J’ai rencontré l’homophobie

Share
La lutte contre l'homophobie
La lutte contre l’homophobie

Ce post est le premier dans un duo que j’aurais pu appeler : ‘ « Vous avez aimé le débat sur l’identité nationale, vous allez adorer l’année de débat sur le mariage gay et le droit de vote des étrangers » … Parfois tout est une histoire de timing, de moment où faire passer une réforme emblématique. François Hollande a annoncé pendant la campagne électorale deux réformes qui portent en elles les germes du débat passionné, de la discussion plus aigre que douce, du combat idéologique dans le genre les Anciens contre les Modernes, droite face à gauche, réformateurs contre conservateurs. Ces deux réformes sont l’égalité des droits pour les couples de même sexe, plus connue sous les termes droit au mariage et à l’adoption pour les homosexuels ; et le droit de vote pour les étrangers aux élections locales.

Le Président de la République et son Gouvernement ont fait le choix, assumé, de reporter la 1ère réforme au « courant de l’année 2013 » soit probablement au printemps 2013 et la seconde « au cours du mandat ». Ce calendrier n’est pas seulement une erreur politique, il va permettre un accroissement significatif des discours de haine et d’exclusion, il va accroitre les divisions au sein de notre société et donner une chance extraordinaire à la droite réactionnaire d’amplifier son audience.

Commençons par le « mariage gay ». Son adoption ne fait guère de doute. Le parti socialiste, Les Verts et le Front de gauche ainsi que les 3 candidats qui les représentaient à l’élection présidentielle ont inscrits cette réforme à leurs programmes respectifs. Ainsi, le Président, le Gouvernement, une large majorité à l’Assemblée nationale et au Sénat sont favorables à l’instauration de l’égalité des droits pour les couples de même sexe. Il s’agit d’une réforme qui n’a absolument aucun cout et dont les textes législatifs et réglementaires existent déjà. En d’autres termes la seule contrainte est de trouver une journée dans l’agenda de chaque assemblée pour l’y inscrire et la faire voter.

Pourtant le calendrier gouvernemental n’envisage rien avant le printemps 2013 soit un an après l’installation du nouveau pouvoir. 12 mois pendant lesquels les associations, partis politiques et personnalité défavorables à cette égalité fourbissent les armes idéologiques et médiatiques. Dès le mois de juin les murs Facebook et comptes Twitter des uns et des autres nous assaillent de messages non plus simplement défavorables au mariage gay mais frontalement homophobes. Pendant 12 mois le climat homophobe va s’exacerber et dans ces moments je pense aux jeunes homosexuels, seuls et souvent victimes d’un terrible sentiment d’abandon. Je pense aux familles et aux proches d’homosexuels qui vont jour après jour être soumis à un discours de haine dont les victimes seront leurs enfants, frères, sœurs ou parents. Ces 12 mois de combat qu’on leur impose sont absolument inutiles et injustifiés.

Ces derniers jours j’ai réalisé que le climat général tendait déjà de plus en plus à relativiser l’homophobie et alors même que le débat n’a même pas commencé le combat a déjà débuté. Je prendrais rapidement trois exemples. D’abord sur Twitter le compte « radar homophobe » retweet toutes les déclarations homophobes sur le réseau. Non seulement elles sont en augmentation mais elles sont de plus en plus violentes et sans retenue aucune. Les comptes des personnes qui font de telles déclarations ne sont pas supprimés… Ainsi quand @Myriam2rio déclare « Les Pd qui disent naître Homo c’est ridicule c’est psycologique c’est l’homme qui a inventer sa” » personne ne réagit pas plus que pour  ‏@Mendes_Rey dont le pseudonyme sur Twitter est « l’homophe 4.0 » et qui déclare « Les pd me donne la gerbe signaler moi si vous voulez je m’en BLR, j’assume! Allez vou faire ****** vu que vous aimez bien sa.‪#FinDuSujet. » Bien sur ces propos sont interdits par la loi mais qui fait respecter cela sur les réseaux sociaux ? Derrière cette haine née de l’inculture, de la bétise crasse à laquelle sont confrontés chaque jour les enseignants, il y en a une autre plus institutionnelle qui légitime et autorise la première.

Sur son site officiel l’association catholique Civitas présente un clip de promotion de sa formation d’été « la croix, le glaive et le bouclier » sur fond de musique religieuse parsemée d’images de croisés à la veille de la bataille avec des hordes de gays caricaturaux… la formation visant à préparer les troupes à empêcher par tous moyens la réalisation de l’égalité des droits… Voici le texte l’accompagnant : « C’est une bataille au cours de laquelle l’engagement de chacun va compter. Au milieu d’un déluge de propagande favorable au revendications du lobby homosexuel, il va falloir résister, s’opposer et convaincre. Chacun devra être en mesure de convaincre sa famille, ses amis, ses collègues, ses voisins, …

Pour y être prêt, il faudra savoir quoi dire et comment le dire. Il est indispensable d’acquérir l’argumentation, de connaître la réthorique adverse, de pouvoir démonter les manipulations et réveiller le bon sens.

C’est pourquoi il convient d’insister sur l’utilité de la session d’été organisée par Civitas du 28 au 30 juillet à Couloutre et ouverte à tout catholique de bonne volonté, quel que soit son âge et ses compétences. Cette session sera particulièrement destinée à former ses participants et à les entraîner à débattre des sujets graves qui occuperont l’actualité dès la rentrée de septembre. Cette session contribuera également à peaufiner notre stratégie et chaque personne qui a l’une ou l’autre idée à ce sujet sera d’autant bienvenue. Cette session revêt donc une importance évidente. Que chacun mesure l’importance des enjeux et prenne ses responsabilités. »

Que nos amis de Civitas ne doutent pas un instant de notre prise de conscience des enjeux en question. Mes yeux se sont définitivement ouverts non pas au travers des propos et prises de positions misérables de chefs de file de l’UMP qui semblent avoir clairement choisi un camp, mais grâce à une conversation menée sur le mur Facebook d’une amie, conversation qui m’a fait découvrir deux personnalités : la première est Philippe Arino, un homosexuel, intellectuel, prof d’espagnol qui prend une année sabatique pour mener le combat contre le mariage gay … et oui chers amis vous aurez toujours un membre d’une minorité pour servir, consciencieusement, en toute honnêteté et toute connaissance de cause ses oppresseurs. Chez Arino, le moindre mot est calculé pour provoquer l’indignation et la colère, sentiments qui feront par la suite apparaître ses interlocuteurs en agresseurs… qu’importe finalement s’il pose comme base de tous ses raisonnement que oui un homosexuel est « par nature » inférieur à un hétérosexuel, que le désir homosexuel est « par nature » violent et déstructurant … et qu’à ses yeux, après le mariage gay arriveront « les vrais drames et les vraies blessures, nous les verrons socialement sur la durée ; car une société humaine qui déforme certaines réalités humaines (comme la famille, le couple, l’arrivée au monde, l’Amour) à travers des lois sociales universelles inutiles, inadaptées et non-conformes au Réel, s’apprête à accueillir les yeux fermés des formes inédites de névroses et de violences. Seul le Réel apaise et pacifie. Le fantasme génère des viols … » On croit rêver et non, nous sommes en 2012, en France et l’homme qui écrit ces mots est non seulement jeune ( ) et éduqué mais il est en plus gay…

La seconde personnalité est peut-être le plus hallucinante à mes yeux. Les propos qu’elle est capable de tenir semble juste sortis d’un mauvais film produit par le Vatican des années 60. La femme qui écrit, je ne donnerai pas son nom bien qu’elle assume pleinement ses propos est investie dans le domaine associatif et médical et le pire de tout … elle est psychologue et l’on comprend mieux, à la fin de ces lignes, que la première cause de mortalité chez les jeunes homosexuels est le suicide … elle écrit : « je dis non et absolument NON, en ce qui concerne la possibilité de leur laisser adopter des enfants. N’importe quel psychologue honnête reconnait qu’il faut la présence des deux sexes (différents) pour qu’un enfant se construise normalement. […] Que les politiques prennent leur responsabilité en ayant le courage de dire NON aux massacres des innocents. » et d’en rajouter une couche après sur le mode « je ne suis pas raciste, j’ai des amis noirs et ils dsent eux-mêmes que ce sont des sous-hommes »… voilà le propos : « une famille de détraqués n’est pas plus un exemple pour élever dignement un enfant, qu’un couple équilibré d’homosexuels : il suffit de repasser en boucle les témoignages plutôt négatifs d’enfants élevés par des couples homos pour s’apercevoir que les blessures narcissiques existent chez ces enfants là aussi. Je suis la première à dire qu’il faut retirer le plus vite possible un enfant vivant dans une famille de détraqués, en suivant la grossesse des futures mamans, quitte à en faire des pupilles de l’état.

J’ai eu dans le passé des clients homos devenus des amis. A les entendre, on ne devient pas homos par hasard, mais parce que l’on a subi dans sa tendre enfance des attouchements, un ou des viols, ou que l’on a été élevé par une grand-mère ou une mère castratrice, ou pour d’autres raisons perturbantes que je n’évoquerai pas ici… »

Ce jour-là j’ai commis l’erreur de riposter. Je n’ai pas pu laisser passer ces mots cette haine mais finalement je me demande s’il ne faut pas simplement laisser parler, refuser de descendre si profond dans la noirceur humaine et attendre qu’avec le temps… va tout va … Pourtant, alors que mon malaise persiste je réalise que je viens tout simplement de rencontrer l’homophobie… j’ai bien peur que ce ne soit que le début.

2 thoughts on “J’ai rencontré l’homophobie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *