Je voulais un ordinateur : 2nde partie ma rencontre avec DARTY

Share

Après avoir renoncé à recourir aux services de la FNAC (voire première partie), le premier agitateur de bureaucratie artistique de notre beau pays, je me suis tourné vers son concurrent le plus populaire « Darty », une société qui, selon les messages publicitaires qui nous cassent les oreilles chaque matin à la radio, nous propose un « contrat de confiance » alliant efficacité et proximité. Pour ce dernier point la chose est certaine puisqu’il y a un magasin darty à moins de 500 mètres de chez moi.

Considérant les horaires du dit magasin (10h00 – 19H30) je me propose de commander sur internet et de me faire livrer directement le soir. Nous voici donc sur darty.com. Je trouve l’objet de mes désirs informatiques, je l’ajoute dans mon panier et j’entame la procédure de validation de la commande.

Arrivé à « mode de livraison » une seule option m’est offerte : « retrait en magasin »… soit, point de drame, ma moitié travaille à côté et pourra aller récupérer l’objet. Néanmoins, pour être certains qu’aucun problème ne se posera, je distingue bien d’une part l’adresse de « facturation » de l’adresse de « livraison » en mettant la première à mon nom « IGTBB » et la seconde au nom de ma moitié « MOITIE »

Au moment de la sélection du produit on proposait un paiement en 3 fois sans frais, option qui disparait au moment de payer… je n’insiste pas sur ce point, mon expérience de FNACeux m’ayant largement échaudé… et je paye au comptant…

Je reçois instantanément un mail de confirmation de ma commande qui sera définitivement validée une fois que je recevrai par sms un code de retrait du produit en magasin … great…

 15H00 mon téléphone sonne :

« bonjour ici le service SECUVAD. Vous venez de faire un achat sur darty.com ? » circonspect, je confirme « en effet »… « Vous êtes bien MOITIE ? » … « non madame je suis IGTBB, le payeur alors que MOTIE est destinataire… » … « ah oui toutes mes excuses… » s’en suit une série de questions afin de vérifier que j’existe bien, que ma carte de crédit est bien à moi et que mon adresse est exacte …. Le tout étant conclu par la charmante dame par « très bien je vous remercie, nous allons confirmer votre commande, darty vous enverra un code de retrait et MOITIE pourra, avec ce code et sa carte d’identité, retirer le produit en magasin à compter de 16H00 ». Voilà ce qu’on appelle de l’efficacité ! 5 minutes plus tard je reçois le sms avec le code et je transfère le tout à ma moitié avec le sourire de l’enfant qui le soir même aura un nouveau jouet …

 17H45 mon téléphone sonne :

C’est ma moitié qui éructe littéralement au bout du fil : « p*t*** mais il est à ton nom, pas au mien et ils refusent de me le donner » je lui propose de leur montrer le mail reçu quelques minutes plus tôt et qui dit ceci (reproduction exacte) : « Cher MOITIE, Nous avons le plaisir de vous informer que votre commande est à votre disposition à notre comptoir de retrait. Nous vous invitons à venir la retirer au magasin DARTY Republique. Lors de votre retrait, nous vous demanderons de nous préciser votre code de retrait **** et de présenter une pièce d’identité en cours de validité à votre nom. »

La réponse de l’aimable agent de darty à la dite moitié est pour le moins surprenante : « mais j’en ai rien à faire de votre mail, j’ve même pas le voir. Moi sur mon ordinateur y a marquer IGTBB alors si vous zavez pas sa carte d’identité ça sert à rien ! »… MOITIE s’en va … sans ordinateur.

A mon tour je m’agace et depuis mon bureau appelle le service clientèle de Darty. « mais bien sur que si, MOITIE doit pouvoir récupérer le produit qui est bien à son nom … attendez j’appelle le magasin »… 5 minutes plus tard la gentille dame me reprend « je suis vraiment désolé M. IGTBB mais c’est la nouvelle politique de ce magasin, il ne donne le produit qu’à la personne dont le nom apparait sur la facture et non à celle qui est destinataire du bon de livraison… il n’y a rien que je puisse faire pour vous »…

Nous sommes mardi soir et toujours pas d’ordinateur …

 Voyez vous chers lecteurs, la morale de cette histoire est finalement simple. A tous ceux qui stigmatisent la bureaucratie de la fonction publique je signalerai que finalement la bureaucratie des entreprises privées n’à rien à lui envier si ce n’est peut être que ce ne sont pas des usagers mais des clients qu’elle emmerde. Nous vivons donc dans une société où il faut se battre pour dépenser connement et inutilement ses économies…

2 thoughts on “Je voulais un ordinateur : 2nde partie ma rencontre avec DARTY

  1. La bureaucratie des vendeurs explique surement la hausse du nombre de casse avec violence, ce sont juste des clients agacés de l'attente.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *