Ca bouge en Algérie ?

Share

C’est le Monde.fr qui nous l’apprend : “Le gouvernement algérien a donné lundi 12 septembre son feu vert à l’ouverture de l’audiovisuel, à la dépénalisation du délit de presse et à une nouvelle loi sur les partis politiques. Le président

Abdelaziz Bouteflika

Abdelaziz Bouteflika avait promis en avril une série de réformes politiques en réponse à une vague de contestation dans le pays, dans la foulée des révoltes arabes.

Selon un communiqué du conseil des ministres, réuni dimanche et lundi autour du chef de l’Etat, le gouvernement a adopté un projet de loi sur l’information ouvrant à la concurrence le secteur de l’audiovisuel, mettant ainsi un terme au monopole de l’Etat. Le texte prévoit également la création d’une autorité de régulation des médias audiovisuels. Une loi spécifique relative à l’audiovisuel viendra compléter la régulation dans ce domaine.

Le gouvernement a également approuvé un projet de loi prévoyant une dépénalisation du délit de presse, principale revendication des journalistes depuis les années 1990. Ce texte “exclut toute peine privative de liberté” et limite ses dispositions pénales aux seules infractions directement liées à l’activité de presse.

Selon le communiqué du conseil des ministres, le gouvernement a également adopté un projet de loi fixant des règles pour assurer la transparence dans le financement des partis politiques et pour la lutte contre toute forme de corruption dans la vie politique. Le texte prévoit également “des dispositions à même de prévenir la réédition de la tragédie nationale”, en référence à la décennie noire des violences islamistes.”

Ainsi l’Algérie avance t’elle à pas comptés vers la démocratie audiovisuelle et la liberté d’expression. Nous avons eu l’occasion de le dire ici même, la liberté de parole est déjà grande en Algérie et cela depuis la fin de la guerre civile des années 90; On peut crier sa haine du gouvernement dans la rue algéroise mais en réalité on ne peut pas choisir librement son gouvernement et ça ne semble près de changer!

Si ceux qui bougent les ficelles de la poupée de cire Bouteflika n’engagent pas rapidement des réformes pour soigner l’Algérie des maladies politiques et sociales qui la gangrènent, s’ils ne s’attaquent pas au système dont ils sont les principaux bénéficiaires au travers de la corruption massive… alors le réveil du peuple algérien, bien que tardif, sera le plus violent de tous les pays arabes.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *