Après ce débat je sais que dimanche j’irai voter…

Share
Deux candidats, deux France

Comme 17 millions de nos compatriotes j’étais hier devant une télévision pour regarder le débat, l’affrontement entre deux hommes, deux projets, deux styles et disons le, deux camps.

Candidat rassembleur face à Président rassembleur, les deux hommes ont en fait, sujet après sujet, acté leurs différences idéologiques, l’un au nom de la gauche, l’autre en héraut de la droite.

Au petit jeu du qui gagne perd j’ai le sentiment que les deux candidats ont atteint leurs objectifs. Les amis de François Hollande comme les électeurs hésitants ont pu confirmer leur idée que le candidat socialiste était un homme sérieux capable, autant qu’un autre, de diriger le pays. François Hollande ne nous promet pas d’être De Gaulle, ni même Mitterrand ; il ne nous promet que François Hollande, un homme normal pour une présidence normalement de gauche mais pas trop…

Nicolas Sarkozy reprend quant à lui une vieille antienne des années 90 : je suis de droite et je t’emmerde ! Il s’est adressé pendant les 3 heures de débat non pas aux Français mais aux électeurs de droite, d’extrême droite et du centre droit en leur faisant passer un message efficace : oui je sais je ne suis pas parfait mais le programme de l’autre est dangereux pour la France, il veut donner le droit de vote aux étrangers, augmenter vos impôts, engager des fonctionnaires supplémentaires. C’est un homme sans expérience avec des amis peu fiables tels les écologistes et les communistes. En un mot Nicolas Sarkozy veut simplement nous dire que voter pour lui est le seul moyen d’éviter une politique socialiste qu’il juge néfaste pour le pays.

Quoi qu’on puisse en dire, j’ai aimé ce débat. Tenez j’ai aimé un détail : écouter et lire sur les réseaux sociaux mes amis de gauche applaudir leur candidat quand il affirmait qu’il poursuivrait, sans l’accentuer, la politique du candidat sortant concernant l’immigration clandestine… Voilà une satisfaction intellectuelle qui ne manque pas de sel !

Plus sérieusement, pour la première fois une élection présidentielle ne se jouera pas au centre. Personne n’est venu sur le terrain du consensus, personne ne joue la carte de l’unité nationale, c’est chacun chez soi le 6 mai et dans la bataille rangée entre les deux camps seul celui qui restera debout sera président. Voici donc venu le temps de l’élection à mort car le parti qui sera défait dans quelques jours sera balayé de l’échiquier politique ouvrant la voie à une recomposition Ô combien nécessaire et attendue.

Pour le reste l’indécis que je suis a aujourd’hui les idées plus claires comme quoi cela peut servir à quelque chose ce genre d’exercice … Dimanche j’irai au bureau de vote !

6 thoughts on “Après ce débat je sais que dimanche j’irai voter…

  1. Après un tel débat on devrait arrêter la campagne pour que les électeurs n'utilisent que leur conviction et leur bon sens sans avoir sous les yeux ou dans les oreilles tous les commentaires partisans des journalistes et autres bloggers tous donneurs de faciles leçons qui n'ont ni véritable expertise ni vraie expérience pour maintenir la France sur les roues.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *