Bachar al Assad … un régime à l’agonie

Share

Par 20minutes.fr | 20minutes.fr

la chute du régime syrien est en cours
Bachar al Assad ... un régime à l'agonie

La bataille entre armée officielle et l ‘Armée syrienne libre (ASL) fait rage dans la capiale syrienne. Ce mercredi matin, plusieurs très hauts responsables du régime syrien, dont le ministre de la Défense et le beau-frère de Bachar al-Assad, ont été tués dans un attentat à la bombe contre un bâtiment de la Sécurité nationale. D’après une source proche des services de sécurité syriens, le kamikaze auteur de l’attentat serait un garde du corps appartenant au cercle proche du pouvoir. Il aurait actionné sa charge explosive en pleine réunion de ministres et de responsables militaires et de sécurité.

Parmi les victimes confirmées par la chaîne de télévision officielle syrienne figure le général Assef Chaoukat, vice-ministre de la Défense et beau-frère du président Bachar al Assad. Selon une source proche des services de sécurité, Assef Chaoukat, qui était âgé de 62 ans, est mort dans un hôpital de Damas où il avait été transféré. Le ministre de la Défense, Dawoud Rajha, a également péri dans l’explosion. Tous deux appartenaient au premier cercle du pouvoir syrien.

Le ministre de l’Intérieur et le chef des renseignements blessés

Le ministre de l’Intérieur Mohammad Ibrahim al Chaar, donné pour mort par certains médias arabes, a été blessé dans l’attentat et hospitalisé, dit la télévision syrienne. Son état aurait été stabilisé, a précisé la télévision syrienne. De source proche du pouvoir, on indique que le chef des renseignements, Hicham Bekhtyar, a également été blessé. Des médias libanais ajoutent que plusieurs hauts responsables des services de sécurité ont été tués dans l’attaque qui marque un tournant dans la crise syrienne.

Dans un communiqué repris par la télévision officielle, le pouvoir syrien a affirmé que «l’attentat à la bombe terroriste» était l’oeuvre de mercenaires et promis d’en finir avec les «bandes criminelles». L’Armée syrienne libre (ASL) et un groupe islamiste, la Brigade de l’islam, ont tous deux revendiqué la responsabilité de cet attentat.

Double revendication de l’attentat

L’état-major de l’armée syrienne a prévenu de son côté que ses troupes étaient «plus déterminées que jamais» à mettre en échec «toutes les formes de terrorismes» et à «amputer ceux qui nuisent à la sécurité nationale». «Quiconque pense pouvoir tordre le bras de la Syrie en ciblant certains commandants se fait des illusions», souligne le communiqué de l’armée.

Le bâtiment visé est situé dans le quartier de Raouda, dans le nord de la capitale, qui a été bouclé par la police, selon plusieurs habitants joints par téléphone. Selon des militants de l’opposition, la Garde républicaine a interdit l’accès à l’hôpital de Chami, situé à proximité du lieu de l’explosion, où des blessés ont été transportés en ambulance.

 Bérénice Dubuc avec Reuters

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *