Quota or not quota

Share
Didier Drogba, Christiano Ronaldo, Samuel Eto’o mais aussi Donovan, Muntari et Pato

Elle est de retour cette bonne vieille rengaine du bien et du mal, de la place des minorités et des communautés, du rôle du football dans la sphère publique. Elle est de retour cette valseuse politique avec laquelle j’ai tendance à ne pas me faire beaucoup d’amis…

Ainsi donc l’encadrement de la Fédération française de football (FFF) aurait été tenté d’introduire des quotas inavoués de joueurs blancs dans les centres de formation qu’elle finance. Horreur et damnation ; racisme, démission et tout le tralala qui va avec … Blanc ce héros d’hier, sélectionneur sauveur d’une équipe de France à la dérive est désormais voué aux gémonies du politiquement correct des médias et de la classe politique française.

En fait, la lecture des échanges incriminés laisse apparaitre que la FFF a envisagé la mise en place de quotas de joueurs ayant davantage un caractère « technique » afin de réduire le nombre de joueurs qui se signalent davantage par leur « force » … Se croyant seuls et non surveillés par la sacro-sainte langue de bois les concernés ont préciser leurs remarques en ajoutant que les joueurs noirs sont souvent plus en force qu’en technique. Mais voilà …  Ce genre de généralisations est interdit par la loi et la morale.

Personne n’aurait rien remarqué si les dirigeants en question n’avaient eu l’idée saugrenue d’ajouter des qualificatifs de couleurs… Sachez le, amis, nous ne sommes plus jamais seuls à l’époque des compte-rendus et d’internet donc nettoyez bien votre langue avant de parler…

Quoiqu’il en soit je suppose que les mêmes procureurs de la vilénie de M. Blanc n’auraient pas eu les mêmes pudeurs si l’on avait parlé de quotas d’étudiants à Sciences-po, de la place des « gens de couleur » dans les médias ou dans la vie politique française … Bêtise quand tu nous tiens !

A titre tout personnel, mais cela fera naturellement débat, je suis favorable aux quotas là où il faut forcer l’égalité à s’instaurer. Oui, je veux des femmes dans les assemblées délibérantes des départements, des communes et des régions… je veux des femmes à l’Assemblée nationale et au Sénat… Je veux des femmes préfètes, présidente d’entreprises du CAC 40 … je veux des quotas pour assurer la représentation de cette majorité de la population française qui est à ce jour sous-représentée voire absente des lieux de pouvoir …. Vous n’appelez pas à ma démission ? Je ne serai pas bruler en place publique ?

Interrogez vous donc sur vos indignations à géométrie variable …

Il n’y a pas là que de la provocation gratuite.

La politique des quotas, nous le savons bien, est la pire des solutions « à l’exception de toute les autres » car il est plus que jamais nécessaire de permettre à des populations absentes du champ public de s’y faire un début de place. Quand cette place aura été faite, quand l’égalité sera culturellement intégrée par nos concitoyens alors … ces quotas indignes n’auront plus qu’à disparaitre…

Cette histoire de footballeurs est naturellement sans intérêt, il s’agit là évidemment d’un choix tactique où le racisme ne tient que dans l’incongruité d’un propos malhabile. Passons outre et ouvrons enfin les vrais débats. Ils n’auraient pas également parler de la double nationalité ?

IGTBB

retrouvez l’excellente interview de Malek Boutih sur le sujet en cliquant sur le lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *