J’écris pour les profs qui pètent les plombs par Prof Falbala

Share
illustrations sur le thême de la violence en milieu scolaire et incivilités.Photos réalisées en concertation avec l'établissement et les élèves. Pour papier de catherine Aubry Philippe ARNASSAN
illustrations sur le thème de la violence en milieu scolaire et incivilités.Photos réalisées en concertation avec l’établissement et les élèves. Pour papier de Catherine Aubry Philippe ARNASSAN

Choquée par la mort de « la prof de maths qui s’est immolée », Prof Falbala – qui enseigne les lettres sur la Côte d’Azur – a envoyé cette tribune à Rue89. Je la reprend intégralement ici car il me semble qu’on ne leur donne pas assez la parole à ces prof qui ont peur de l’Ecole

J’écris de chez les profs qui croyaient au pouvoir de la littérature. J’écris pour celles qui pètent les plombs, celles qui savent pas « gérer les conflits », celles qui s’absentent parce qu’elles ne peuvent plus faire face à une situation d’hostilité larvée, celles qui restent fidèles au poste, regard éteint, rasant les murs.

J’écris d’un lieu où règne la peur

Celles qu’ont pas réussi à avoir des classes à faibles effectifs, celles qui n’ont pas le nouveau manuel adapté au nouveau programme parce qu’au lycée il n’y avait pas assez de crédits pour les acheter, celles qui officient dans des salles où ne peut pas pousser les murs, où il n’y a pas de rideaux pour faire le noir quand on passe un film, où il y a juste 35 chaises et 35 tables collées les unes contre les autres pour 35 élèves qui ont parfois la faiblesse de s’agiter et de bavarder.

J’écris d’un lieu où règne la peur, la peur de l’autre malveillant, et au lycée chacun a son autre, l’administration qui a peur de sa hiérarchie, les surveillants aux emplois précaires qui ont peur de l’administration, les profs qui ont peur des élèves, des parents, du regard des autres profs et les élèves eux, qui ont juste peur de rater leur vie.

Il ont peur de ne pas avoir accès au meilleur enseignement parce qu’ils n’ont pas eu la chance de naître dans les beaux quartiers, d’avoir des parents friqués qui pourraient les mettre dans le privé où les conditions d’enseignement sont un peu meilleures.

« Aux ouvriers de s’adapter aux boulons »

J’écris d’un lieu où se propage la rumeur malveillante contre tel prof ou tel élève, rendu responsable de toute cette pagaille – agité, dépressif, ennuyeux, paresseux, bavard, absent, « j’men-foutiste », agressif, bordélique, instable, provocateur, etc.

Un lieu où les inspecteurs, si par miracle ils viennent, regardent, avant d’inspecter, l’ancien rapport d’inspection, parce que comme ça ils ont déjà une idée et un jugement formés – c’est plus simple et puis il ne s’agit pas de contredire l’inspecteur précédent et d’ailleurs, le prof est d’abord :

  • une nature en général infantile (dixit les rapports, normal il n’a jamais quitté le cadre scolaire),
  • peu susceptible d’évoluer,
  • rangé dans des catégories – rayonnant ou pas, bordélisé ou pas, assidu ou pas, aux ordres ou pas.

Quand j’ai rencontré le médecin du rectorat à laquelle j’avais justifié mon désir d’obtenir un poste adapté parce que je n’en pouvais plus, elle m’avait expliqué que dans une usine, quand les boulons changeaient il fallait bien que les ouvriers s’adaptent aux nouveaux boulons et que dans l’enseignement, c’était pareil, il fallait s’adapter.

J’étais tellement sidérée que j’ai omis de lui demander qui étaient les boulons.

C’est beau un cours de littérature

Je trouve ça formidable qu’il y ait aussi des profs de lettres tranquilles, épanouis, qui savent captiver un auditoire de 35 élèves sur « Madame Bovary » en jonglant avec les consignes ministérielles :

  • « constitution et enrichissement d’une culture littéraire ouverte sur d’autres champs du savoir et sur la société » ;
  • « construction progressive de repères permettant une mise en perspective historique des œuvres littéraires » ;
  • « développement d’une conscience esthétique permettant d’apprécier les œuvres, d’analyser les émotions qu’elles procurent et d’en rendre compte à l’écrit comme à l’oral » ;
  • « étude continue de la langue comme instrument privilégié de la pensée, moyen d’exprimer ses sentiments et ses idées, lieu d’exercice de sa créativité et de son imagination ».

C’est beau un cours de littérature. Je me dis que les gens qui ont élaboré ces programmes, ça fait très longtemps qu’ils n’ont pas mis les pieds dans une classe.

« C’est une chaudasse, madame Bovary ? »

A la fin de la séquence « étude du roman réaliste », après une « lecture analytique » de « Madame Bovary » (étude des passages-clés) et visionnage du film de Claude Chabrol, j’ai obtenu des résultats assez encourageants finalement (j’ai réussi à cocher la case « culture littéraire ouverte sur d’autres champs du savoir et sur la société contemporaine ») :

« Ben m’d’am , en fait, c’est une chaudasse madame Bovary ?

– Ben oui, si vous voulez, on peut dire ça comme ça.’

Mais trêve de plaisanterie, en écrivant ces lignes, j’apprends que la prof de maths qui s’est immolée est morte.

Pourquoi l’administration s’est-elle obstinée à soutenir la thèse selon laquelle cette professeure était dépressive, contrairement aux affirmations de tous ses collègues ? Il ne s’agit plus du même registre. Silence.

1 thought on “J’écris pour les profs qui pètent les plombs par Prof Falbala

  1. Tellement triste mais tellement vrai.les trois singes ds ts les corps d etat.com.direction droit ds le mur. Attention la mort peut etre au rdv la preuve…vive l egalite des chances et l ecole républicaine garante de notre devise mais ca c est une autre paire de manche….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *