Kadhafi rêvait de faire passer la Libye de l’ère moyenâgeuse à celle de la modernité

Share

On le sait l’actualité ne s’arrête jamais, elle tourne les pages et vole d’un dictateur à l’autre. Un jour, pas très lointain, le temps viendra de juger les résultats de la politique menée par les pays européens pour faire tomber le bédouin fou qui dirigeait la Lybie. Mais sait on vraiment qui était Mouammar Khadhafi?

C’est ce à quoi servent les livres. C’est en tout cas ce à quoi sert celui d’Hélène Bravin qui brosse dans “Khadafi, vie et mort d’un dictateur” le portrait du jeune bédouin pauvre devenu le dictateur impitoyable des dernières années; un homme à la fois idéaliste et opportuniste, féodal et moderne, civilisé et barbare.

Extraits via Atlantico

khadafi jeune, young ghadafi
Khadafi jeune Les Anglaises présentes en Libye soulignent sa ressemblance avec l’acteur américain Gregory Peck

Son baccalauréat de philosophie en poche, Mouammar décide, en 1963, d’entrer à l’école militaire de Benghazi, appelée communément Académie. Très ambitieux, il y prépare simultanément une licence d’histoire et une thèse sur la stratégie militaire. Il y entraîne ses camarades de classe ; Abdesselam Jalloud, Abdel Moneim al-Houni ou Omar al-Meheishi font notamment partie des élus. Au contact des corps de l’armée, il comprend rapidement que seule l’armée pourra faire tomber Idris Ier et permettra d’émanciper la Libye des étrangers.

Contrairement au milieu universitaire, en effet, l’armée n’est pas noyautée par les communistes et les Frères musulmans, déjà bien implantés en Libye. Et elle le prend plus au sérieux que les étudiants qui le jugent « rêveur ». Il abandonne alors l’idée d’une révolution civile pour envisager la possibilité d’un coup d’État de l’armée. Au fil du temps, d’autres militaires viennent grossir la cellule, au point que Kadhafi crée, au sein même de l’école, un groupe de soixante-deux officiers qu’il appelle « les officiers unionistes libres » en référence à l’Association clandestine des officiers libres de Nasser. Cette association formera l’ossature du coup d’État à venir.

Deux ans après son entrée à l’Académie, Kadhafi choisit le corps des transmissions à la caserne de Garyounis, près de Benghazi. Il y recrute d’autres éléments qui souhaitent, eux aussi, l’unité arabe, la liberté, le nationalisme de Nasser, et qui sont tout aussi indignés par la dérive du pays dirigé par « un roi qui règne mais ne gouverne pas », comme l’écrit Moncef Djaziri [1]. Fin 1965-début 1966, Kadhafi voyage pour la première fois hors de Libye : il fait un court stage de quelques mois comme officier des transmissions en Angleterre au British Army Staff College (ou Staff College, Camberley).

En 1967, une nouvelle rancœur s’installe au sein de l’armée : le roi ne participe pas à la guerre israélo-arabe de 1967, désavouant ainsi l’idole, Nasser. Plus que jamais, les compagnons sont décidés à réaliser leur coup d’État. « En cinq ans, Kadhafi avait réussi à tisser sa toile et à rassembler son vaste troupeau. Ses onze compagnons les plus proches étaient placés aux postes clefs. Il disposait désormais, dans toutes les casernes de Libye, d’un réseau de comités d’officiers subalternes et de soldats, et, dans les villes, de nombreuses personnalités triées sur le volet qui s’étaient converties à ses conceptions.Son mouvement fonctionnait comme une organisation religieuse et les “fidèles” étaient soumis à une discipline rigoureuse, à l’observation des prières et à l’ascétisme. Nul ne devait boire ni fumer en sa présence, les responsables devaient verser la totalité de leur solde à la révolution. Le charisme du chef irréprochable, convivial et affectueux faisait le reste », écrit Guy Georgy. Tous devaient être célibataires afin de ne pas être freinés par leur famille. Un an après, Mouammar Kadhafi prend le pouvoir. Il n’a que vingt-sept ans. (…)

Bientôt, le nouveau leader fait ses premières apparitions publiques. Le monde aperçoit un jeune homme grand, très mince, légèrement voûté, aux traits énergiques et harmonieux. Il a les cheveux très noirs et dégagés sur un front haut, et ressemble à un Italien raffiné du Sud. Les Anglaises présentes en Libye, portées sur la comparaison cinématographique, soulignent, elles, sa ressemblance avec l’acteur américain Gregory Peck [2] … Son regard noir est intelligent. D’un programme aux grandes lignes très générales, on retient vaguement que le jeune homme est pronassérien et qu’il veut créer une nation arabe. On ignore tout, en revanche, de son projet de société. Que va-t-il faire ? Nul ne le sait. Pas même le jeune Kadhafi. Une faille que ce dernier va tenter de combler tant bien que mal…

pour la suite il faut acheter le livre ici

2 thoughts on “Kadhafi rêvait de faire passer la Libye de l’ère moyenâgeuse à celle de la modernité

  1. via G+ : C'est çà! Quand on voit la Libye qu'il a laissée, il y a de quoi se poser des questions : tous les Libyens s'exportent pour se soigner, l'enseignement laisse à désirer (il ne fallait pas que les Libyens pensent ou réfléchissent)…Et la Libye, mise à part le littoral est resté un désert…

    1. via G+: Le post en question présente un extrait du livre qui retrace le cheminement qui mène du premier Khadafi jusqu'au dictateur tyrannique … Cet extrait vise la prise du pouvoir par Khadafi et la manière dont il a été ressenti lors de son apparition sur la scène politique locale. Le livre va bien plus loin, c'est un travail de journaliste et d'historien qui analyse en profondeur cette période de l'histoire libyenne et qui dresse un portrait juste d'une Libye vidée de son sang par Khadafi … il n'y a aucune complaisance dans ce livre, au contraire… il faut le lire avant de tirer des conclusions hatives 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *