Otto de Habsbourg, le dernier vestige de l’histoire s’en va

Share
Otto de Habsbourg enfant

Je sais. Depuis quelques jours les mots « roi », « monarque » et « souverain » apparaissent davantage sur ces pages mais rassurez vous il ne s’agit nullement d’un revirement royaliste. L’idée monarchique m’a abandonné le jour où j’ai réalisé que je ne serai jamais roi …

Aujourd’hui ce ne sont pas les « royalistes » qui sont en deuil mais c’est l’Europe alors que disparait plus qu’un symbole, une certaine idée de la démocratie. Otto de Habsbourg, héritier du dernier empereur d’Autriche-Hongrie, s’en est allé à 98 ans. Il était le dernier vestige de cette folle tentative de mélanger sous un seul drapeau tous les peuples Europe centrale et des Balkans.

Né en 1912 il était destiné à prendre la succession de son père Charles 1er, empereur pacifiste monté sur le trône en 1916 et qui tenta de préserver l’Empire en proposant une paix blanche aux combattants de la 1ère guerre mondiale. Mais voilà, Clemenceau refusa l’idée et en 1919 quelques mois après la défaite, l’Empire du milieu de l’Occident se disloqua.

Poussé à l’exil à 7 ans, Otto de Habsbourg s’installe à Madère, au Pays basque espagnol, en Belgique, au Luxembourg, en France, au Portugal, puis aux États-Unis.

 

Il a fait carrière comme écrivain et comme homme politique. Installé en Bavière depuis les années 1950, Otto Habsbourg s’était engagé chez les chrétiens-sociaux de la CSU, après avoir pris la nationalité allemande en 1978, tout en conservant les nationalités autrichienne et hongroise. Polyglotte, Européen convaincu, il a siégé de 1979 à 1999 au Parlement européen, dont il a été le doyen d’âge, et il a présidé l’Union internationale paneuropéenne.

A la chute du rideau de fer il renonce officiellement à toute idée de rétablissement de ses prérogatives impériales et poursuit son rêve d’une Europe unie, démocratique et pacifiée.

Aujourd’hui c’est un des plus grands témoins de l’histoire du XXème siècle qui s’est éteint, tel le symbole d’un siècle de gâchis.

IGTBB

Otto de Habsbourg

4 thoughts on “Otto de Habsbourg, le dernier vestige de l’histoire s’en va

  1. Son altesse imperiale et royale Otto de Habsbourg avait deja renoncé au throne des dizaines d annèes avant la chute du rideau de fer!!! Mais rassurez vous, aujourdhui son altesse Imperiale et royale Charles de Habsbourg , fils de Otto von Habsbourg vit en autriche et il n a jamais renoncé au throne !!!! Tout est possible aujourdhui….

    les lois antihabsbourg en autriche doivent tomber car ils correspondent pas au regles de la communauté europeenne. Il est deja question de restitution des biens privèe de la maison Habsbourg en autriche. C est un premier pas pour mettre des pendules a l heure….

    1. Allons. Ce n'est pas aussi simple que vous le laissez entendre. Ce n'est pas parce que l'archiduc Charles est prétendant avéré au trône que "tout est possible", et que la monarchie pourra se réimposer en Autriche.

      Tout d'abord car l'Empire autrichien n'est plus et ne sera plus jamais. En effet, les entités qui le constituaient sont aujourd'hui indépendantes ou font parties intégrantes de pays constitués. Il semble donc un tantinet difficile de recréer ce qui fut jadis sans ses éléments fondateurs.

      Et toujours dans cette veine, il apparait donc également très difficile que la monarchie, si elle venait à se réimposer comme le mode de gouvernance de l'Autiche, puisse créer mieux qu'un royaume. Or ce royaume n'a jamais existé ! En effet, à l'origine l'Autriche est un archiduché et ses souverains n'ont dû leur premier titre d'empereurs qu'à leurs élections sur le trône du Saint-Empire. L'empire austro-hongrois datant de 1804. Dès lors, ça serait un peu délicat de se proclamer empereur dans ce contexte. D'empire il n'y a donc plus… et il ne devrait plus y avoir avant longtemps !

      Ensuite, l'autre problématique tient dans les choix de la population. Il n'est pas envisageable en Eureope et à notre époque de débarquer du jour au lendemain, de renverser un pouvoir officiel et se proclamer roi ou autre chose. Si retour à la monarchie il doit y avoir, c'est au peuple de le plébisciter et à nul individu de l'imposer, combien même fusse-t-il le petit fils du dernier souverain. Or pour l'instant, je crois pouvoir soutenir que les autrichiens n'envisagent nullement de changer de mode de gouvernance. De l'eau coulera donc encore sous les ponts avant que ne s'amorce ne serait-ce qu'une simple discussion sérieuse autour du retour des Habsbourg à la tête du pays.

      Pour le reste, sachez que les possessions privées de la famille impériale ont été rendues après abrogation des fameuses "lois anti-Habsbourg". Si l'Impératrice Zita, l'archiduc Otto et son épouse sont inhumés dans la crypte des Capucins, c'est fort justement parce que toutes ses lois sont tombées. Sinon les défunts reposeraient en d'autres terres comme leur mari, père et beau-père, l'Empereur Charles.

      Par contre, les possessions de la couronne n'ont bien entendu pas été restituées, vu qu'elles appartiennent par essence à l’État et non à ceux qui l'incarnent. Mais ça c'est normal.

      Si vous aimez vraiment les Habsbourg et rêvez de les voir un jour remonter sur un trône, surveillez donc le Palais Royal de Bruxelles ; il se pourrait qu'un jour vous puissiez assister au couronnement d'un Autriche-Este comme roi de ce petit pays. (qui ne sera peut-être plus la Belgique à ce moment)

      Cordialement.

      1. Taratata merci pour ce commentaire tres instructif qui vient en reponse du commentaire de Kircher Christian. Juste un petit detail a propos de votre datation de l empire austro-hongrois en 1804… en fait cette union a ete fondee en 1867 par le « compromis austro-hongrois ». Quant a la date de 1804 c est celle de la creation de l empire d autriche qui succede au Saint-Empire romain germanique…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *