6 thoughts on “Le mot du jour : Logorrhée

  1. PS : merci pour cet avatar. Le réalisme de la représentation est totalement saisissant. J’en suis émue aux larmes…

  2. Tout d’abord bonjour à tous,
    Ce texto au moyen d’une de ces technologies ayant réduit les pigeons voyageurs au rang de simples défécateurs insolents sur chefs des nobles représentants autant militaires que civils de la nation.
    Dans la perspective d’obtenir un indispensable complément d’information, mes nuits se blanchissant à tenter de combler cette lacune sidérale.
    En effet s’il ne m’avait pas échappé que la logorrhée s’appliquait au flux verbal (voire verbeux), j’ignore pour autant comment est désigné un flux, que dis-je, un tsunami épistolaire ? Merci d’avance à qui saura combler ce déficit (qui relègue du rang du ridicule celui de la sécurité sociale) et par le fait décaper un tant soit peu mon ignorance crasse.
    Dans l’espoir de vous lire bientôt.

  3. Le talent appelle le talent, et le contraire est vrai aussi (cf. notre classe politique). Toujours un plaisir cher auteur. Et conseil pratique : l'origan ne filtre toutefois pas le café.

  4. Ah mais c'est pas possible ! Vous amalgamez jeune homme, vous vous fourvoyez avec la frénésie enthousiaste d'un phénix centriste ! Mon amie Brigitte étant en séminaire comptable à Noisy-le-Sec, je me fais son porte parole et m'investis corps et âme dans notre réplique commune : chère hauteur, apprenez donc qu'une logorrhée est nécessairement verbale, en ce sens de verbus, parole dite, oralement cela va de soi. La logorrhée est donc l'enchaînement ou l'enchevêtrement de paroles orales. Mais en quoi pensez-vous, bel ami des hippopokhâgnes, que la retranscription scripta ne peut être à son tour logorrhéenne ? Vous acceptez le débit de paroles comme un flot continu. Or le flot, le débit desdites paroles ne remplit pas votre baignoire, mais vos oreilles ou l'espace des commentaires à vos posts. Vous devriez, chère hauteur, quitter ce morne plancher des vaches scriptural réaliste pour partager les cieux mystérieux et capiteux des métaphores et autres onyrismes. Vraiment, la roideur peut concerner un bâton comme un propos, la métastase une maladie comme un phénomène cellulaire, l'origan, un condiment ou un philtre d'amour. Jouez de votre esprit, ô teur suprême, si propice à l'amour, si propice à l'aimable logorrhée…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *