le Modem entre militants et cadres du parti un naufrage nommé illusions

Share
François Bayrou

Comme beaucoup d’entre nous il m’arrive de déjeuner avec mes collègues et parfois, le moins souvent possible, il nous arrive de parler politique. Il y a de cela deux ou trois ans un gentil énarque me disait, à l’occasion de l’une de ces discussions : « il n’y a rien au monde qui soit plus con qu’un militant de parti politique ».

Moi, naïf peut être, j’étais choqué. Qu’est ce qui peut bien y avoir de « con » à donner de son temps, de son énergie, parfois de son argent pour servir les idées auxquelles on croit ? En quoi participer, à son niveau et sans ambition personnelle, au débat démocratique serait « con » ? J’ai un immense respect pour les militants, les convaincus de la première heure qui s’acharnent à défendre parfois envers et contre tout des idéaux.

Ceci étant dit, les dernières 24h sont venues immiscer en mon esprit parfois exsangue quelques doutes quant à la véracité de mes convictions en la matière. J’ai en effet eu l’immense privilège d’assister hier soir à un comité départementale du Modem Paris, ouvert au public. Et là, dans l’amphithéâtre relativement plein de la rue de l’Université mon cœur a failli me lâcher à plusieurs reprises. Non chers amis les militants ne sont pas cons mais ils semblent avoir une tendance à le devenir quand ils se prennent d’ambitions au sein d’un mouvement politique et d’autant plus s’ils y exercent la moindre responsabilité.

Soyons clairs et concis, le Mouvement démocrate a été fondé au lendemain des élections présidentielles de 2007 avec pour ligne de conduite de rester indépendant de la droite comme de la gauche et pour objectif de porter François Bayrou à la présidence de la République en faisant du Mouvement démocrate le premier parti politique de France. 5 ans plus tard, le même Bayrou obtient 9,1 % des suffrages à l’élection présidentielle et perd son siège de député aux élections législatives où les candidats de son mouvement obtiennent en moyenne 3 % des voix. Certains diront que c’est Waterloo, les plus optimistes que c’est Trafalgar et les « cadres » du Modem disent eux … tenez vous bien… que les 9,1 % à la présidentielle sont « un résultat tout à fait honorable compte tenu des circonstances nationales » et qu’aux législatives « le modem a montré qu’il était le 1er parti du centre en dépassant partout le parti radical valoisien, le nouveau centre et l’alliance centriste. Si le résultat national n’est pas bon, les candidats n’ont pas à rougir de leur campagne et des résultats obtenus »…

Rassurez-vous, les militants de base présents dans la salle ont tous eu la même réaction : une saine indignation face à cet exercice d’autosatisfaction, là où ils attendaient des actes de contritions et des excuses pour une campagne de mauvaise qualité dirigée par des pseudo-professionnels dont l’expérience politique est à l’image de l’état du parti qu’ils dirigent. Quand les militants réclament un congrès, on leur répond avec des questions de stratégie à deux francs six sous, je cite deux exemples :

     –    « le Modem doit il être un parti politique ou un mouvement de type Think tank ? », on croit rêver ca fait donc cinq ans que les petits hommes en orange bassine le pays, et leurs amis, avec le programme des « démocrates » tout ça pour finir en vulgaire « Terra Nova » ou « Fondation Jean Jaures » ?

     –    « faut il rester indépendant ou engager des alliances nationales dès le 1er tour » Merci messieurs dames pour cette question qui vient juste à point car finalement disons le pourquoi négocier des alliances quand on est à 17% ou même 9% alors qu’on peut le faire quand on est à 3% ? Pourquoi annoncer soutenir le candidat socialiste à l’élection présidentielle sans rien demander en échange et croire qu’une fois notre pantalon sur les genoux le parti de Martine Aubry va être gentil avec vous…

Hier soir j’ai donc découvert un monde qui m’était inconnu jusqu’alors dans mes activités politiques et associatives, non pas celui du « silence » promis fallacieusement par François Bayrou, mais celui du suicide politique collectif ; les militants de ce mouvement assistent au naufrage de leur parti téléguidé par une bande d’énergumènes incompétents qui refusent obstinément de voir qu’ils ont planté le navire sur le plus gros iceberg du coin. Même les cris stridents de Céline Dion jurant ses grands dieux que son « cœur continuera de battre » ne semble pouvoir réanimer une lueur de réalisme dans les yeux des « cadres » oranges.

La Céline Dion du Modem je l’ai virtuellement rencontré sur Facebook. Elle s’appelle Guilaine et elle a toute une bande de copines avec elle pour taper le premier mécréant qui semble, à ses yeux, critiquer le Bayrou. Guilaine critiquait l’un de mes précédents articles en précisant notamment qu’elle regrettait de ne pas y retrouver « l’acharnement systematique des deux cotes a vouloir detruire le seul qui osait dire la verite, je n’y lis pas les valeurs et idees geniales pour sortir notre pays de ce trou noir ! Non je n’y lis que calcul, strategie.. Comme si Francois etait assez con pour choisir une strategie de l’auto destruction ! »… parce que, au cas où vous ne l’auriez pas compris, si Bayrou a perdu, ce n’est pas de sa faute, pas de la faute de son programme plein « d’idées géniales », pas à cause de sa stratégie de communication, certainement pas à cause de ses équipes, de ses conseillers, de sa campagne brillante … non c’est à cause de tous ces méchants autres candidats qui n’ont pas voulu lui laisser la place qui lui revenait de droit … divin (?)… Allez je crois que le temps est venu de relire le début de mon post …

30 thoughts on “le Modem entre militants et cadres du parti un naufrage nommé illusions

  1. Via FB A une époque le centre était leader de l’assemblé, à une époque le centre gouvernait la france, des régions, des départements, c’est en étant aux responsabilité qu’on a fait avancer les choses. c’était l’époque de l’UDF/RPR. Est ce que l’on renonçait à nos convictions pour autant, non. Alors fonçons, retrouvons des élus et faisons avancer les choses en étant aux manettes. Marre d’être constamment sur le banc de touche.

  2. via facebook C’est marrant, cette fois-ci, ce ne sont pas les médias qui vont assassiner le Modem ce sont les militants furieux qu’il a escroqué depuis 2007. Dure!

      1. Le Modem avait créé un faux espoir à toute une génération, en 2007 puis en 2008…tu connais la suite, lâchage des militants, négociation de programme et de candidatures à porte clause, falsification des résultats de vote et surtout un président-candidat inaudible voir simplement absent, comme muet…le militantisme et l’enthousiasme a fondu comme neige au soleil d’élection en élection, à peu près au même rythme que les résultats aux élections: 18%, 12%, 8%, 3%. Alors tous ces militants déçus ou floués sont à l’écoute et ne laisserons pas à mon avis le modem joué au jeu de nous sommes toujours les même qu’en 2007. Ça ne passera pas.

  3. Bonjour,

    Globalement, tous ces mots, en version "politiquement correcte", "grand déballage", "commentaire diplomatique", ou "j'vous l'avais bien dit", n'apportent pas grand chose. je suis une militante modem, sans doute pas plus conne que les autres, mais pas moins non plus 😉 . Ma confiance dans mon parti politique reste entière car elle est attachée non pas à un homme, à une organisation, à des cadres, intermédiaires ou pas, professionnels ou non,… non pas à un "siège", à un gourou, mais "au fond", à l'essence de ce qui fait ce parti tout jeune. Evidemment, me direz-vous, j'enfonce une porte ouverte ! A quoi cet engagement peut-il servir s'il est isolé, et si la dimension collective qui sied à une organisation politique en est absente ? Et bien, malgré les défections, les abandons, les rancoeurs violemment exprimées de ceux qui sont encore à moitié là après la défaite, les doutes clairement énoncés de ceux qui resteront encore un peu, les débats et les questionnements, ce collectif existe toujours bel et bien ! Cet esprit de résistance, d'objectivité et d'indépendance n'a pas disparu ! Il existe, lors de nos réunions capitales du 5 mai et du 30 juin, mais aussi, souvent "encapsulé" dans les mouvements départementaux. Sur le plan des idées, j'ai vu aussi les propositions mûrir, s'affiner… Notre programme, très faible sur le plan économique, s'est construit et enrichi depuis 2007, sous l'impulsion des militants notamment, mais également, grâce aux interventions très professionnelles de "cadres" du Mouvement Démocrate. Dans d'autres domaines, les agrégats de mesures "catalogue" se sont structurés autour d'axes et d'objectifs. L'UDF était un parti "historique", qui, à l'image de la litanie RPR/UMP/… et du pachydermique PS, n'était plus en mesure de créer quoique ce soit en matière "d'idées politiques nouvelles". Or notre pays a besoin de ces idées nouvelles, adaptées à la situation économique et à la crise, mais aussi aux envies et aux aspirations de fond d'une majorité de citoyens. Et je dis que ce programme, ces idées, c'est notre mouvement qui les développe, c'est dans notre famille politique qu'ils trouvent leur origine, c'est nous qui allons les porter, c'est NOUS qui devons les faire germer, grandir…. J'ai été de toutes les constructions, de toutes les luttes, de tous les espoirs, et j'y suis encore… Conseillère nationale, j'ai participé à ma première campagne législative cette année. Et bien, malgré mon score, j'en suis ressortie convaincue qu'il fallait continuer à se prendre en main, continuer sans croire que tout pouvait venir du (saint) siège… Je me suis présentée au départ pour "ramener" un peu d'argent public à mon parti ; [ironie du sort : j'en aurais ramené davantage si je m'étais présentée sans étiquette, sans l'étiquette du méchant François Bayrou qui a fait perdre le gentil SuperSarko ! ( vous avez bien compris qu'en réalité, le report des voix des votants de F. Bayrou au 1er tour s'est inversé, après sa déclaration de soutien personnel à Hollande, en faveur de N. Sarkozy, selon les sondages de sortie des urnes, il est important que cela soit dit)] ; après avoir rencontré sur le terrain une partie des 117 000 habitants de ma circonscription, j'ai "entendu", l'envie profonde de mes concitoyens d'avoir "à faire", ou "affaire" avec une génération politique nouvelle, des gens comme vous et moi, qui seraient capables d'indépendance et d'objectivité quand le bateau tangue, des personnes qui auraient du "leadership", des convictions et des idées, mais qui ne resteraient pas aveugles et sourds à leurs demandes quand il s'agira d'imaginer des solutions vraiment nouvelles au plus fort de la crise. Alors OUI, je vais continuer à m'engager, à être une de ces militantes indécrottables, (la benête de service !!!)… Il faut agir, et notre mouvement doit maintenant devenir un parti politique… Oui, il y a des choses à changer au Modem… Mais personne n'a jamais dit le contraire, en tout cas, sûrement pas François Bayrou. Nous devons apprendre à conduire une stratégie de conquête, ce qui ne veut pas dire foncer à l'assaut des urnes sans discernement (et sans aucune chance de succès). Cela prendra du temps, mais j'ai la conviction que nos propositions humanistes, devenues maintenant le début d'une vraie proposition politique nouvelle pour notre démocratie et notre pays, se sont "ancrées" définivement au centre de cet échiquier politique, que la couleur orange peut égayer le spectre en noir et blanc que nous imposent les bipolaires de service… Nous ne sommes plus un "accessoire", mais un "indispensable". Alors les déçus et les amers ont leurs raisons de l'être, cette réalité s'impose et ne doit pas susciter moquerie ou désapprobation. Mais la volonté ferme des "militants" qui restent ne doit pas plus provoquer l'ironie. Il faut raison garder, de part et d'autre. Je crois toujours dans un projet d'espoir, en politique particulièrement. "Combien sommes-nous ? – 2 ! … Encerclons-les". Et ma devise pendant la dernière campagne électorale : "Soyons le changement que nous voulons voir dans le monde", GANDHI.

  4. "Si nous pensons tous la même chose, alors nous ne pensons plus rien… " Là on en est loin, et l'invective n'a jamais fait avancer les choses, et cela tue le débat.

  5. "indécrottables…plaies ..incompétents.. nuisibles…secte ..godillots.." je continue? Je n'en ai pas copié la moitié!!!!! Merci cher Itsgood, je vous très bad sur ce coup là, au contraire et particulièrement de mauvaise foi! Même inimitable cette fois votre réponse, quand on relit les commentaires dont la moitié n'auraient même du du passer la modération! Continuez, mais sans moi. Je suis totalement dégoutté de vous visiter. On est si loin de Aimé Césaire!

    1. Nous sommes donc bien d'accord vous citez les commentaires et non l'article en lui même … je suis désolé mais en effet mon choix est de ne pas censurer les commentaires sauf en cas de propos condamnables par la loi ou en cas d'attaques personnelles et nominatives … ne pas censure ne signifie pas que je partage l'opinion exprimée … Pour le reste voyez vous un certain François Bayrou disait quelque chose du genre "quand on est d'accord sur tout c'est qu'on ne pense plus rien"…

    2. Visiblement la vérité dérange monsieur Yvon, aucune haine dans tout ces propos, juste une constatation factuel et si veux connaitre la vrai censure va sur un page du MoDem ou de Bayrou et si t'es dégouté et bien ne vient pas

      cordialement

    3. Mon cher Yvon, j'ai quitte le modem depuis belle lurette, et que cela m'avait fait du bien a l'epoque!

      Qui repond SYSTEMATIQUEMENT a toute critique que c'est en fait de la haine, un complot de l'UMPS que dis-je : un complot antidemocrate! Reponse: des gens du genre de JF cope, ou d'autres fines gachettes d'un monde politique qu'on n'a que trop vu… ou des gens du modem souvent des cadres intermediaires defenseurs de bayrou contre ses militants.

      Votre manque d'ecoute au sujet de faist qui pourraient bien etre a l'orgine des deboires repetes du modem (en clair depuis le debut) est preoccupant. En effet, les organisations bien gerees sont dans une demarche de progres continu qui se nourrit de l'ecoute des critique d'ou qu'elles proviennent.

      Je ne pense pas que crier "on est les meilleurs" a tue tete ce soit la solution. Il suffit pas de le gueuler, ou d'interdire de gueuler l'inverse: ce qui compte c'est la realite du modem. DOnc Yvon dites nous ce que vous proposez au lieu de crier au silence dans les rangs.

      Moi meme ce que je propose: faire une croix sur bayrou et partir de zero, et surtout sans ces cadres qui appartiennent a la vie politique d'avant. Et que les centre droits aillent rejoindre borloo cela ne me choque pas: c'est la qu'ils seront les plus heureux et c'est ca qui compte.

  6. A part la haine de ce que l'on méprise ou qu'on ne comprend pas vous n'avez rien d’autre à faire? dénigrer démolir pourrir la vie des gens qui eux croient à quelque chose, respectables pour cela même si ils ne réussissent pas tout? vous êtes plus a plaindre que beaucoup: le bon sens ( et l'intelligence!) voudraient que vous soyez force de proposition .. plutot que de vous miner à deverser toute cette haine! rarement aussi négatif et désolant…

    1. Bonjour Yvon et d'abord merci pour votre commentaire mais je dois avouer que je ne sais pas très bien à qui il s'adresse… à l'auteur de l'article ou aux auteurs des commentaires? L'article ne me semble ni haineux, ni méprisant et encore moins une oeuvre de démolition ou de dénigrement… juste un témoignage de l'état de rupture entre la vision des militants qui observent avec réalisme les résultats de leur mouvement politique et celle des cadres de ce mêmes mouvements qui refusent le moindre mea culpa.
      pour ce qui est des commentaires des lecteurs de ce blogs ils ne me semblent pas davantage haineux mais juste tristes et remontés parce que certains auteurs qui semblent être des militants se sentent aujourdhui trahis… sentiment bien naturel il me semble. Donc pas d'inquiétude Yvon la négativité de viens pas de là où vous regarder
      a bientot sur ces pages

  7. Eh oui, c'est tout ça…

    Je rajouterais en plus que continuer à trouver "humaniste" un gars qui se fout totalement des demandes des parents d'enfants handicapés, qui couvre son député de Mayotte coupable de détournement d'indemnités en tant qu'avocat d'enfants victimes de pédophiles, qui prône, là même ou Sarko avait renoncé (car ça faisait trop "valet du grand capital") une soucription obligatoire à une assurance privée pour la dépendance, proposition soufflée par un de ses conseillers responsable chez AXA, pour finir en apothéose, qui ignore comme des vieux slips 20 employés qu'on licencie en laissant au sous-fifre le bon soin de leur annoncer, non seulement ça relève de la connerie mais surtout de la mauvaise foi.

    Bayrou est un menteur, mais le pire c'est qu'il a contaminé des militants. Heureusement, ceux qui ouvrent les yeux sont de plus en plus nombreux. Ne restera que 3-4 groupies qui l'aiment d'amour à la fin.

  8. NOUS SOMMES MORTS! Et tout ça par la faute d'incompétents, de courtisans, de nuisibles. Les bonnes volontés et les personnes de valeurs sont systématiquement écartées au profit des médiocres et des manipulateurs. Voilà le résultat. Il n'y a pas à en dire plus.

  9. Excellent, je me suis encarté a l'arrache en 2007 et n'ai participé qu'en soutien aux élections intermédiaire sans m'impliquer plus qu'au niveau de section de pays 4 militants ayant quasiment tous abandonné depuis, jusqu'en 2010, le jour ou je me suis rendu a une réunion départementale et encore plus a Paris à un congrès, j'ai compris en une journée parmi le MoDem, ce qu'il valait et depuis je prédisais la gamelle de cette fausse valeur, en joaillerie on dirait du plaqué de peu d'épaisseur, sous les huées des furieux jusqu'auBayroutiste, tu as tout résumé et Jean Pierre Becker aussi, les militants sont effectivement très cons, lorsqu'ils arrêtent d'utiliser leurs cerveaux pour plaire au chef en refusant de voir ce qu'ils voient

  10. Bayrou n'est pas un homme providentiel. Il voudrait bien mais il ne le peut point. Alors qu'il sait pertinemment qu'il est dans les choux à Poitiers, sans se démonter, il affirme "Nous allons gagner" alors que c'est totalement plié. C'est donc un homme qui utilise le mensonge dans sa communication.

    Plus grave, il fait semblant de chanter la Marseillaise au meeting de Bordeaux, et balance un coup de pied dans le micro qui essaie de capter sa voix…

    Vous arrivez à imaginer un manipulateur de ce calibre comme Président de la République ?

    Si les Français l'ont rejeté, c'est bien qu'il y a des raisons objectives à le faire.

  11. Les idéaux,les valeurs enracinées, la morale en politique…cent fois oui. Mais soyons sérieux.Nous sommes régis par les lois de la Ve République et, tant qu'elles existent, nous devons nous y conformer et adapter au risque de ne plus exister en tant que famille centriste.

    Or quel constat sommaire peut-on faire ? Contrairement à l'UDF, le Modem n'a pas su s'organiser et s'enraciner durablement et profondément dans nos territoires.Sa stratégie n'a pratiquement été que l'élection présidentielle et l'investissement sur un homme: François Bayrou aussi éclairé et talentueux soit-il.Excellents constats sur les années d'errance économique mais programme de gouvernement nébuleux( sauf quelques mesures comme " produire et acheter français"); donc pas d'adhésion des citoyens. Relais politiques insuffisants du fait du manque d'enracinement ( voir plus haut )et organisation hyper légère;stratégies incohérentes;staff de campagne aux mains de quelques personnes déconnectées des réalités pour la plupart; erreur monumentale d'avoir annoncé avant le 1er tour des présidentielles qu'un choix serait fait pour le 2 tour.Un soutien éventuel à l'un ou l'autre des candidats devait être dûment négocié et ratifié.Ne soyons pas des naïfs et des angelots car qui veut faire l'ange fait la bête !La politique est la conquête – ou, à défaut la participation – du/au Pouvoir.Avoir de bons principes,soit,mais il faut aussi avoir le sens des réalités.Sinon on ne peut influer et peser sur la vie politique.

    Quelques réflexions donc ex abrupto pour sortir des triturations maso-intellectuelles qui ne conduisent qu'à la stérilisation de la pensée et de l'action politiques.

    1. Je trouve ce commentaire assez juste et équilibré.

      Depuis 5 ans je plaide pour un enracinement militant qui, seul, permet d'avoir des élus de terrain eux mêmes en position de candidats.

      La remarque sur ces "cons de militants" je l'ai entendue de la part de cadres sous différentes formes mais avec la même supériorité prétentieuse.

      Le pire est quand j'entends autour de moi des gens biens et compétents me demander ce que je fous au milieu de ce ramassis de "loosers" égoïstes qui vont nous emmener à la destruction.

      Voila, je suis de la génération Lecanuet et je vis très mal ce jeu de massacre. Comme je l'ai promis à mes amis je fait une dernière tentative pour recréer un parti de militants efficace et lisible.

      Si cette dernière tentative est bloquée, je relancerais mon parti indépendant ou nous pourrons faire un bien meilleur travail, ouvert et constructif.

  12. Encore non les interventions ont été fortes et sans concessions: J Charles on ne parle pas de ce qu'on n'a pas vécu! La langue de bois c'est chez Boulange pas lors du Cn du 30/06. Ehhh oui! regrets éternels de vous décevoir! Les godillots vous remercient de cette élégance!

  13. Quand je lis le commentaire de Patricia, je me dis qu'il y a des indécrottables, la Bayroulâtre sont la plaie de ce mouvement. J.L.Bourlange a été un des premiers faire le parallèle avec une secte, il a finalement raison; ce conseil national n'a été qu'un rassemblement de godillots à peu près tous conquis à la cause, et juste là pour applaudir le gourou.

    1. dans 30 ans, tu les verras encore ressasser que Bayrou est le meilleur, c'est tout a fait ça, une secte , le terme Godillot leurs sied très bien malheureusement, d'ailleurs si ils n'en étaient pas, ils n'y seraient plus

  14. facile de critiquer Eric ou Nathie… les mains dans le cambouis c'est plus efficace! tournez vos claviers vers l'extérieur et élisez des "cadres" capables et c'est tout!

  15. ben non ce n'est pas à cause de lui ni de son programme que nous avons perdu… ben non! même si l’organisation laisse à désirer, il faut reconnaitre que FB pensait ne pas avoir besoin de parti pour gagner, c'est une erreur de stratégie, il faut arrêter de tout attendre de paris du Siège! le reste on le doit au système électoral qui décourage de voter petits partis, et au rejet de Sarkozy qui a primé sur tout!

    FB l'a dit samedi; PRENEZ VOUS PAR LA MAIN au lieu de geindre: les municipales= 2014: au boulot!

  16. Si le naufrage de notre famille politique n'était pas si affligeant, on pourrait presque en rire. J'avoue, j'ai souri devant certaines de vos tournures. Je partage votre point de vue sur les limites de compétence de certains de nos cadres

  17. merci de ce témoignage j'ai quitté le modem en 2010 et quand j'en regarde les ruines j'ai un pincement au coeur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *