Ma nuit au Sénat

Share

Historique ! C’était le mot à la mode dimanche soir dans les média nationaux. Historique ! le basculement à « gauche » de la haute assemblée tenue d’une main plus ou moins ferme par la « droite » depuis 1958, date de sa création…

Vous avez tout lu, tout entendu sur les leçons à tirer de ce scrutin hors normes et je n’y reviendrai pas. Pour autant, à la veille de l’élection du président de cette vénérable institution, deuxième personnage de l’Etat, il me semble intéressant de revenir sur cette soirée mémorable…

Dimanche 20h00 : Jean-Pierre Bel, le président du groupe socialiste au Sénat annonce la victoire large de la gauche.

 

L’alternance est toujours une bonne nouvelle car elle est un signe de vie de la démocratie mais cette annonce me laisse un gout amer dans la bouche et cela pour deux raisons : la première est qu’à l’heure où la victoire est chantée elle n’est en fait pas acquise. A 20h00 précise la gauche dispose de 174 sièges, la droite 171… le sénat compte 348 sièges Il en faut donc 175 pour l’emporter et il reste 3 sièges à pourvoir, 2 en Guadeloupe et 1 en Martinique. En d’autres termes le discours de 20h00 de Jean-Pierre Bel est quelque peu prétentieux mais passons outre … La vérité c’est que le Sénat est devenu de gauche le 26 septembre 2011 à 00h29 avec l’annonce de la victoire du sénateur Larcher (PS) qui a été réélu en Martinique, il est le 175ème siège, celui de la majorité… Quand un Larcher en chasse un autre …

 

Revenons en si vous le voulez bien à la déclaration de 20h00, celle qui annonce la victoire du socialisme dans les jardins du Luxembourg … elle me rappelle ce 21 avril 2002 quand Lionel Jospin reconnait sa défaite et annonce son retrait de la vie politique alors même (et c’est là le point commun) que les électeurs votent encore … Je ne vais pas vous ressortir tous les chiffres mais si Lionel Jospin avait obtenu en 2002 en outre-mer le même nombre de voix qu’en 1995 il aurait été au 2nd tour de l’élection présidentielle or, au moment où il s’exprime, toutes les Antilles votent encore… il n’en appelle pas à l’outre-mer il l’oublie comme pendant ses 5 ans passés à Matignon.

 

Même mépris de Jean-Pierre Bel pour la Guadeloupe et la Martinique, mais plus grave encore, il prend le risque de fragiliser sa majorité. En effet on peut considérer que l’annonce de la victoire de la gauche pourrait convaincre un certains nombre de grands électeurs de reporter leur suffrage sur le candidat de gauche qui appartiendra à la majorité et qui pourra obtenir plus de choses qu’un sénateur de l’opposition. Ce faisant, Jean-Pierre Bel a en tout état de cause fausser le résultat des élections dans les deux départements d’outre-mer concernés et les candidats battus pourraient déposer un recours devant le Conseil d’Etat qui viserait à l’annulation de l’élection des trois sénateurs concernés : 177 – 3 = 174 … retour à la case départ pour le parti socialiste.

 

Rassurez-vous ; la victoire de la gauche est telle dans les Antilles que le juge de l’élection estimera, le cas échéant, que l’intervention de 20h00 n’est pas de nature à remettre en cause le résultat mais le risque était réel et potentiellement dramatique pour la gauche… Un peu plus d’attention à nos concitoyens ultra marins ne serait pas un mal de la part de la gauche !

Alors pourquoi Jean-Pierre Bel a-t-il annoncé sa victoire avant l’heure ?

J’y vois deux raisons principales : Inconnu du grand public Jean-Pierre Bel devait prendre garde à ne pas se faire doubler au sein de sa propre famille, notamment par Catherine Tasca qui aurait bien voulu faire un hold up sur le résultat et être élue à la présidence du Sénat. En intervenant devant toute la France à 20h00, Jean-Pierre Bel s’affirmait comme le seul bénéficiaire de la victoire et le chef de file de toute la gauche pour la course à la présidence.

La deuxième raison est le coté étriqué de la victoire : point de tsunami électoral … la gauche ne dispose que de 3 sièges de majorité, alors pour éviter que certains sénateurs n’oublient leur allégeance et retournent leur veste il fallait marquer les esprits et revendiquer tout de suite une victoire claire !

Pour autant Jean-Pierre Bel est il assurer d’accéder à la présidence du Sénat

Il a toutes les chances de son côté. Nicolas Sarkozy semble avoir calmé les ardeurs vengeresses du président sortant, il n’y aura pas de retournement de sénateurs du centre gauche, le jeu est trop dangereux à quelques mois de l’élection présidentielle… Si Sarkozy est réélu en 2012 il sera alors bien temps de retourner 3 ou 4 sénateurs en manques de postes ministériels …

Le danger ne devrait donc pas venir de la droite… mais une rumeur file dans les couloirs du Palais du Luxembourg …  Voyez vous pour être élu président au 1er ou au 2nd tour de scrutin il faut obtenir la majorité absolue des voix soit 175. Pour que Bel soit élu dans ses conditions il faut qu’aucun autre candidat de gauche ne se représente (communiste, vert, divers gauche, radical de gauche et j’en passe) et qu’il fasse le plein des voix …

Au 3ème tour de scrutin la majorité simple suffit … un candidat de gauche ambitieux accompagné de quelques amis et des 171 voix  de la droite pourrait briser les rêves de Jean-Pierre Bel… je connais un autre Jean-Pierre (Chevènement) qui fait l’objet de toutes les attentions …

IGTBB

1 thought on “Ma nuit au Sénat

  1. .6 se prononcent pour Manuel Valls 3 pour Arnaud Montebourg et 1 pour le radical de gauche Jean-Michel Baylet seul candidat non socialiste.18 repondent aucun de ces candidats et 14 ne se prononcent pas.Lavance de M. Hollande est encore plus nette au sein des seuls sympathisants de gauche 40 et des sympathisants socialistes 49 . Mme Aubry recueille 22 des souhaits de victoire parmi les sympathisants de gauche et 24 chez les sympathisants socialistes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *