J’ai rencontré Christian Vanneste

Share

Avec le temps j’ai appris à respecter toutes les idéologies, même celles que je combats avec ardeur. Du plus loin que ma mémoire puisse remonter j’ai été engagé… Oui je faisais parti de ces petits garçons qui voulaient plus que tout participer aux conversations des grands, montrer la maturité de mes idées… heureusement personne ne peut se souvenir de la nature exacte de ces “idées”. Quoi qu’il en soit j’ai appréhendé le monde et la société au travers des valeurs transmises par mes parents, mes professeurs, mon entourage…

Le moment venu je me suis engagé, je me suis encarté. J’ai milité, un peu, parfois trop. J’ai vu les mensonges, ressenti les trahisons électorales, méprisé les petitesses de ces hommes et femmes qui ont oublié d’être des citoyens avant d’être des politiques. J’avoue, j’ai fui la politique, j’ai dédaigné son manque d’idéal, son absence de vision et puis la droite a changé.

Depuis 2002 et le tournant raté de l’union nationale qui aurait dû naître au lendemain du 21 avril; j’ai vu, effaré, la famille Gaulliste s’abandonner au conservatisme puis à la “réaction”. La France était le seul pays, au lendemain de la seconde guerre mondiale puis de la guerre d’Algérie, à être privée d’une vraie droite; celle qui fait peur, celle qui assume la haine, les inégalités et le rejet. La France, elle, avait le Gaullisme, mélange subtil de tout ce qui faisait l’originalité de la politique nationale : Bonapartisme, Colbertisme, libéralisme social avec une forte connotation interventionniste, paternalisme industriel…

Et puis j’ai rencontré Christian Vanneste et la Droite Populaire.

J’ai lu ses propos répétés constamment depuis des années. J’ai ressenti leur haine mais je n’ai pas peur. Il n’y a point besoin de mot, de condamnation, d’invective … tout est dit depuis bien longtemps maintenant. Il ne reste qu’une chose à faire : débarrasser le pays au plus tôt de cette clique nauséabonde et dangereuse. Notre seule arme sera un petit bout de papier alors citoyens aux urnes !

S’il me fallait une raison de retourner au combat des tractages, collages; des débats sans fin je crois que je l’ai trouvée. Aujourd’hui je ne vais pas m’engager pour une France plus juste mais simplement pour sauver ce qui peut l’être, pour arracher mon pays des mains de celles et ceux qui sont entrain de le salir avec leurs idéologies d’un autre temps.

Un dernier mot : retirer son investiture UMP à Vanneste ne suffira pas cette fois. pour être crédible la droite devra présenter un candidat face à lui. Je suis choqué qu’un “citoyen” puisse apporter son soutien à Vanneste et aux sbires réactionnaires de la droite Populaire mais je le suis plus encore quand ces mêmes citoyens sont homosexuels il y a quelque chose d’effarant de voir certaines personnes venir lécher les matraques idéologiques qui, coup après coup, ne cherchent qu’à leur ôter le droit de vivre … à bon entendeur …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *