Carnets de campagne : un regard sur Boboland alias Paris X

Share
Paris X - Boboland

La scène se déroule dans un petit appartement du 10 ème arrondissement de Paris il y a de cela quelques semaines. Sont notamment réunis dans un petit salon 2 électeurs d’Eva Joly, 3 de François Hollande et 1 de François Bayrou. La conversation dérive bien rapidement sur le parallèle supposé ou contesté entre l’embourgeoisement de l’arrondissement et sa coloration politique de plus en plus à gauche. Bientôt le terme est lâché « bobo » ces fameux bourgeois bohèmes qui semblent détester qu’on les appelle ainsi et pourtant dois le dire : je suis un bobo, je n’y peux rien c’est ainsi…

A l’époque il fut expliqué en long et en large que la gauche avait toujours un vote important issu des classes populaires et qu’en aucun cas le vote de « gauche » ne pouvait être assimilé explicitement à l’expression démocratique d’une bourgeoisie qui ne s’assumerait pas.

En réponse à ça je disais, peut être un peu rapidement, que le vote de gauche à Paris ne se nourrissait que de l’embourgeoisement de la capitale, mouvement qui n’avait cessé d’augmenter depuis l’élection de Bertrand Delanoe, sommité absolue de la boboitude, à la mairie de Paris. Enfer et damnation que n’avais je avancé à mes comparses qui à coup d’exemples frappant de vie quotidienne, crèche et école primaire, me rappelaient à la réalité sociologique de notre quartier partagé : oui il y a encore des pauvres ici, beaucoup même et ils votent à gauche ! Soit.

Depuis 24H00 on entend toutes les analyses sociologiques des votes pour les différents candidats à l’élection présidentielle. Je vais m’appuyer par la suite sur l’étude IPSOS que vous trouverez en cliquant sur le lien.

Voici ce que l’on constate :

Les ouvriers votent à 51 % pour les candidats de droite ou d’extrême droite, 9 % pour le centre et 41 % pour la gauche ou l’extrême gauche. Pour les employés c’est 45 % pour la droite et l’extrême droite, 9 % pour le centre et  46% pour la gauche et l’extrême gauche.

Autre point intéressant, si la gauche est majoritaire chez les non diplômés (53 %), chez les diplômés de niveau BEPC/BEP/CAP/CEP la droite a 50 % suivie de la Gauche 41 % et du centre 9 %. Au niveau BAC c’est 53/8/38 et ensuite plus le niveau d’étude augmente, plus le vote se déplace à gauche.

Ainsi, si la gauche est majoritaire dans la population non diplômée, elle est distancée dans toutes les autres catégories de population les moins diplômées et est très largement majoritaire chez les BAC +3 (et au-delà) 49% contre 39% à la droite et 12 % au centre. On retrouve la même caractéristique pour le vote modem ce qui tenterait à le rapprocher de la gauche dans la sociologie de son électorat, il touche les populations très peu diplômées et et très diplômées  alors que la droite semble davantage en phase avec les classes peu ou moyennement diplômées. Chez les Verts la courbe est intéressante : plus le niveau d’études augmente, plus il y a d’électorat écologiste.

En termes de revenus du foyer on retrouve des statistiques plus contradictoires : Si Marine Le Pen obtient les mêmes scores dans toutes les strates de revenus jusqu’à 3000 € et qu’elle baisse au-delà et que François Hollande obtient bien ses meilleurs scores chez les moins de 1200€ et les plus de 3000€, Nicolas Sarkozy voit sa côte de popularité augmenter avec les revenus, de manière automatique. In fine la droite obtient 42% chez les moins de 1200 €, le centre 9% et la gauche 46 %

On voit donc que les choses sont plus compliquées que mes contradicteurs et moi mêmes pouvions croire. Le Xème arrondissement est une zone en pleine mutation, nouvel eldorado de la gauche comparons un peu :

Paris 10 (chiffres 2008) :

Revenu net déclaré moyen par foyer fiscal en 2008, en euros : 26 955 soit 2695 € par mois

France (chiffres 2008) :

Revenu net déclaré moyen par foyer fiscal en 2008, en euros : 23 242 soit 2342 € par mois

Le Xème a donc un revenu moyen supérieur à celui constaté au niveau national mais ce revenu cache, en fait, d’énormes disparités et aujourd’hui nous vivons dans un arrondissement qui n’est pas seulement un Melting-pot culturel mais également social et économique. Donc finalement on peut faire dire ce que l’on veut aux chiffres et à la sociologie politique. il y a néanmoins quelque chose qui ne trompe pas et qui me fait sourire : les scores de Marine Le Pen et d’Eva Joly qui permettent de comprendre que du canal Saint Martin à la Gare du Nord, quoi qu’ils en disent, nous vivons sur une planète différente :

 

  National Xème arrondissement
Eva Joly 2,31 5,86
Marine Le Pen 17,89 5,3
Nicolas Sarkozy 27,18 20,78
J-L. Mélenchon 11,1 14,89
P. Poutou 1,15 0,77
N. Arthaud 0,56 0,32
J. Cheminade 0,25 0,2
F. Bayrou 9,13 8,46
N. Dupont Aignan 1,79 0,8
F. Hollande 28,63 42,62

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *