Le grand écart de François Bayrou à l’égard des gay

Share

 

François Bayrou

Dans une grande interview au magazine Têtu, le leader centriste demande que l’on accepte sa différence… d’opinion sur le mariage des couples homosexuels. Il renouvelle son opposition à cette forme d’union.

 

«Parmi nos concitoyens, il y a bien des différences de sensibilité, parfois venues d’autres traditions culturelles, parfois plus traditionnelles (…) Ceux-là aussi ont droit à la compréhension», fait valoir le patron du MoDem dont l’inspiration politique est démocrate-chrétienne. «Le mariage, c’est l’union d’un homme et d’une femme», développe-t-il notamment.

Pour autant il ne s’arrête pas là. Si Bayrou refuse le mot « mariage » pour l’union entre deux hommes ou deux femmes, il développe une rhétorique et un programme des plus progressistes. Il s’est prononcé pour un contrat d’union civile, dont les droits seraient similaires à ceux du mariage: ce nouvel «engagement doit être contracté dans les mêmes conditions de solennité, y compris par l’état civil de la nation, devant le maire. Mais pour moi, il s’agit d’une union, pas d’un mariage», a-t-il précisé.

 

Sur l’homoparentalité, le leader centriste constate: «l’homoparentalité existe, l’adoption homosexuelle existe (…) Le fait que deux personnes (…) élevant des enfants ensemble, les ayant adoptés ensemble, soient reconnues toutes les deux comme parents me paraît un droit logique et de bon sens», explique-t-il. Il trouve «absurde» que des couples de femmes homosexuelles puissent avoir accès à l’insémination artificielle en Belgique et pas en France, et se disant encore favorable à la reconnaissance juridique des enfants conçus à l’étranger en gestation pour autrui (GPA). Enfin, concernant les droits des personnes transgenres, le patron du MoDem estime «normal de faciliter le changement» de leur «état civil».

Bayrou apparaît de plus en plus enferré dans ses contradictions… en chrétien-démocrate il ne voit le mariage qu’au travers de sa sacralisation religieuse alors que dans notre République, il ne s’agit que d’un contrat reconnu par la loi. En tant que réformateur il souhaite la reconnaissance de tous les droits des parents homosexuels, mais réfute les symboles. Est-ce la peur de perdre les dernières bribes de son électorat conservateur ou est ce la dernière résistance de son propre conservatisme ? Personne ne le sera jamais et qu’importe finalement, François Bayrou survit sur les souvenirs de 2007, sur ce peut-être qu’il n’a pas su ou pu faire fructifier et l’on voit simplement les derniers scintillements d’une étoile dont la disparition est prévue pour 2012. A défaut de soutenir ses derniers efforts on ne peut que saluer le parcours d’un homme qui de balladurien finira en soutenant la légalisation de la gestation pour autrui …

 

 

5 thoughts on “Le grand écart de François Bayrou à l’égard des gay

  1. Il faut plutôt aménager le PACS en leur donnant à peu près les mêmes droits qu’aux hétéros( transmission de patrimoine, retraites,etc…) et appeler cela “Pacte civil” ou autre dénomination, avec officialisation auprès de l’officier d’état civil.Ainsi,il n’y aurait plus de confusion des genres et le terme symbolique de ” mariage ” serait préservé avec toute la charge culturelle ( et cultuelle ) que cette terminologie représente.C’est l’avis de beaucoup de croyants…et de non croyants.
    Il faut respecter les religions même si l’on est dans un état laïc.Ce respect passe d’abord par l’écoute,le dialogue.Finalement cette affaire est plus politicienne qu’idéologique car Hollande et le PS ont tant promis à des minorités (autre ex.le vote des résidents ” étrangers “), respectables bien sûr, qu’ils sont à présent pris au piège.
    Enfin, d’autres problèmes immédiats et plus importants préoccupent les français qui commencent à se lasser de ces problèmes secondaires pour eux.

    1. désolé mais quand on parle de “droits” il n’y a pas d'”à peu près” on a pas à peu près accordé les mêmes droits civiques et sociaux aux femmes et aux hommes ou aux noirs et aux blancs. L’autre solution à laquelle je suis favorable est de supprimer totalement la notion de mariage civil pour gays et hétéros … que ceux qui veulent un “mariage” bien chargé de culture et de culte le fassent dans leurs temples et qu’on laisse tout le monde signer un contrat d’union civile en mairie !

      1. Je concède que l’ “à peu près” peut paraître choquant mais j’avais une réserve concernant la conception d’enfants par insémination artificielle pour les couples féminins.Après mûres réflexions,j’avoue que j’évolue; je ne suis aucunement psychorigide.
        J’ai plus récemment écrit,ailleurs,qu’il faudrait créer un pacte d’union civil pour tous(mêmes termines que les vôtres!)et, effectivement, réserver le terme de mariage aux cérémonies religieuses.Nous sommes donc en accord là-dessus.Si le gouvernement veut apaiser les passions, souvent excessives, il devrait explorer cette piste !

  2. C'est là tout le problème. Vous n'y voyez qu'un contrat alors qu'il s'agit d'une institution, pilier de notre société. A vouloir le détruire, c'est toute la société qui sera perdante.

    1. vous pensez vraiment que le mariage civil en mairie est un "pilier de la société" ou parlez vous du mariage en général et notamment religieux? Je respecte énormément les croyances des uns et des autres mais en quoi a ton besoin d'un mariage civil? c'est peut être là la vraie question …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *