Le racisme anti-gosses

enfant
Share

Le web grouille de blogs maternels dénonçant les discriminations dont seraient victimes les enfants et leurs parents. Le racisme anti-mioches se ressentirait partout, dans les transports en commun, les hôtels, les restaurants, les chambres d’hôtes et même au bureau…

Le 11 avril 2011, la sympathique passionaria des web mamans, eZabel tirait la sonnette d’alarme :
« Une chambre d’hôtes, que je trouvais absolument génial depuis 2 ans. J’ai appelé vendredi afin de connaitre les disponibilités pour août, histoire de se refaire quelques jours bien sympa dans leur immense jardin clôturé, leur piscine chauffée sécurisée, leurs petits déjeuners frais et divinement bons, leur chambre chaleureuse et agréable. Bref, j’y étais déjà. […] Alors je demande la chambre familiale, celle où le canapé devient double lit (gigogne), pour les petits. Et là, la dame change de ton et je sens le vent tourner, mais je fais comme si je ne comprenais pas (blonde inside) et la pousse à le dire…
Quel âge ont vos enfants ? Ah … parce qu’en fait… vous savez nous avons une vieille bâtisse… les enfants turbulents… en fait, nous n’acceptons pas les chiens et les enfants de moins de 10 ans »
Me voilà rassurée, il n’admette pas non plus les animaux de compagnie…”

demonsEt là vous pouvez suivre le florilège de commentaires scandalisé des mamans lectrices à qui il est arrivé des aventures similaires et de râler tout ce qu’elles peuvent sur ces lieux de vacances réservés à ce qu’elles appellent les « no-kid » … Et E zabel de poursuivre : « Alors, dans le même genre, on a l’idée « novatrice » (que je déteste) des TGV « famille » où tu peux donc laisser ton gamin hurler avec les autres, sans risquer de déranger mamie qui n’a soit, jamais enfanté, soit fait déjà dans la perte de mémoire… Eh oui, moi, je te regarde expliquer ensuite à ton loulou que ba non, cette fois-ci, dans ce train là, il n’a plus le droit de parler fort, de courir et danser. Ce train là, c’est pas prévu pour ! Perso, je préfère leur apprendre dès le début, que le train est un endroit où l’on chuchote et qui a ses propres règles à respecter. Et pourtant cela ne m’a pas empêché de me prendre des remarques très désagréables et infondées (évidemment). »
Et là je me marre parce que vous l’imaginez bien, non seulement je suis favorable aux TGV famille mais je trouve même qu’ils devraient être obligatoires pour tout enfant de moins de 10 ans car soyons sérieux je suis comme tout le monde, j’adore les enfants mais à partir du moment où ils sont tous aussi bien élevés que ceux d’E zabel. Qui n’a pas croisé pendant des heures interminables la maman à la con qui n’envisage même pas de couper le son du jeu de son charmant bambin ? Qui ne s’est pas retrouver à proximité du papa parfaitement zen que les hurlements de son gosse ne dérange plus depuis bien longtemps et qui vous répondra, à la première remarque désagréable, que « c’est normal qu’il soit bruyant :c’est un enfant ! »…
Soyons sérieux un instant et observons notre entourage plus ou moins immédiat et souvenons-nous du sketch de Florence Foresti sur les Enfants des autres en vacance …

Chères mamans n’ayez pas peur il ne s’agit nullement de vous enfermer dans des camps pour morveux pendant 10 ans ; bail renouvelable à chaque nouvelle grossesse. Néanmoins vous devez pouvoir envisager que votre progéniture n’est pas la priorité de la terre entière, que les gens se fichent de sa première dent, de son angine ou de son beau dessin ; qu’elle peut être charmante mais qu’elle l’est d’autant plus si elle nous fait un beau sourire silencieux. Oui c’est vrai quand je paye 800 € un billet d’avion ça me gave de savoir que le voyage se résumera à 6h de garderie en plein ciel. J’ai le vague souvenir de mes parents nous imposant le silence dans les trains et vous savez quoi, la vraie différence par rapport à aujourd’hui : nous obéissions !
Je touche du doigt le vrai problème de la rencontre entre les enfants et les « no kid » : l’éducation. Ceux qui n’ont pas eu d’enfant lors des deux dernières décennies ne peuvent comprendre vos drames quotidiens. Ils ne savent pas ce que c’est de trimbaler partout sa progéniture. Quand ils allaient en soirée ils laissaient les têtes blondes à une jeune fille qu’ils rémunéraient pour ça… Quand ils recevaient des amis ils faisaient manger les enfants avant et c’est bien normal car à 20.30 les dites têtes blondes étaient … au lit ! C’est une époque de vieux cons où l’enfant devait respect à l’adulte quel qu’il soit… imaginez donc un enfant n’était bien sûr pas un roi mais pire il était considéré comme socialement inférieur à l’adulte et il était contraint de s’adapter au mode de vie des autres… Misérable période heureusement révolue…

2 thoughts on “Le racisme anti-gosses

  1. Hello !
    Chouette article – j’aime beaucoup ton “ton”. Et ça me fait plaisir que quelqu’un parle de ce soi-disant “racisme anti-gosses” avec le sourire. C’est marrant : je suis tombée sur l’article d’E-Zabel juste avant de lire celui-ci…Et bon. Je n’étais tellement pas d’accord avec que je me suis dit que ça serait inutile de lancer un débat par pure provoc’ – surtout qu’on a changé d’année plusieurs fois entre – temps !
    Rien que la partie “j’ai eu droit à des remarques infondées (évidemment)”…Euh, ça, c’est vous qui le dites. On n’en sait rien. Je n’aime pas ce style, il s’en dégage une sorte d’arrogance – que je serais tentée d’attribuer plus à l’énervement suscité par l’annonce qu’à un trait de Personalities permanent.
    Alors merci de votre article, drôle, culotté et pertinent ^^ ! De 2012 peut-être, mais il n’a pas pris une ride en 5 ans !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *