L’ombre d’Adolf Hitler plane encore sur la Bavière et même sur toute l’Allemagne

Share

Adolf Hitler et Heinrich Himmler à Berchtesgaden

A la recherche d’articles intéressants mon âme de passionné d’Histoire s’est réveillée à la lecture d’un article publié sur l’express.fr culture que vous retrouverez intégralement en cliquant sur le lien. De quoi s’agit-il ?

Soixante-six ans après sa mort, Adolf Hitler hante toujours une montagne bavaroise où les Allemands ne savent que faire des vestiges de sa maison; et certains n’en veulent ni comme curiosité touristique, ni comme mémorial.

Bombardée, dynamitée, déblayée à la pelleteuse, il ne reste pourtant pas grand chose du “Berghof”, résidence favorite du Führer dans les Alpes bavaroises, qu’il fréquenta assidûment pendant plus de dix ans avant sa mort dans un bunker berlinois en 1945. Situé à mi-hauteur de l’Oberzalsberg, montagne qui domine la petite ville de Berchtesgaden, à la frontière germano-autrichienne, l’endroit fut un lieu de villégiature pour GI’s pendant 50 ans  avant le départ des Américains en 1995.

On croyait que les allemands avaient fini par accepter l’Histoire, qu’ils avaient digéré le crime qui souilla tout un peuple mais cet acharnement à effacer la moindre trace réelle, cette volonté à ne laisser subsister que des explications intellectuelles et des archives ne cesse de nous démontrer que la plaie saigne encore et toujours.

Les petits enfants des Nazis semblent avoir plus de difficultés à accepter les faits que leurs parents ; ils sont pris de la hantise de se voir enfermer dans un rôle, dans une époque qui leur est tellement étrangère.

Faut-il détruire les dernières traces d’Adolf Hitler ?

Notre démocratie est elle à ce point fragile qu’elle prendrait des risques en laissant des lieux que les adorateurs du diable brun pourraient utiliser pour célébrer l’homme qui rappela que l’humanité entière était animale et faillible ?

Je suis par essence attaché à la préservation de la mémoire historique et des lieux qui symbolisent les réussites et les drames humains. J’ai toujours ressenti comme une violence incroyable ces politiques qui s’acharnent à effacer le passé ; telle notre IIIème République qui pierre après pierre a fait tomber le palais des Tuileries pour que les parisiens oublient leur histoire… Versailles et Notre-Dame ne sont pas passés loin du même sort.

Il ne reste pas grand-chose du démoniaque autrichien qui fit de l’Allemagne l’hydre moderne. Les autorités bavaroises ont par exemple fait retirer du Nid d’Aigle, par hélicoptère, les quelques meubles d’époque qui s’y trouvaient encore. Nombre d’historiens, dont Egon Johannes Greipl, chef de l’Office bavarois des monuments historiques, voudraient voir classés tous les sites nazis de la région.

“Il ne viendrait à l’idée de personne de démolir les ruines d’Olympie (Grèce) sous prétexte que tout est mieux présenté dans un Centre de documentation”, affirme M. Greipl. “Il s’agit de témoignages originaux de l’Histoire” qui concernent “une période cruciale du fait des crimes nazis”. M. Greipl juge incohérent que la Bavière ait inclus, secrètement, pendant des décennies ces endroits sur une liste de sites protégés avant de décider “pour raisons politiques” de les rayer de la carte.

Oui décidément l’Allemagne doit faire face à son histoire et l’accepter. On reproche souvent à la France de ne pas faire ce travail mais c’est comme d’habitude un faux procès orchestré par quelques intellectuels en mal de combats. Aucun pays au monde n’a produit autant d’ouvrages d’émotions et de réflexion sur la période coloniale, aucun pays ne complaît autant dans les pages noires de son passé. La France a même poussé le vice jusqu’à participer aux célébrations de la défaite de Trafalgar sans rien organiser pour la victoire d’Austerlitz. Notre pays juge ses criminels de guerre tel Maurice Papon et parfois même elle les juge plusieurs fois jusqu’à ce que la condamnation tombe enfin comme pour René Bousquet …

L’Allemagne tourne en rond et certaines victimes psychologiques ne s’en sortent pas à ce titre je conclurai en vous invitant à lire l’article de VSD (oui je m’étonne moi-même) relatif au mea Culpa des enfants de nazi … il y a quelque chose d’effrayant à voir un arrière petit neveu de Goering, qui ne descend même pas de lui, sacrifier toute sa vie dans la repentance des crimes du dirigeant nazi…

Adolf Hitler en 1939
Adolf Hitler en 1939

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *