Salaires : comment vous situez-vous par rapport à la moyenne des Français ?

Share

salaire_decroisant-2Quelle est la proportion de salariés qui gagne plus et moins que soi. Tel est l’étonnant test que propose l’Observatoire des inégalités. De quoi remettre quelques idées en place. via La Tribune

Simple et efficace, l’outil proposé par l’Observatoire des Inégalités permet de se situer dans la hiérarchie nationale des salaires. Pour cela, il suffit de rentrer son salaire net, et l’application réalisée par l’association vous dira quelle proportion de Français gagne plus (et moins) que vous.

Sous les feux de l’actualité, le sélectionneur du XV de France Marc Lièvremont, gagne plus que 99% des salariés avec une rémunération hors primes estimée à 9.600 euros net mensuel. Mais comme le précise l’Observatoire indépendant, “parmi les 0,5 ou 0,1 % les mieux payés, on émarge à des sommes très supérieures…”. Et encore, les rugbymen sont réputés pour gagner dix à vingt fois moins que les footballeurs…

Mais nos députés sont également bien lotis, avec leurs 5.246 euros de rémunération nette : c’est plus que 97% de nos compatriotes.

Les diplomés des grandes écoles de commerces ne sont pas non plus à plaindre. A peine entrés dans la vie active, ils touchent plus que 80% des salariés  : leur salaire moyen à la première embauche s’élève en effet à 39.000 brut euros annuel pour les écoles les plus réputées.

Un sacré écart, en début de carrière avec un professeur débutant : 1.666 euros net mensuel, soit le salaire médian de la population. Un véritable sacerdoce !

Tout comme les infirmières récemment diplomées qui gagnent plus que 42% des salariés en France (1.540 euros net mensuel). Les agents de caisse, enfin, ont une rémunération supérieure à celle de 20% des Français (1.249 euros en moyenne).

Au global, 10% des travailleurs salariés gagnent moins de 1.124 euros tandis que 1% des salariés gagnent plus  – voire beaucoup plus – de 7.925 euros.

Petit fait étonnant de cette étude : 7% des salariés sembleraient toucher… moins que le Smic (1070,76 euros net mensuels). La raison tient essentiellement à la méthodologie privilégiée par l’Observatoire des inégalités.

Salaire et richesse : deux notions différentes

Ce test présente néanmoins des biais. Première lacune : il ne tient compte que des revenus des travailleurs salariés du public et du privé, récoltées via les déclarations automatisées des données sociales (DADS) de l’Insee. Autrement dit, les revenus de 10% des Français (chefs d’entreprises, artisans, commerçants, professions libérales…) n’ont pas été comptabilisés.

Ensuite, les dernières données disponibles datent de 2008. Depuis, la crise économique est passée par là et a pu changer la donne… Enfin, le test ne tient pas compte des différences de temps de travail. Les revenus ont en effet été comparés en “équivalence avec un temps plein”, de sorte que seul le taux horaire des salaires a finalement été comparé, et non le montant effectivement perçu par les travailleurs.

Et puis, le salaire suffit-il à définir la notion de “richesse” ? Cette dernière dépend aussi non seulement du capital accumulé mais aussi du niveau des dépenses courantes (qui lui même varie selon le lieu d’habitation etc).

Malgré ces quelques imperfections, l’outil permet de se situer globalement et de prendre conscience de la réalité des salaires en France. D’ailleurs… savez-vous où se situe le vôtre ? Faites le test sur le site de l’Observatoire des Inégalités.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *