La chute de la maison Bayrou … le jour d’après au centre

François Bayrou
Share
François Bayrou
François Bayrou, candidat du centre

Si c’est bien dans sa circonscription que le sort de François Bayrou s’est joué, ce n’est pas lors des élections législatives de 2012 mais en 2008 à l’occasion des élections municipales à Pau perdue dans le cadre d’une triangulaire. C’est là que Bayrou prend la première leçon infligée par l’UMP : sans le soutien de l’un des deux camps les forces du chef de file du centrisme sont insuffisantes pour s’imposer.

La stratégie de François Bayrou était de monter suffisamment en puissance pour être un partenaire incontournable de l’un des deux camps pour s’imposer aux deux.

La stratégie s’est révélée un échec et François Bayrou à terre doit se contenter désormais et en tout cas pour un certain temps du rôle d’observateur agacé de la reconstruction de sa famille politique.

C’est le moment choisi par Jean-Louis Borloo pour imaginer réussir là où tous les autres ont échoué : reconstruire à la va vite un semblant d’unité au travers d’un groupe politique spécifique puis à terme d’un énième parti politique qui rassemblerait la famille centriste. L’union a un cout : le mouvement de Borloo s’annonce dès la première minute comme un « partenaire loyal de l’UMP »  et place à sa tête l’ancien compagnon de route de Nicolas Sarkozy, celui-là même qui renonça à se présenter aux élections présidentielles sans jamais apporter d’explication précise à la conclusion vaudevilienne à sa campagne.

Des 3 députés modem de 2007, deux sièges ont été sauvés : Jean Lassalle, le fidèle de toujours, élu face à un socialiste avec le soutien de l’UMP a annoncé qu’il resterait indépendant à l’Assemblée ; Thierry Robert, élu face à l’UMP avec le soutien de toute la gauche dans la 7ème de la Réunion siègera lui dans le groupe Borloo, « partenaire loyal de l’UMP »… on marche sur la tête.

Je comprends bien le besoin ressenti par les centristes de se rassembler et de se compter. Je sais qu’il faut un temps ne pas se retourner sur le passé mais j’ai du mal à lire ici ou là que « Bayrou a divisé son propre camp » quand ce sont des élus minoritaires au sein de leurs propres mouvement qui ont abandonné le centre pour intégrer la droite pour leur seul profit. Bayrou a fait 9% des voix à la présidentielle quand les deux autres « champions » potentiels ont abandonné en rase campagne par lâcheté ou simplement parce que les premiers sondages montraient la vacuité de leurs ambitions.

La droite et le centre droit n’ont pas compris l’enjeu immense du combat que Bayrou mène depuis 15 ans. D’un point de vue électoral, cet enjeu ce sont ces nouveaux bourgeois qui ont fait basculer quasiment toutes les grandes villes à gauche depuis 2000. En 2007 Bayrou fait entre 18 et 27 % des voix dans tous ces arrondissements de l’est parisien qui ont voté à 70 % pour la gauche au 2nd tour des élections législatives de 2012. Cet électorat désormais durablement acquis à la gauche était le socle naturel d’un mouvement politique qui se devait d’être économiquement réaliste, socialement progressiste et porteur de valeurs sociétales modernes. En brisant les reins du mouvement centriste, la droite a perdu la seule chance dont elle disposait encore de voir rebasculer à court terme les centres urbains. Seul à droite Alain Juppé l’a bien compris et a tenté de sauver aussi longtemps que possible le Modem sans lequel, il le sait, après 70 ans de domination totale de la droite, sa bonne ville de Bordeaux, citadelle esseulée dans une aquitaine rose vive, basculera à son tour.

L’échec de Bayrou provoqué par le centre droit et ses lâchetés est donc aussi et avant tout l’échec de la droite.

Mais ne nous y trompons pas. Si l’affaiblissement de Bayrou est l’œuvre de la droite, le coup de poignard a été porté par le parti socialiste et c’est la première grande erreur de stratégie politique de François Hollande et de son parti-Gouvernement. Aujourd’hui les sympathisants socialistes sont tout à leur bonheur. Période faste, nominations, partage des honneurs et des postes, ils sont là pour 5 ans et dans leurs têtes pour toujours. Le réveil sera difficile, telle une gueule de bois au lendemain de la fête célébrant les résultats du bac.

Les législatives de 2012 ont été marquées par 4 échecs retentissants : Ségolène Royal, finaliste socialiste de la présidentielle de 2007 ; François Bayrou, 9% en 2012, 18 en 2007 et qui apportait à François Hollande le centre sur un plateau ; Jean-Luc Mélenchon et ses 11 % d’une extrême gauche rassemblée battu au 1er tour par un candidat socialiste et Marine Le Pen, la grosse faiblesse de la droite.

Quel aurait été le résultat idéal pour François Hollande ? Garantir la loyauté de Ségolène Royal en la plaçant au perchoir, faire entrer des sous ministres modem au Gouvernement pour raccrocher un maximum d’électeurs centristes à sa cause, tuer Mélenchon dans un duel perdu face à la candidate frontiste et donner une tribune à Marine Le Pen pour engluer définitivement la droite dans son marécage frontiste. Derrière la victoire électorale et comptable du parti socialiste se cache un échec stratégique qui annihile pour l’avenir les bonnes perspectives d’une présidence « renouvelable ». Le seul allié qu’il reste au parti socialiste, ce sont Les Verts et leurs 2% qui me font fichtrement penser au Nouveau Centre d’Hervé Morin… Nicolas Sarkozy sait déjà quelle est la puissance de ce levier-là.

Aujourd’hui, tout le Centre est à refaire. Borloo fanfaronne, ses amis donnent des leçons mais la réalité électorale est toute autre. Sans l’UMP, le parti radical valoisien n’existe pas. Les militants, les électeurs restent ceux du Modem et de François Bayrou, même durablement affaiblis. C’est là, la maison du centre et toutes les tentatives de reconstruction qui voudraient se faire sans Bayrou et le Modem sont indubitablement vouées à l’échec. Il faudra donc que les hommes et femmes qui se retrouvent dans les valeurs dont je parlais précédemment construisent  un mouvement « économiquement réaliste, socialement progressiste et porteur de valeurs sociétales modernes » avant de penser déjà à ployer le genou devant l’UMP ou le PS. A suivre ?

16 thoughts on “La chute de la maison Bayrou … le jour d’après au centre

  1. Via Facebook

    Si l'on écoute les électeurs du béarn dont M.Bayrou était le député, ceux-ci reprochent à ce dernier sa non présence dans sa circonscription, de ne pas être présent au conseil municipal de la commune dont il est élu, bref de sombrer dans le parisianisme. Voilà un message pour l'ensemble de nos élus qui s'éloignent de leurs électeurs !

    1. et pourtant à l'assemblée, ce n'est pas non plus un champion de l'activité, alors que fait il donc de tout ce temps ?

      Peut etre écrit il des livres 🙂

  2. Via Facebook:

    Article a chier, pleins d'inepties. Thierry robert est rattache au groupe PRG a l'assemblee. Le decorticage de la strategie est fausse, l'objectif etait de faire rallier les frontieres aux valeurs proches des notres pour desamorcer cette us et coutume bipartie qui limite notre democratie… Bref suis surprise de lire un tel article. Je n'y lis pas l'acharnement systematique des deux cotes a vouloir detruire le seul qui osait dire la verite, je n'y lis pas les valeurs et idees geniales pour sortir notre pays de ce trou noir ! Non je n'y lis que calcul, strategie.. Comme si Francois etait assez con pour choisir une strategie de l'auto destruction !

    1. Merci à vous Guilaine pour ce commentaire plein de classe, de délicatesse et … d'objectivité. Pour votre pleine et entière information l'article à chier en question a été publié le 23 juin donc plusieurs jours avant les déclarations officielles de rattachement des nouveaux parlementaires aux groupes… au moment même où Thierry Robert était annoncé à l'UDI. Pour le reste je vous laisse bien sur libre de vos commentaires et de vos croyances politiques pleines de Bayrou Idolatrie ("les idées géniales" non mais on rêve quand même parfois). Les articles publiés ici ne sont pas des diatribes militantes, juste des tentatives parfois avortées de replacer des évènements politiques dans un contexte général d'analyse où les charmantes peintures idéologiques laissent place au béton de la stratégie politicienne… sans rancune

    2. via facebook:

      Guilaine je ne peux pas te laisser dire que l’article est à chier parce que je connais le cerveau qui en a fait l’analyse ; Disons que c’est une personne qui trouve stérile la calinothérapie, voire dégradante pour l’intelligence humaine et ne pratique pas la complaisance politicienne. Mais bon ! Les atterrissages quand on plane trop longtemps aux vents mauvais sans être préparer à revenir sur la terre ferme… sont toujours un peu délicats je l’admets ! 😉

  3. Via Facebook

    Il a fait un choix personnel, en conscience, le seul qui soit cohérent. Voter Sarkozy aurait été grotesque après avoir dénoncé sa politique tout le quinquennat et après l'immonde campagne du second tour. S'abstenr ou voter blanc, en l'occurence, aurait été pris pour de l'indécision, de la lâcheté. Voter Hollande était logisque et plus adapté au nom de l'éthique, et ce chix personnel ne signifie en rien une adhésion.Quant au MoDem, quis'est déjà réuni en bureau exécutif et a réafffirmé son indépndabe, il compte encore un président très compétent, très combatif makgré son échec, plus d'une dizaine de parlementaires, dans les trois assemblées, des milliers d'élus locaux, et des adhérents dans toute la France.

  4. via facebook

    je ne pense pas que le modem a interet a ce raprocher des socialistes il doit etre independant et mr bayrou a fait je crois une erreur c est d appeler en son nom a votez hollande il aurait du votez blanc comme moi carsisarko ni hollande a mes yeux etaient valable j espere que mr bayrou en tirera les lecons et qu il repartira au combat

  5. via facebook. Je suis globalement d’accord avec l’ensemble de l’article de notre ami itsgoodtobeback à une chose près. BAYROU n’a jamais offert le centre sur un plateau à Hollande, mais lui a tendu la main en ouvrant la porte du MoDem selon des valeurs que nous pensions communes. Il se trouve que nous nous sommes trompés sur ces valeurs, que la gauche et la droite partagent avec ses mâtins de garde ► la félonie ! → À savoir cracher à la figure des personnes qui ont le malheur de leur faire confiance. Enfin bon sang de bon soir est-ce que vous allez m’écoutez un jour ! Puisque je vous dis que dans les clans le chef et ses lieutenants pendraient leur propre mère pour arriver à leurs fins ! Je suis bien placée pour le savoir, il n’est pas question d’étiquette c’est le cadet de leurs soucis ; la preuve ils ont à l’identique tout mis en œuvre pour dézinguer BAYROU ; Qui peut dire le contraire ?? Personne ! Donc nous avions raison depuis le début, les comportements partagés de ces gens sont la plaie de la politique française, et ceux qui lutteront contre, se feront éliminer par ces autocrates de l’imposture toutes couleurs confondues. Pourquoi l’indépendance passe toujours par le massacre de plus courageux hein itsgoodtobeback ? Qu’est ce qui fait que cette indépendance soit si dérangeante pour les troupeaux formatés qui se couchent aux pieds de leurs maîtres ?? Je n’aime pas les cracheurs de politique pour masse soumise …ils ont quelque chose d’inhumain quoi que laisse paraitre leur charme reptilien ! Le seul tort de BAYROU c’est d’avoir refusé d’utiliser ce charme pour tromper la quantité des dominés c’est tout….Je trouve ça grandiose ! Les autres font pâle figure à côté. Bah ! Quoi de plus normal chez des animaux à sang froid, qui prendront bien soin d’endormir leurs proies avant de les avaler. Puisque c’est ce que veut le « peuple » tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes, ce sera sans moi, je suis un animal à sang chaud 😉

  6. Via facebook . Encore mieux : nous avons pour beaucoup décidé de voter blanc à cette présidentielle et on a vu Sarkosy remonter dans les sondages. 5 ans encore avec lui qui se faisait conseillé désormais par le très à droite Patrick Buisson ? Pour la France ce n'était pas possible ! Donc, nous avons, comme François Bayrou pris la décision de voter "contre" Nicolas Sarkozy. Ce n'est pas un vote Hollande, du tout… mais avec cette sacrée bipolarisation, on n'avait pas le choix. C'est Buisson qui a fait perdre l'uMP, qu'elle se le dise bien.

  7. Via Facebook

    Je suis globalement d’accord avec l’ensemble de l’article de notre ami itsgoodtobeback à une chose près. BAYROU n’a jamais offert le centre sur un plateau à Hollande, mais lui a tendu la main en ouvrant la porte du MoDem selon des valeurs que nous pensions communes. Il se trouve que nous nous sommes trompés sur ces valeurs, que la gauche et la droite partagent avec ses mâtins de garde ► la félonie ! → À savoir cracher à la figure des personnes qui ont le malheur de leur faire confiance. Enfin bon sang de bon soir est-ce que vous allez m’écoutez un jour ! Puisque je vous dis que dans les clans le chef et ses lieutenants pendraient leur propre mère pour arriver à leurs fins ! Je suis bien placée pour le savoir, il n’est pas question d’étiquette c’est le cadet de leurs soucis ; la preuve ils ont à l’identique tout mis en œuvre pour dézinguer BAYROU ; Qui peut dire le contraire ?? Personne ! Donc nous avions raison depuis le début, les comportements partagés de ces gens sont la plaie de la politique française, et ceux qui lutteront contre, se feront éliminer par ces autocrates de l’imposture toutes couleurs défendues. Pourquoi l’indépendance passe toujours par le massacre de plus courageux hein itsgoodtobeback ? Qu’est ce qui fait que cette indépendance soit si dérangeante pour les troupeaux formatés qui se couchent aux pieds de leurs maîtres ?? Je n’aime pas les cracheurs de politique pour masse soumise …ils ont quelque chose d’inhumain quoi que laisse paraitre leur charme reptilien ! Le seul tort de BAYROU c’est d’avoir refusé d’utiliser ce charme pour tromper la quantité des dominés c’est tout….Je trouve ça grandiose ! Les autres font pâle figure à côté. Bah ! Quoi de plus normal chez des animaux à sang froid, qui prendront bien soin d’endormir leurs proies avant de les avaler. Puisque c’est ce que veut le « peuple » tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes, ce sera sans moi, je suis un animal à sang chaud 😉

  8. Excellente analyse: je la crois très juste! Borloo n'est plus crédible et la reconstruction doit se faire autour du modem et avec Bayrou…mais ce sera difficile ! le chemin est déjà tracé depuis 2007 l'indépendance est acquise pour ce mouvement. L'erreur a été dans la stratégie pas dans les idées.

  9. pour le moment les electeurs de Bayrou sont un peu etourdis, plus par les alliances auxquelles, on voudrait qu'ils s'allient et dans lesquelles ,ideologiquement, ils ne retrouvent pas – laissons faire le temps au temps !

  10. je me suis certainement mal exprimé pour que tu comprennes de travers ^^ je dis qu'ils doivent se retrouver sur le socle de leurs valeurs (soit l'indépendance idéologique) et que la question des alliances ne pourra se poser qu'après ça sur la base de cette indépendance idéologique… pour autant je ne me projette pas sur l'avenir on est d'abord dans l'état des lieux

  11. Au final, tu dis qu'ils ne peuvent pas exister sans s'affilier à un des grands partis – donc qu'ils doivent exister sans indépendance idéologique réelle – mais qu'ils doivent tout de même s'affranchir des tutelles ?

    Les pauvres, ils ne sont pas sortis de l'auberge …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *