En vrac mais pas par hasard un regard sur le Club Med Gym

Share
les cours collectifs au Club Med Gym

Quand la trentaine s’installe vous prenez conscience que la moindre raclette, les quelques litres de bières hebdomadaires et les déjeuners professionnels ne vous laisseront plus jamais aucun répit ! Une seule chose à faire : combattre avec acharnement le premier des petits plis disgracieux qui trahi votre état et pour ce faire, de nombreux parisiens se jettent sur leur comité d’entreprise afin d’obtenir une réduction pour l’abonnement au Club Med Gym.

Là c’est chacun pour soi ; chacun son rapport au sport, aux autres, à la sueur… certains s’acharnent à lutter contre leur bide disgracieux sur des vélos et autres machines dites de « cardio », les autres travaillent la beauté de leurs muscles gracieux sur des machines de « muscu » quand les plus courageux affrontent les cours collectifs.

Le cours collectif au Club Med Gym ça commence toujours par un sprint. Un sprint pour trouver une place dans la salle, se coincer entre le jeune homme qui a réservé depuis sa naissance la place juste devant le miroir et sa copine, la grosse qui souffle tout le temps, qui elle a besoin d’être collée à un pylône pour pouvoir se reposer de temps en temps.

Le cours collectif c’est aussi un prof et au Club Med Gym les profs sont rarement les mêmes d’un mois sur l’autre. Je me souviens avec regret de Mohamed qui semblait avoir des yeux partout et qui lançait d’un bout à l’autre de la salle des « je te vois » dès que j’avais l’outrecuidance de prendre quelques secondes de repos… Mais un samedi matin, Mohamed avait disparu. Les remplaçants plus ou moins sympathiques se sont succédés jusqu’à ce qu’Elle arrive. Elle c’est la nouvelle madame Body Pump du samedi matin au Club Med Gym Paris 20. J’ai survécu à deux cours collectifs avec ELLE.

ELLE ne tutoie pas, elle vouvoie et se croit revenue au lycée où il est de bon ton que les ignobles profs de sport de mes souvenirs vous aboient dessus comme si vous n’étiez que quantité négligeable dans leur monde de muscles et de sueur. Elle est certes aimable mais glaciale. Elle ne connait pas les habitués et pour tout dire elle s’en fout. La voix stridente, inaudible quand elle est entourée d’une bonne dose de Lady Gaga, s’acharne donc à infliger des remarques désagréable à celles et ceux qui ne sont pas au niveau. Le jour où je reçu un « Monsieur vous pourriez quand même mettre un peu plus de poids parce que là c’est ridicule » mon sang ne fit qu’un tour et j’annonçais dans la chaleur sèche réconfortante et sous les gentils quolibets de mes camarades que pour moi la messe était dite. J’ai dit au revoir au Body Pump.

Je suis déjà longuement revenu sur mon rapport au Club Med Gym, notamment à ses vestiaires et aux différents animaux mâles qu’on pouvait y retrouver. Le roi du Body Pump et d’autres lieux de bonnes compagnies avait lui aussi, entre deux soulevés de poids, aiguiser son regard sur la gente féminine pour compléter mon bestiaire. Il poursuivait avec acharnement l’exercice de son corps félin sous l’œil peu aimable de notre gardienne de zoo à la voix stridente jusqu’au jour où elle commit l’irréparable : s’attaquer au roi himself ! A découvrir en cliquant sur le lien !

On peut penser ce que l’on veut du Club Med Gym, et c’est bien normal puisqu’on y trouve de tout que ce soit au niveau des clients comme du personnel mais il y a bien un problème de fond dans la manière dont cette société gère son rapport à la clientèle. Les choses s’améliorent doucement grâce à l’émergence de nouveaux clubs, moins chers, sur le marché parisien. Celles et ceux qui veulent pratiquer le sport ne sont plus les otages d’une seule société … que cela se sache !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *