du bon mot et de la véhémence

Share

 

JE PLAISANTE !! ^^

Peut on tout dire, tout écrire, parce qu’on est sur internet, parce qu’on écrit sur un blog, en tant qu’auteur ou commentateur ?

Depuis des années, déjà, je suis surpris par ce que l’on appellera “la liberté de ton” des rubriques de courrier des lecteurs que l’on retrouve dans tous les magazines comme dans les quotidiens. Les gens, protégés par leur anonymat, s’y lâchent comme jamais, heureux d’écrire a la face du monde un flot d’insultes et d’agressions verbales que finalement personne ne lis jamais.

De ce vieux défouloir est né le principe des “libre antennes” qui font désormais les beaux jours de BFM et autres RMC… des heures d’antenne laissées, dirais-je abandonnées, à madame tout le monde et monsieur n’importe qui afin qu’ils puissent, enfin, partager avec l’ensemble des auditeurs leur fine analyse de la situation internationale ou leur condamnation peu éclairée du président du FMI. (je précise suite au commentaire d’une lectrice attentive que je parle de BFM TV)

Vous sentez quelques sarcasmes dans les 154 premiers mots de ce post? Et bien vous avez tort !

Je crois au défouloir, au besoin de s’exprimer librement, de dire ce que l’on pense, en citoyen et non en spécialiste. Cette liberté d’expression, de parole et d’écrit ne peut être encadrée que par deux limites qui se rejoignent : le respect de la loi et le refus de l’insulte ou de l’agression gratuite. Chaque parole, mesurée ou non doit être justifiée et ne peut se limiter à un “vous êtes un con” ou le pitoyable “taisez-vous, vous n’y connaissez rien”…

J’ai envie de vous dire à la manière d’un Jean-Paul II : “n’ayez pas peur” ; parlez, écrivez, discutez, surtout si vous n’y connaissez rien ! Il y en aura toujours un pour venir entamer le débat avec vous, pour corriger vos erreurs, vous guider vous apporter la contradiction… n’est-ce pas le principe même de la blogosphère?

Apporter la contradiction ce n’est pas se contenter de dire “vous vous trompez”; c’est dire où nous nous trompons; c’est argumenter, débattre, mener la “dispute” jusqu’à son terme sans vexation inutile.

Venons en si vous me le permettez aux critiques les plus récurrentes sur ce blog… Les posts qui marchent le mieux sont souvent les plus faciles à écrire; ceux où j’exprime un agacement, ou je me moque de tel ou tel travers constaté quelque part sur le net, dans les médias ou dans la vie politique. Et pourtant ce sont aussi les posts les plus critiqués, qualifiés de haineux, de véhéments, d’envieux ou autres joyeusetés sympathiques. Souvent, suite aux critiques, je les relis et si parfois, c’est vrai,  je découvre une expression ou un mot malheureux; j’ai du mal à comprendre ce que l’on peut y trouver de haineux à moins qu’on ne prenne tout au pied de la lettre, au premier degré sans comprendre un instant que, parfois, le bon mot peut primer, sous mes doigts, sur l’exactitude du propos. Il me faudrait alors à chaque sarcasme, à chaque touche d’ironie aigre-douce ajouter à mes mots une flopée de smileys pour être sur que chacun comprenne qu’il ne faut pas toujours tout prendre au sérieux…

“Le bon mot” voilà une expression que j’aime par dessus tout car elle résume ce que doit être AUSSI une communication. Le bon mot fait sourire, il fait réagir, il est souvent moqueur sans jamais être méchant. Le bon mot peut dire une vérité mais bien souvent il vient en support des mots sérieux qui eux ont un sens et un fond.

“Le bon mot” est la source de ce blog. Il est parfois réussi, parfois il tombe à côté et je sais qu’alors certains d’entre vous pourront délicatement le ramasser et me le re balançer au visage … c’est le jeu !

IGTBB

2 thoughts on “du bon mot et de la véhémence

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *