Sarkozy ? Hollande ? Non, la France a besoin d’un Roi

Share

Vous trouverez ci dessous la tribune de Erwann Sigal publiee sur le site ELECTION POLITIQUE:

1450455580_livre.2017.un.roi.pour.la.france.henri.de.montalban.editions.lacour.olleNous ne sommes pas nécessairement un pays conservateur pour ses valeurs ou pour ses idées mais principalement dans sa structure et donc dans l’idée que nous nous faisons de son incarnation. La France n’aurait pas dû élire une “Nouvelle Star” mais cette erreur ne doit pas la pousser demain à adouber “Monsieur Tout le Monde”. La France, depuis des siècles, se cherche un protecteur. Un homme fort, sage, une projection de son propre père capable de rigueur, de compassion, de protection. La France est dans un tel besoin de se reposer sur l’épaule solide de son géniteur qu’elle porte à sa tête, avec une force inouïe, un homme, un jour une femme, dans un élan d’idolâtrie quasi maladif avant parfois, souvent, de le rejeter dans une fougue de haine qui nous effraie et nous fascine. Depuis des siècles, nous recherchons, nous idolâtrons le monarque absolu. Nos rois bien sûr mais également nos Présidents que nous avons amené à devenir des êtres suprêmes.

De Gaulle et sa prestance de Roi divin, Mitterrand le Roi Soleil et pour certains Chirac le Roi fainéant. De gauche, de droite, militaire, républicain, nos grands hommes ont été ceux qui ont sans doute été les plus dirigistes, les plus craint, les plus adorés, les plus détestés. La France à besoin d’un Roi détenant le pouvoir de droit quasi divin nous montrant la direction que nous autres pauvres âmes devront prendre pour les années à venir. La France qui rêve d’Amérique n’est pas devenue les Etats-Unis. Nous mangeons US, nous nous habillons sous mode US, nous regardons les films US, les séries US, nous écoutons la musique US, nous envions la richesse US mais nous ne sommes pas US, nous sommes la France. En 2007, Nicolas Sarkozy a cru avoir été élu pour le changement, la rupture, la cassure. En matière de sécurité, d’économie, de gestion d’Etat peut-être, oui, les français attendaient du mouvement. Mais la France n’attendait pas à ce que ses symboles, son incarnation, son image soit à ce point chamboulée. Nicolas Sarkozy a fait l’erreur de croire que les français voulaient un changement d’incarnation. Non, en France, on ne touche pas au trône même s’il est devenu républicain. La désastreuse soirée du Fouquet’s quand le bon peuple attend dehors, les vacances sur un Yacht de milliardaire, les lunettes de stars, le divorce, le remariage et bientôt l’enfant, le footing en short et en sueur, tous ces détails, toutes ces images ont peu à peu désacralisé la fonction présidentielle. Ces “erreurs de com'” ont fait écho à la sur médiatisation de l’hyper-président dont l’image s’est vite insérée dans celle du Premier Ministre.

La France à besoin d’un Roi détenant le pouvoir de droit quasi divin nous montrant la direction que nous autres pauvres âmes devront prendre pour les années à venir. La France qui rêve d’Amérique n’est pas devenue les Etats-Unis. Nous mangeons US, nous nous habillons sous mode US, nous regardons les films US, les séries US, nous écoutons la musique US, nous envions la richesse US mais nous ne sommes pas US, nous sommes la France. En 2007, Nicolas Sarkozy a cru avoir été élu pour le changement, la rupture, la cassure. En matière de sécurité, d’économie, de gestion d’Etat peut-être, oui, les français attendaient du mouvement. Mais la France n’attendait pas à ce que ses symboles, son incarnation, son image soit à ce point chamboulée. Nicolas Sarkozy a fait l’erreur de croire que les français voulaient un changement d’incarnation. Non, en France, on ne touche pas au trône même s’il est devenu républicain. La désastreuse soirée du Fouquet’s quand le bon peuple attend dehors, les vacances sur un Yacht de milliardaire, les lunettes de stars, le divorce, le remariage et bientôt l’enfant, le footing en short et en sueur, tous ces détails, toutes ces images ont peu à peu désacralisé la fonction présidentielle. Ces “erreurs de com'” ont fait écho à la sur médiatisation de l’hyper-président dont l’image s’est vite insérée dans celle du Premier Ministre. Peu à peu, la fonction présidentielle a repris de la vigueur, en particulier lors des crises ou problèmes internationaux mais l’occupant de la place, le détenteur des clés, lui, est resté en bas des marches élyséennes. Les français respectent plus que ce que l’on croit la fonction présidentielle mais ils trouvent aujourd’hui, réellement, que l’habit est trop grand pour celui qu’ils ont voulu placer au-dessus d’eux-mêmes.

Il y a quelques jours, lors de l’incident survenu à Brax (Lot-et-Garonne) pendant un bain de foule de Nicolas Sarkozy, je n’ai pu m’empêcher, devant mon téléviseur de ressentir un double sentiment simultané : le choc de l’agression contre notre Président de la République et la remarque qui m’est venue aussitôt à l’esprit : dommage que l’agresseur n’ait pas réussit à le gifler car depuis cinq ans, il l’a bien mérité ! Je condamne fermement l’agression contre notre Président mais j’aurais bien aimé que Nicolas s’en prenne une pour l’exemple. Pauvre employé municipal du conservatoire de musique et de danse d’Agen qui a voulu, d’une très mauvaise manière, exprimer son ras le bol et qui en moins de 24H a été attrapé, jugé et condamné par notre justice. Vite fait bien fait, pas le temps d’écrire un article que ce pauvre homme est déjà jugé, circulez y’a rien à voir!

La suite sur le site Election Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *