartis de 18 mois: le manque de coordination entre organismes impliqués.

L’Algérie connaît depuis le début de l’année une contestation sociale quotidienne. En janvier, des émeutes contre la vie chère qui touchent tous les secteurs de la société, ont fait 5 morts et quelque 800 blessés.

(Source AFP)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *