Un regard sur le programme de François Hollande

Share
François Hollande

Hier soir nous étions nombreux les yeux rivés sur notre écran à écouter François Hollande, candidat socialiste et favori dans la course à la présidence. Alors oui, il faut le dire, le candidat socialiste a réussi sa métamorphose, physique, psychologique et politique. Le nounours plutôt drôle voire sympathique des années 90 est devenu un chef plein de son ambition, de son autorité et de ses certitudes quant à ses compétences. Il évite le bon mot avec autant d’attention qu’il le cherchait par le passé.

Je ne reviendrais pas ici sur le débat avec Alain Juppé, chacun y a atteint ses objectifs même si, force est de le reconnaître, le moment où Alain Juppé fut le plus convaincant est assurément celui où il défendait son propre bilan de Premier ministre.

En général j’ai trouvé l’émission peu intéressante puisque l’invité du jour étant favori des sondages il s’est contenté d’éviter les écueils de campagne et est apparu à mes yeux fatigués comme nettement moins convaincant que Jean-Luc Mélenchon qui l’avait précédé. Le point sur lequel il faut s’arrêter c’est le programme du candidat socialiste car François Hollande est le seul des quatre prétendants sérieux à présenter un programme à ce moment de la campagne. Et quand je dis « programme », je pèse le mot car il y a là de vraies propositions, réalistes, dotées de financement et d’un calendrier.

On en compte 60 et on ne va pas toutes les passer en revue… mais on pourrait les classer en trois catégories : les réformes intéressantes, les déclarations d’intentions et les erreurs

Commençons par les déclarations d’intentions, elles sont malheureusement nombreuses et sans grand intérêt. Je classe dans cette catégorie tous les engagements en termes de résultats sans moyens ni projets de réforme concrets par exemple (je cite) « Je soutiendrai le développement des nouvelles technologies et de l’économie numérique, levier essentiel d’une nouvelle croissance, en organisant avec les collectivités locales et l’industrie la couverture intégrale de la France en très haut débit d’ici à dix ans. »… OK François comment ? ça coûte combien ? ou encore « Je relancerai la politique des transports pour lutter contre la fracture territoriale qui exclut une partie des habitants de l’accès aux emplois et aux services publics. Ma priorité sera d’apporter, tant en Ile-de-France que dans les autres régions, une réponse à la qualité de service des trains du quotidien ainsi qu’à la desserte des territoires enclavés. » Génial ça veut dire quoi concrètement ?

A côté de ces déclarations sans intérêt il y a de vraies propositions intéressantes d’abord en termes de réforme de sociétés : Egalité salariale homme-femme sanctionnée, limitation des différentiels salariaux au sein d’une entreprise, droit au mariage et à l’adoption pour les couples homosexuels, encadrement de la fin de vie avec une première étape d’euthanasie….

J’adhère aussi totalement à la réforme fiscale même si je la trouve grandement insuffisante et peu ambitieuse mais quoi qu’il en soit il y a de vraies réformes cachées derrière des expressions un peu grandiloquente et classées par catégorie fourre tout ce qui complique l’analyse d’ensemble.

J’aimerais m’arrêter enfin sur les mauvaises réformes, enfin sur ce que je considère comme tel. J’ai déjà dit tout le mal que je pensais de l’inscription de la loi de 1905 dans la Constitution, réforme juridiquement inutile et politiquement dangereuse.

Mais ce n’est pas tout prenons un exemple : François Hollande a annoncé plusieurs propositions concernant la fonction publique. D’une part : « le nombre total de fonctionnaires n’augmentera pas, mais il sera mis fin à la règle aveugle du non remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite. ». D’autre part : il y aura création de 1000 postes supplémentaires chaque année dans la Justice,la Police et la gendarmerie, mais aussi 60 000 postes supplémentaires « dans l’éducation, pas seulement de professeurs, mais de surveillants, d’infirmières, d’assistantes sociales… ».La Fondation iFRAP s’est penchée sur l’équation suivante : comment ferait le candidat François Hollande pour créer 65 000 postes en cinq ans tout en supprimant la règle du un/deux et en conservant, sur l’ensemble de la législature, le même nombre d’agents de l’État soit 2 125 770 (Postes – Équivalents temps plein).

La réponse est claire : François Hollande ne continuera pas le un sur deux car il sera contraint de mettre en place dans les ministères supportant l’effort de non création de postes une règle beaucoup plus dure : il ne remplacera pas 5 fonctionnaires sur 7 partants en retraite si l’effort est harmonieusement réparti sinon se sera plus dur. Vous pouvez retrouver l’étude de l’IFRAP en cliquant sur le lien.

Encore un exemple, les annonces liées à l’épargne qui sont un véritable non sens économique. François Hollande annonce qu’il va créer un livret d’épargne industrie dont le produit sera entièrement dédié au financement des PME et des entreprises innovantes. Pour cela, il doublera le plafond du livret développement durable, en le portant de 6 000 à 12 000 euros. Dans le même temps il annonce le doublement du plafond du livret A. Se faisant le candidat socialiste propose aux Français d’investir plus largement leurs revenus dans l’épargne alors que notre pays est touché gravement par une baisse de la consommation. Pire encore l’épargne financière des Français est déjà une « anomalie » au niveau international. Ainsi, alors qu’au Royaume Uni, même après la crise financière, le taux d’épargne atteint péniblement les 5%, les ménages français épargnent actuellement plus de 17 % de leurs revenus, un niveau qu’on n’avait plus vu depuis1983.L’épargne financière accumulée des Français représente à l’heure actuelle environ 5 000 milliards d’euros, pour un PIB d’un peu moins de 2000 milliards d’euros et une dette publique de 1700 milliards. L’épargne est devenue l’expression du manque de confiance des français dans l’économie nationale et un véritable problème. Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy avaient tous deux engagé des procédures de réaffectation des sommes placées dans les PEL et les Livrets A sans aucun résultat concret. Aujourd’hui François Hollande nous ressort donc des vieilles recettes qui ont plusieurs fois échoué. Pour ma part j’attends mieux du candidat socialiste.

Alors bien sur ce n’est qu’un regard partiel sur un programme très large où je me suis attelé à pointer certaines insuffisances qui m’inquiètent quant à la réalité des autres propositions après la campagne commence et Hollande a au moins le mérite de mettre cartes sur table nous attendons avec impatience que les autres candidats, à leur tour, passent des mots et des incantations aux propositions et aux écrits.

RETROUVEZ LE TAUX DE REALISATION DU PROGRAMME DU PRESIDENT HOLLANDE SUR LA PAGE DEDIEE ICI

2 thoughts on “Un regard sur le programme de François Hollande

  1. C est en soit une bonne réforme que de vouloir rationaliser le nombre de fonctionnaires ou tout du moins les ré allouer plus efficacement

    1. certes une réorganisation est bonne sauf si elle cache en fait une politique qui vise à supprimer des fonctionnaires pour les remplacer dans certaines tâches par des "travailleurs pauvres" comme cela a été le cas dans le domaine de la sécurité aéroportuaire… Si on veut réformer la fonction publique c'est une excellente idée qu'on commence par la haute fonction publique mais sur ce thème … pas un mot … Hollande ne propose là qu'une accentuation de la politique de Nicolas sarkozy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *