Du droit de vote des étrangers aux élections locales (suite)

Share
Hollande, le Pen, l’affiche du 2nd tour de l’élection présidentielle de 2017 ?

Il y a quelques jours de cela je portais un regard décrypteur sur la question du vote des étrangers aux élections locales et là c’est un peu « Bingo » puisque le sujet, important pour un certains nombre d’électeur, a été au cœur de quelques minutes d’échanges qui ont apporté la seule surprise programmatique du débat d’hier soir : François Hollande a précisé sa proposition et chez les plus attentifs il y aura eu des déçus et des impatients d’en découdre… je m’explique :

Dans l’article en question je m’interrogeais sur la phrase répétée pendant la campagne par François Hollande : « Je donnerai le droit de vote aux étrangers aux élections municipales dans les mêmes conditions que pour les ressortissants européens. ». J’en concluais que le candidat socialiste se proposait de donner le droit de vote aux étrangers, uniquement sous réserve de réciprocité. C’est un vieux débat que celui-ci… Je me souviens d’il y a quelques années quand nous en discutions avec un ami de Saint-Mandé qui m’expliquait, un peu agacé, que c’était un non sens absolu et que le droit de vote ne pouvait être lié à des questions de relations internationales… Aujourd’hui qu’en est-il alors que ce même ami s’extasie, sur les réseaux sociaux, sur  les grandes qualités du candidat socialiste ?

La conséquence de tout ça c’est que demain, si François Hollande est élu et s’il arrive à faire passer son projet, auquel, je le rappelle je suis par principe favorable, le droit de vote sera accordé aux citoyens des pays suivants :  Maroc (qui reconnait le droit de vote des étrangers aux élections locales depuis 2011), Argentine, une partie du Canada, le Chili,la Colombie, l’Uruguay, le Venezuela, le Burkina Faso,la Norvège,la Guinée, le Malawi,la Corée du Sud, Israël, l’île de Norfolk, la Nouvelle-Zélande, l’Etat du Maryland aux Etats-Unis, certains cantons Suisse… Ce faisant François Hollande exclu d’accorder le droit de vote notamment aux Algériens, aux Tunisiens et à la majeure partie des ressortissants des pays d’Afrique… Pour ce qui est de l’Algérie j’ai le vague pressentiment que des décennies passeront avant qu’on y accorde le droit de vote à un Français ce qui considérant notre histoire commune est pour le moins compréhensible …

Là où je suis plus dubitatif c’est sur l’idée d’un référendum … on tombe en pleine dramaturgie politico idéologique… Quand je pense à tout ce qu’on a pu entendre concernant le débat sarkozyste sur l’identité nationale … oser annoncer un référendum sur le droit de vote des étrangers alors que le FN est à son plus haut historique et emballer tout ça de deux déclarations sur la volonté de ne pas diviser les Français c’est malgré tout du foutage de gueule de grande ampleur !

Sur la question Marine le Pen avait de quoi sabrer le champagne hier soir. Un tel référendum divisera profondément la droite et le centre au profit de l’extrême droite. Organisé comme il se doit à un an ou deux de la prochaine élection présidentielle il pourra faire de Marine le Pen la chef incontestée de l’opposition et garantir se faisant la réélection de François Hollande. Ce dernier aurait il ainsi dépassé son maître à penser, François Mitterrand qui, par une habile modification du mode de scrutin balança Le Pen père dans les pattes de Jacques Chirac en 1986 ?

Hier soir, l’espace d’un instant, j’ai vu comment faire pour transformer une idée noble en manipulation politique…

1 thought on “Du droit de vote des étrangers aux élections locales (suite)

  1. le rebelle a retweeté itsgoodtobeback

    on ne propose pas 1 loi pour le plaisir de la proposer,les bons français de France s’y opposerai
    c pas le moment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *