Thierry Roland, adieu l’artiste

Share
Thierry Roland

Oui je sais certains se demandent pourquoi rendre hommage à un présentateur télé… peut être tout simplement parce que ses saillies, sa logorrhée verbale, son côté franchouillard ont marqué mon enfance, mon adolescence et les années d’après. C’est la voix du foot de ma génération qui s’est éteinte ce samedi 16 juin en plein Euro, en pleine renaissance de l’équipe de France.

Au jour de la victoire française en coupe du Monde 1998, Thierry Roland s’écriait devant des millions de Français « on peut mourir tranquille » voilà qui est fait 14 ans plus tard.

Thierry Roland c’est 13 Coupes du monde, 9 championnats d’Europe (“Euros”) et plus de 1300 matchs de football mais c’est aussi l’enrichissement de la langue française avec  « Ces deux-là ne passeront pas leurs vacances ensemble », « Fauché comme un lapin en plein vol », « Il a avalé la trompette », « Le ballon est allé dans le zig et lui est allé dans le zag » ou « Il a pas fait le voyage pour rien »…

Thierry Roland c’est l’importation à la télévision, au moment des plus fortes audiences, des conversations du bistrot le Balto avec son sexisme et certaines expressions à connotation raciste ou simplement abusives. Ainsi, commentant la finale de la Coupe de France 1966 pour l’ORTF, il expliqua suite à la victoire du RC Strasbourg que « la Coupe quittait la France ». En 2002, en Corée du Sud Thierry Roland a le plus grand mal à reconnaitre les joueurs locaux et pour cause il lâche « Il n’y a rien qui ne ressemble plus à un Coréen qu’un autre Coréen, surtout habillé en footballeur, d’autant plus qu’ils sont tous bruns et qu’ils mesurent tous 1 mètre 70. » et ainsi de suite …

1 thought on “Thierry Roland, adieu l’artiste

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *