De l’Etat modeste sous Nicolas sarkozy

Share
Nicolas Sarkozy

Pour bien commencer cette journée je vous propose de retrouver cette “lettre ouverte – cri du cœur” qui semble être celle d’un commandant de gendarmerie dans la Drôme. On commencera donc par les précautions d’usage car cette “lettre” n’est pas signée il peut donc s’agir d’un faux … Quoiqu’il en soit, selon son agenda, Monsieur le Président de la République était bien en visite dans la Drôme ce 3 mars pour traiter du  thème de la réforme de la formation professionnelle…

Pour mettre en perspective les propos qui vont suivre j’aimerais rappeler quelques déclarations du même Président de la république :

” Ne plus gaspiller un seul Euro d’argent public, tel doit être l’idéal vers lequel nous devons tendre, telle doit être l’exigence que chaque agent public doit s’imposer à lui-même, telle doit être la première règle que vous devez vous fixer lorsque vous exercerez les responsabilités qui demain seront les vôtres. C’est une question d’économie : nous n’avons plus les moyens de gaspiller, nous avons trop de déficits, trop de dettes, trop de besoins urgents. Nous n’avons pas plus les moyens de gaspiller que nous n’avons les moyens de tolérer aussi peu que ce soit la fraude. L’argent qui est gaspillé, l’argent qui est détourné par la fraude, c’est de l’argent qui est pris à ceux qui en ont le plus besoin. C’est de l’argent qui n’ira pas à la lutte contre l’exclusion, à la lutte contre la pauvreté, qui n’ira pas à la santé, qui n’ira pas à l’éducation, qui n’ira pas à l’investissement.

C’est aussi une question de morale : l’argent public c’est l’argent des travailleurs, l’argent de ceux qui se donnent du mal pour gagner leur vie, qui ont du mal à boucler leurs fins de mois, du mal à loger leur famille et à élever leurs enfants en travaillant. Le moindre des respects qu’on leur doit c’est de ne pas laisser gaspiller, de ne pas laisser détourner ce qu’ils ont si durement gagné. Améliorer l’efficacité de la dépense publique et moraliser la dépense publique sont deux objectifs indissociables. Développer partout la culture du résultat, rendre systématique l’évaluation des politiques publiques et mettre en œuvre partout, dans chaque administration, dans chaque service public un grand plan de lutte contre la fraude sont deux priorités qui doivent aller de pair si l’on ne veut pas démoraliser ceux qui travaillent, si l’on ne veut pas affaiblir le consentement à l’impôt, si l’on ne veut pas miner la solidarité.”

Discours de Nicolas Sarkozy sur la fonction publique prononcé à l’Institut régional d’administration (IRA), de Nantes, le 19 septembre 2007

Et maintenant retrouvons le témoignage du commandant de gendarmerie :

“Ce mardi 03 mars à 11h00, l’empereur SARKOZY était chez nous, dans la Drôme… A l’heure des économies, à l’heure où il faut se serrer la ceinture, il aura encore “claqué” des millions d’euros pour sa propagande !!!

1265 gendarmes déployés !!! Oui, vous avez bien lu 1265 ! Nous montons la garde 24h/24 à l’aérodrome de Chabeuil et à la gare TGV. Son altesse ne voulant pas venir en Falcon, il vient en Airbus (plus spacieux et nettement plus “digne” de son rang, du moins le pense-t-il). Seulement, il n’y a pas de rampe pour le faire descendre de l’avion ; ce n’est pas grave, on en fait venir une, vite fait, par convoi exceptionnel depuis Lyon !!!

Pour ne pas être gêné , l’Empereur aura la voie rapide Valence/ Romans coupée dans les deux sens pendant 30 minutes. 60 voitures d’usagers de la SNCF (sur son passage) seront mises à la fourrière, elles gênaient ! Et si jamais il y avait un contretemps, ce ne serait pas grave : un hélico Puma est tenu à sa disposition avec son hélico Gazelle en appui…

Il va donc aller faire le beau sur deux sites (Ecole de Chatuzange-le-Goubet et Salle polyvalente d’Alixan) et pour se faire mousser, il a invité 3000 personnes à un petit vin d’honneur avant de remonter dans son avion à 14h00.

Je vous laisse faire le calcul de la facture à l’adresse des contribuables que nous sommes… Dire que la France est au bord de la faillite et lui, il nous met une balle dans la nuque ! En 26 ans, j’en ai fait des services de ce genre (sous Mitterrand et sous Chirac) mais jamais je n’ai vu un tel déploiement et surtout un tel coût ! Pour info, c’est une évidence, mais il est bon de le dire… au moindre sifflet, au moindre tag , à la moindre banderole hostile, le préfet saute ainsi que le Commandant de Groupement de gendarmerie…Pauvre France, nous sommes tombés bien bas avec un tel petit Monsieur !Bonne nuit à tous. Je suis non seulement écoeuré mais révolté que tant d’argent soit claqué et que les voitures de mon service affichent 250.000 km au compteur .

Signé : Un “presque” vieux commandant militaire de la Gendarmerie, qui en a pourtant vu d’autres et c’est peu de le dire !!!!!!A diffuser largement : Car n’oubliez pas, “il faut travailler plus , parcequ’il n’ y a plus d’argent dans les caisses”…….”

1 thought on “De l’Etat modeste sous Nicolas sarkozy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *