De Paris à Londres, les émeutiers sont les mêmes, pas les valeurs

Share

David Cameron, le premier ministre conservateur de Sa Majesté la Reine Élisabeth II ne rigole pas. Ce sont prêt de 16000 policiers qui ont été lâchés dans la capitale britannique afin de faire taire les émeutiers qui pillent et brulent tout ce qui leur tombe sous la main. Nous autres, Français, nous regardons cette agitation d’outre-manche avec une sorte de petit sourire mesquin, nous ne sommes plus seuls à vivre avec nos banlieues, nos inégalités sociales, cette exaspération qui se mue en violence et en instinct de destruction…

Pourtant il y a une toute petite chose qui me tarabuste depuis que j’ai vu le images des émeutes londoniennes, celles de la répression, celles des réactions des habitants… je ressens une sorte de malaise, de honte même … Pourquoi tant de différences entre les réactions britanniques et les françaises? Pourquoi la France cherche d’abord les raisons profondes, les excuses à apporter aux violences quand toute la Grande-Bretagne exprime une colère noire parce que RIEN ne justifie de détruire, de saccager, de piller et de maltraiter ses concitoyens … Rien, en tout cas en Angleterre… Parce qu’en France mais que de déclarations pour : 1ère étape condamner les émeutes et 2/ expliquer que les seuls responsables c’étaient … nous, ou l’Etat… en France la victime est finalement souvent le 1er coupable car à bien y penser c’est la seule à ne pas avoir d’excuse …

En Angleterre David Cameron a été clair, soutenu en cela par toute la gauche : « Si vous êtes assez vieux pour commettre de tels crimes, vous êtes également assez vieux pour être punis », avait-il dit mardi.

Ainsi plus de 1.600 personnes ont été arrêtées en une semaine de troubles, dont plus de 1.200 rien qu’à Londres. Les tribunaux ne désemplissent donc pas. La plupart des personnes arrêtées comparaissent devant les magistrates’ Court, chargées d’ordinaire de régler les affaires mineures avec des sessions spéciales de nuit … David Cameron ne décolère pas et a présenté toute une série de mesures destinée à punir les émeutiers. Parmi elles, l’expulsion des logements sociaux des fauteurs de troubles. « Si vous vivez dans un logement social, vous profitez d’une maison à prix réduit et cela vous donne des responsabilités, a affirmé le Premier ministre britannique. (…) Pendant longtemps, nous avons adopté une attitude trop molle envers les personnes qui pillent leurs communautés. Si vous faites ça, vous devriez perdre vos droits à un logement subventionné. Evidemment, cela veut dire qu’il faut les loger autre part. Ils devront se trouver un logement dans le secteur privé, et cela sera plus dur pour eux, mais ils auraient dû y penser avant de commencer à voler. »

Est ce bien ou pas ? Je ne me prononce pas mais je constate que là où, en France, les gens se taisent et se soumettent à l’opinion médiatique fortement présente en matière de justice et où les sentiments coulent par ruisseaux, l’opinion britannique est folle de rage. Une colère que rien n’apaise, des coups de balais donnés par les habitants des quartiers à la chape répressive qui s’abat sur les délinquants… Le peuple britannique assume sa colère pour mieux se reconstruire et chacun sait que cela passera par une prise en compte des réalités sociales, souvent dramatiques, de l’Angleterre. Mais pour le moment il est trop tôt; trop tôt pour oublier les images de ce jeune malaisien en sang que des émeutiers font semblant d’aider pour mieux le dépouiller …

 

 

 

3 thoughts on “De Paris à Londres, les émeutiers sont les mêmes, pas les valeurs

  1. Merci pour ton commemtaire d analyse Cedric qui fait miroir a un post de sentiment et de ressenti … un point de desaccord neanmoins concernant 2005 … si en effet on a entendu des reactions de colere les analyses mediatiques etaient tres partagees… c est plus a cela que je fais allusion 😉

  2. Je suis le premier à chercher les "raisons profondes" de ce genre de comportement. Bon, déjà il est difficile de dire qu'au Royaume-Uni les gens sont en colère quand en France on ne faisait que chercher des causes profondes, comme si les Anglais étaient l'incarnation du sentiment d'indignation et les Français l'incarnation d'une raison qui cherche à tout analyser. Il n'y a qu'à se replonger, à mon avis, dans les JT des émeutes de 2005 pour voir que les habitants des quartiers qui étaient victimes des émeutiers étaient aussi en colère (car on saccageait leur quartier, mais aussi, peut-on imaginer, par qu'ils avaient peur d'être encore plus assimilés à l'image de la délinquance omniprésente qui leur colle déjà à la peau).

    Ce qu'il faut bien voir, c'est que quand je ne fais que me concentrer sur les raisons profondes, je ne veux pas dire : (1) que les émeutiers ne sont pas responsables de ce qu'ils font sous prétextes que des causes viendraient "expliquer" (ce qui explique ne détermine pas) leur comportement, et à la fois il faut absolument le prendre en compte si on ne veut pas rester dans une vision illusoire d'individus qui partageraient forcément les mêmes valeurs que la plupart des soi-disant honnêtes gens, c'est-à-dire que je pense qu'à un moment, de par les cercles de relations qu'ils se font, et par bien d'autres facteurs, les individus tournent dans un circuit de valeurs qui peut totalement se déconnecter des valeurs communément admises de la société dans laquelle ils sont imbriqués, et c'est la justice qui va les y réintroduire, par la force et la sanction ; (2) quand je m'intéresse surtout aux causes profondes, je ne veux pas dire qu'il faut rester les bras croisés, stoïques, comme si défoncer des vitrines ou la tête de quelqu'un était un mode d'expression comme un autre : mais ça me paraît tellement évident que je ne vois même pas l'intérêt d'y passer 3 heures, en montrant sans cesse des torrents de colère, d'indignations, qui sont certes légitimes, mais qui ne font pas avancer le schmilblick, car au final la justice s'occupera des émeutiers arrêtés (et quant à ceux qui ne sont pas arrêtés, c'est comme ça, la criminalité et la délinquance n'atteindront jamais le 0, faut accepter l'idée).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *