Nouvelle Calédonie, derrière les morts …

Share

 

La Nouvelle Calédonie

La Nouvelle Calédonie fait ce matin un retour fracassant à la une de l’information métropolitaine … enfin fracassant tout est relatif. Une fois que vous aurez entendu parler de la dégradation de la note américaine, de la première défaite du PSG et des émeutes à Londres, vous serez alors transporter dans ces lointaines terres françaises du Pacifique. Je parierais ma chemise que si les évènements relatés avaient eu lieu à Toulouse cela aurait fait le premier titre mais passons sur la hiérarchisation médiatique de l’information…

Voici donc Marie Luce Penchard, Ministre chargée de l’outre-mer qui convoque en réunion extraordinaire ses collaborateurs à la rue Oudinot ce dimanche matin afin de rapidement trouver les conditions d’un retour au calme sur l’île de Maré.

La Nouvelle Calédonie est divisée en trois provinces : Province Sud, Province Nord et la province des Îles Loyauté elle-même constituée de trois îles : Ouvéa, Lifou et Maré.

Maré est la seconde île des loyauté en taille, soit 650km2. Sa population (7000 habitants) est considérée comme celle respectant le plus les traditions néo-calédoniennes ce qui signifie que c’est là où le poids des tribus et des grands chefs est le plus important. Néanmoins, la population est constituée à 80% de protestants et à 20% de catholiques le tout réparti dans pas moins de 29 tribus

Au centre du conflit qui nous intéresse aujourd’hui, un litige sur le prix des billets d’avions pratiqués par la compagnie locale Air Cal. Un collectif de voyageurs, excédés par les tarifs qu’il juge trop élevés bloque les accès de l’aéroport depuis le 22 juillet. Une délégation menée par Nidoish Naisseline, président d’Air Cal et également ancien grand chef coutumier kanak du district de Guahmale a voulu déloger les manifestants. Après des jets de pierres, une fusillade a éclaté faisant quatre morts et vingt-trois blessés.

Tout ça pour des billets d’avions me direz vous … C’est simplement parce que vous n’imaginez pas combien le prix des billets d’avion est un point fondamental pour la survie de territoires éloignés de tout … Comment garder la présence des jeunes s’ils ne peuvent payer des trajets entre Maré et Nouméa où ils iront faire leurs études ? Comment faire rester les personnes âgées si elles ne peuvent, à un tarif acceptable, être transférées, quand c’est nécessaire vers l’hôpital de Nouméa ? La notion de continuité territoriale prend tout son sens en outre-mer et plus particulièrement dans le Pacifique.

Parce que rien n’est simple en outre-mer, cette question des prix se trouve mélée à celle de conflits tribaux. Comme précisé précédemment, le président d’Air Cal n’est autre qu’un grand chef Nidoish Naisseline. Il a succédé à son père comme Grand chef coutumier du district de Guahma sur en 1973 avant d’abandonner la grande-chefferie au profit de son fils Dokucas le 6 juin 2007. Comme son père,  Henri Naisseline, Nidoish s’est engagé en politique mais, rompant avec la tradition familiale, du côté indépendantiste et anti gaulliste.

 

Nidoïsh Naisseline

Il fonde en 1969 un groupe radical d’étudiants kanaks indépendantistes, les « Foulards Rouges » qui, avec le « Groupe 1878 » fondé en 1971 par Élie Poigoune, est à l’origine des premières actions séparatistes enNouvelle-Calédonie. Ces deux formations vont servir de base à la création du Palika (Parti de libération kanak), le premier parti politique prenant ouvertement position pour la séparation de la Nouvelle-Calédonie d’avec la France sur une base marxiste, en juillet 1975.

En 1981 il quitte le Palika qu’il juge trop « mou » et fonde le LKS qui finalement, dès 1988 représentera la frange la plus apaisée et la plus modérée de l’indépendantisme Kanak.Il est à ce jour un des hommes les plus écoutés de Nouvelle Calédonie, considéré comme un sage, il est aussi politiquement isolé chez les indépendantistes et notamment au FLNKS.

 

Philippe Gomès, Président de Calédonie Ensemble

Pourquoi je vous raconte tout ça ? peut être parce que le « collectif des usagers » de l’aéroport est justement mené par l’autre frange du FLNKS … Peut être parce que le paysage politique Calédonien ou l’on distinguait indépendantistes et loyalistes a doucement évolué depuis janvier 2011 pour donner naissance à de nouvelles répartition des rôles… Peut être parce que Nidoish Naisseline est l’allié indépendantiste de Philippe Gomès, ancien président centriste, loyaliste, du gouvernement de la Nouvelle Calédonie, écarté du pouvoir par une alliance entre le FLNKS et le … Rassemblement UMP… Peut-être parce qu’en septembre prochain ces deux alliances joueront gros lors des élections sénatoriales… Peut-être parce que le Président de la République doit se rendre à la fin du mois en Nouvelle Calédonie… Peut être parce que rien n’est toujours aussi simple que ce que pourrait (voudrait) nous faire croire la presse métropolitaine…

 

2 thoughts on “Nouvelle Calédonie, derrière les morts …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *