Sarkozy tacle un journaliste sur la dette … la campagne s’enlise

Share

il y a de cela quelques jours je rendais hommage à Angela Merkel pour son commentaire éclairé sur la dégradation de la note de la France par l’institut privé Standard & Poors. Laissez moi vous rafraichir la mémoire, la Chancelière allemande précisait alors que ce ne sont pas « les agences de notation » qui ont retiré son AAA à la France mais Standard and poors, une seule agence de notation et qu’en tout état de cause il faudrait attendre l’avis des deux autres spécimens de la notation financière.

La chose est aujourdhui entendue, ces deux agences maintiennent la France dans le club du triple A et c’est justement ce que Nicolas Sarkozy voulait entendre dans la bouche des journalistes lors d’une conférence de presse tenue à Madrid… pourtant le journaliste de Reuters lui il ne veut parler QUE de Standard & Poors s’en suit le dialogue de sourd que voilà :

Nicolas Sarkozy l’a mauvaise et on peut le comprendre la mauvaise nouvelle occultant toujours, dans le champs médiatique, la bonne. De plus je peux me permettre, ayant démontré à de nombreuses reprises mon sens de la critique de cette présidence de rappeler que si une part de la responsabilité de notre niveau d’endettement pèse sur les frêles épaules présidentielles, ses concurrents ne peuvent être exempts de critiques. Rappelons que le dernier Premier ministre a avoir présenter un budget en équilibre est Raymond Barre et qu’il s’agissait du budget 1979… Aucun candidat en lice cette année n’est l’archange de la droiture budgétaire, pas plus Marine Le Pen que François Hollande ou même François Bayrou même si ce dernier s’est fait depuis 10 ans l’apôtre de la rigueur budgétaire.

Alors chers amis candidats, ce que nous attendons aujourdhui ce sont des solutions ou au moins des propositions… lâchez nous avec vos invectives et passez tout de suite à l’option PROGRAMME !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *