J’aime beaucoup ce que vous faites

Share
palais des glaces theatre j'aime beaucoup ce que vous faites
Au Palais des Glaces à côté de République tout l'été vous aimerez qu'on dise du mal des autres à votre place

C’est l’été à Paris. Une période pendant laquelle et bien ma foi on peut se laisser un peu aller à réduire ses horaires de travail et flâner le long de la Seine ou du Canal Saint Martin. C’est aussi le moment de profiter de ce que Paris peut offrir de sympa et pas trop cher… le théâtre. Alors, dans ces moments là, on peut réviser ses classiques ou se délecter de l’écriture de ces nouveaux auteurs reconnus et parfois complexes, mais on peut également se laisser aller à la comédie qui nous vient des boulevards. On a le droit de se laisser porter par les rires faciles de la blague potache, du cliché bien senti et de l’auto-portrait un peu hésitant.

A la recherche de cette détente facile j’ai donc couru à deux pas de mon Canal préféré au Palais des Glaces pour voir, enfin me direz vous, “J’aime beaucoup ce que vous faites”, pièce écrite par Carole Greep, mise en scène par Xavier Letourneur. Avec Thierry Lavat ou François Raison, Karima Marimon ou Juliette Poissonnier ou Raïssa Mariotti, Stéphane Jaubertie ou Jean-Luc Muscat, Caroline Frossard ou Florence Savignat. Bon pour tout vous avouer je ne saurais vous dire lesquels de ces acteurs étaient, ce jour là, sur scène. Je m’en excuse platement auprès d’eux mais finalement peu importe le succès emportant ce texte depuis des années qu’il est joué et et qu’il réjoui un public qui réalise très vite que l’on raconte sa propre histoire…

Le pitch est simple Pierre et Marie sont en route pour rendre visite à leurs amis, Charles et Carole, retirés à la campagne depuis six mois. Sur le chemin, ils s’adonnent à leur sport favori (qui est par ailleurs le mien aussi et j’en suis certains le votre …) : la langue de pute . Le détail qui tue c’est que le portable de Pierre, mal verrouillé, appelle malencontreusement les dits “amis”qui, en direct, entendent tout ce que leurs meilleurs amis pensent d’eux…

Qui n’a jamais dit sur le chemin d’une soirée ou d’un week end à quel point ça le gavait de s’y rendre? Qui n’a pas écouté avec délectation la chanson “le dîner” de Bénabar sur le chemin d’une énième soirée d’anniversaire où l’on ne connait personne et en maudissant la RATP d’avoir repoussé d’une heure l’horaire du dernier métro le week end ?

“On s’en fout, on n’y va pas, on n’a qu’à se cacher sous les draps, on commandera des pizzas, toi la télé et moi, on appelle, on s’excuse, on improvise, on trouve quelque chose, on n’a qu’à dire à tes amis qu’on les aime pas et puis tant pis.” Dans cette pièce Pierre et Marie se contente donc de dire malencontreusement à leurs “meilleurs amis” (invention très conne par ailleurs que celle de “meilleurs” amis qui n’a pour conséquence que d’accroître les risques de déception) ils leurs disent donc qu’ils ne les aiment plus et qu’ils préféreraient largement rester dans la civilisation (Paris) plutôt que de se perdre dans un trou à rat (la Province) tout un week end !

On passe un bon moment à assister à ce règlement de comptes, cette fâcherie définitive où finalement les anciens amis peuvent enfin se regarder en face en se balançant au visage quelques vérités. Ils en occultent bien sur tout ce qui fait qu’ils s’aimaient mais l’amitié étant gâchée par l’excès  d’honnêteté du téléphone portable pourquoi se priver de dire à la Bimbo que c’en est une, à l’ancien ami parvenu qu’il est insupportable en nouveau riche snobinard et à l’écrivain qui attend impatiemment son grand soir qu’il est plus raté qu’écrivain?

La pièce est courte, une heure, mais d’une durée suffisante pour se soulager de ses pulsions de langue de pute professionnelle. On me signalait il y a peu que j’excellais dans ce domaine et j’avoue me reconnaître un certain talent mais de qui pourrait on dire du mal si ce n’est des gens qu’on aime?

Pour réserver c’est par là Billet Reduc

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *