En vrac mais pas par hasard, un regard sur les fainéants et les voleurs

Share

De cette semaine, les obsessionnels de l’alphabet international ne retiendront que la perte du triple A de la France, ce sésame de la finance internationale. Je ne reviendrai pas ici sur le rôle des agences de notation, organismes privés qui se sont transformés avec le temps en juges suprême du poids des nations et de leur place dans le monde.

AAA
AA+ et ensuite

C’est un peu oublier que ces agences ont seulement la place que nos gouvernements ont bien voulu leur donner, elles sont le « skynet » de notre réalité, un outil créé par la société et qui les mène à leur autodestruction. C’est également oublier que la France n’a pas perdu son triple A mais l’un de ses triple A. Il aura fallu attendre la conférence de presse de la chancelière Allemande, Angela MERKEL pour que cette évidence soir rappelée : ce ne sont pas « les agences de notation » qui ont retiré son AAA à la France mais Standard and poors, une seule agence de notation. C’est un peu oublier que les marchés avaient anticipé ce retrait et que les seuls effets attendus de ce déclassement sont la diminution de la masse salariale des banques françaises et l’augmentation du coût de l’emprunt aux particuliers, deux politiques qui n’auront pour objectifs que de préserver les résultats des groupes financiers français.

Ce n’est peut-être qu’un hasard, mais cette dégradation intervient la semaine même où une énième campagne de presse est lancée dans notre pays sur la fainéantise nationale… Que ça se sache nous sommes tous des boulets pour notre société, nos patrons, notre Gouvernement. J’ai honte de vous écrire cela alors que je suis moi-même en vacance et j’espère que le rouge vous monte au front alors que vous pourriez, au lieu de lire ma prose, être en train de travailler pour sauver notre pays de la déchéance économique.

La vieille rengaine est de retour, accusés Fainéants veuillez-vous lever ! Déjà en mai 2010 Gérard Larcher, alors président du Sénat, interviewé par Nicolas Demorand sur France Inter , disait que la France avait deux boulets : la retraite à 60 ans et la faible production, la production étant définie comme le produit de la productivité et du temps passé à produire. La France n’avait ainsi qu’un seul défaut ces fainéants de Français qui ne travaillent pas assez longtemps dans une semaine et dans une vie !

Je ne reviendrai pas sur l’étude sur laquelle le Figaro a fait sa une et qui ne place que la Finlande derrière la France en termes d’heures travaillées. Alors bien sur tout ça c’est à cause des 35 heures, des congés payés et de la retraite à 62 ans (oui celle à 60 ans c’est déjà fini). Alors bien sur, c’est oublié qu’on ne doit comparer que ce qui est comparable ; c’est oublié que selon l’OCDE, les Français ayant un emploi ont travaillé en moyenne 1 562 heures en 2010, plus que les Allemands (1 419 heures) mais moins que les Britanniques (1 647 heures).

En fait c’est oublié que les problèmes de la France se situent d’abord au niveau du sous-emploi des jeunes et des anciens ; c’est oublié que le taux de productivité horaire d’un travailleur français est supérieur à celui d’un américain, du moins quand il a la chance d’avoir un emploi … que le marché du travail Allemand a  intégré la notion de réduction du temps de travail mais au détriment des salariés. La France à institué les 35 heures pour un partage équilibré du travail et l’Allemagne a développé le temps partiel pour laisser aux employeurs le choix du mode d’emploi des salariés ce qui a eu pour effet de développé les inégalités sociales notamment au détriment des jeunes et des femmes qui sont enfermés dans le cycle infernal de l’emploi, et de la rémunération, partiels.

Ainsi doit on faire confiance aux entreprises et aux patrons pour organiser la société ?

J’aimerais terminer sur un exemple qui a fait du bruit cette semaine, les tarifs de la téléphonie mobile. Depuis l’annonce des forfaits Free mobile, vous êtes nombreux a avoir reçu des appels des services clientèle de vos opérateurs historiques vous proposant de réduire le tarif de vos forfaits de 15 ou 20 € par mois dès aujourd’hui. Disons les choses telles qu’elles sont, nous en avions tous le sentiment depuis des années, nous en avons aujourd’hui la démonstration, Orange, SFR et Bouygues nous ont pillé, enfler, voler depuis des années dans le cadre d’un véritable syndicat du vol organisé ; avec l’accord des autorités publiques.

Et vous osez encore me demander pourquoi je n’ai pas confiance dans les opérateurs privés pour organiser notre société et notamment son temps de travail ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *