votez utile ou le syndrome de Stockholm de la politique française

Share

Je commencerai cette journée par un aveu : cette élection présidentielle me semble marquée par des candidats de qualité qui posent, pour la plupart, de vraies propositions et qui construisent, en général, des programmes réalistes et clivés. Cette élection présidentielle est néanmoins gâchée, à mes yeux, en grande partie par les acteurs secondaires ; les seconds couteaux et les médias.

On nous submerge de faux débats quand la France attend des répond des réponses aux problématiques concrètes du pays : la misère, le chômage, la corruption des élites et j’en passe. Toutes ces problématiques qui sont le véritable terreau du succès de Marine le Pen mais j’y reviendrai.

Depuis 2002 un autre débat refait surface à chaque scrutin : le notion de « vote utile » qui a tendance à faire perdre ses nerfs à l’électeur lambda du parti socialiste. Ainsi semblerait-il que la défaite de Lionel Jospin du 21 avril 2002 ait été la responsabilité de tous ces ânes bâtés d’électeurs qui soit ont choisi de ne pas voter au premier tour soit de porter leurs suffrages sur un autre candidat de gauche ou d’ailleurs. Bien sûr il n’est pas venu à l’esprit de nos êtres supérieurs de la rue de Solférino que peut-être le candidat n’était pas le meilleur aux yeux des électeurs, que peut-être le programme était insatisfaisant ou pire encore que la campagne de Jospin était médiocre. Non ils sont tellement convaincus de leur bon droit qu’ils en oublient les fondamentaux électoraux :

  1. En France le vote n’est pas obligatoire, on peut le regretter mais ne pas choisir c’est encore choisir. C’est une manière de rejeter un système corrompu où notre choix n’a qu’un impact très limité sur la politique menée par un gouvernement. En disant cela je n’appelle pas à l’abstention je tente de l’expliquer et de rappeler qu’elle est légale…
  2. Le mode de scrutin à deux tours est fait pour donner aux citoyens un choix le plus large possible qui ne se cantonnerait pas aux deux seuls candidats des partis majoritaires dans le pays. Oui la Vème République malgré tout ce qu’on lui reproche a réussi à préserver cette chance incroyable de pouvoir encore librement voter pour le candidat le plus adéquat au 1er tour de scrutin. C’est peut-être un détail pour certains mais pour moi cela s’appelle tout simplement la démocratie.

Revenons-en à nos moutons puisque c’est bien de cela dont il s’agit. Je lis sur l’un de mes blogs préférés cette phrase : « Le souvenir du 21 avril 2002 est à ce point estompé pour que certains se risquent encore à oublier qu’avant d’arriver au 6 mai il nous faudra d’abord voter ? La coupe est pleine ! Trop c’est trop ! Que l’on arrête d’harceler et d’agresser les français de propos ou de pensées qui leurs retire leur intégrité ou leur sincérité. Pour vouloir intéresser ou fidéliser cette meute de crétins que l’on entend grimer, que chacun s’exprime et mette en musique le bénéfice de sa propre partition. »

Une phrase qui en tout état de cause fait référence à un article de Rue 89 qu’on retrouve ici et où des citoyens ordinaires crient leur ras-le-bol de l’argumentaire du 21 avril qui viserait simplement à les priver de leur droit de vote ! Les électeurs traités de « meute de crétins » apprécieront justement le propos de notre ami porte-drapeau du candidat François Hollande…

Je suis favorable au vote utile sauf que je diverge sur la définition de la notion d’utilité. Un vote de premier tour est utile quand  il est sincère, quand c’est un vote d’adhésion. Alors oui il faut voter dès le premier tour pour François Hollande ou Nicolas Sarkozy si l’on est convaincu que l’un de ces candidats serait le meilleur président pour la France, si l’on pense intimement qu’il détient le bon programme pour résoudre les difficultés du temps présent. Si vous pensez cela vous ne devriez pas hésiter un instant et personne ne pourra vous le reprocher. Mais voter au 1er tour pour un candidat par défaut, à cause de sondages, parce qu’on essaye de deviner un résultat improbable de second tour avant même les déclarations officielles de candidature… c’est un déni de démocratie. Ce n’est pas ce pour quoi le droit de vote a été inventé et mis en place. Ou alors supprimons le 1er tour, effaçons le choix.

Je suis peut être un « crétin » mais l’immoralité politique est de priver les Français de choix en leur faisant miroiter un drame du 21 avril. Mon ami socialiste si ton candidat n’a pas passé le premier tour en 2002 c’est de sa responsabilité, de la tienne et de celles de tous les autres militants du parti. Pas de celle des Français. Insulter les électeurs qu’on a pas réussi à convaincre par des arguments politiques c’est bien là une « imposture morale ».

Je le dis et le répète sans vergogne ni animosité les Français ont le droit de voter pour Jean-Luc Mélenchon, pour Eva Joly, pour François Bayrou, Dominique de Villepin, Dupont Aignan ou Marine le Pen sans se faire taxer d’irresponsables aussi longtemps que ce vote est justifié à leurs yeux et qu’ils croient fondamentalement que le candidat pour lequel ils votent est le meilleur pour s’installer au bureau du Général de Gaulle… n’en déplaise aux âmes sensibles de la rue de Solférino.

Ça, ça s’appelle le vote « utile ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *