Je n’ai pas rencontré les eaux de Labeaume

Share
Labeaume en Ardèche
Labeaume en Ardèche

Au bord de la rivière la Beaume, il y a ce village  entouré de falaises autrefois creusées de grottes troglodytiques. Ses maisons en galets se serrent comme dans tous les villages ardéchois le long de chemins sinueux, accrochés à la montagne. Labeaume s’étend sur 1800 hectares dans lesquels 524 habitants vivent confortablement avec un sentiment d’île perdue au coeur du canton de Joyeuse

L’Office du tourisme de la commune aime à mettre en avant le château qui surplombe le village, tandis qu’en contrebas se découpent les vestiges du château vieux, du moulin et des jardins suspendus. Les « jardins suspendus » du lieu dit Le Récatadou à Labeaume sont des terrasses aménagées dans les parties verticales d’un promontoire calcaire dominant, en rive gauche, les gorges de la rivière Beaume. Ces aménagements, à l’abandon depuis un demi-siècle, dépendaient d’une ferme du même nom.

Vous l’avez compris, Labeaume est l’un de ces endroits où l’on aime flâner en été. On aime traverser les vieilles rues ombragées rejoindre le bord de la rivière, dépasser les touristes qui s’agglutinent là pour remonter plus haut, se perdre au milieu des rochers et enfin savourer un moment de fraîcheur solitaire, au milieu du torrent de l’eau ardéchoise qui se fraye un passage  afin de filer vers des mystères qu’elle est seule à connaitre. Oui on aime les eaux chaleureuses de Labeaume et le problème voyez vous c’est qu’on est pas les seuls…

Chaque été Labeaume attire par ses eaux virevoltantes, ses vieilles pierres et son festival de musique des milliers d’âmes en short et tongs qui, considérant l’isolement de la commune dont la seule route est un cul de sac débarquent en voitures sur ses hauteurs. Ils sont si nombreux qu’une fois le parking plein chaque bas côté est occupé. Les locaux de l’étape bloquent l’accès à leurs propriétés et râlent tant et si bien que le touriste devient peu à peu la bête noire, l’enfer personnifié.

Il y a quelques jours je voulais emmener ma moitié découvrir ce lieu plein de charmes. Que nous remontions ensemble, les pieds dans l’eau le chemin que bien d’autres prennent depuis des siècles sans pour autant laisser la moindre trace de leur passage. De ma villégiature à Labeaume il faut traverser les “montagnes” ardéchoises, croiser mille touristes et autre bus pleins de Kanoe sur 80km d’une route en plein soleil. Nous tournâmes  tant et si bien qu’arrivés à l’entrée de la commune sur les coups de 15H00 nous nous trouvâmes devant une barrière avec un gentil monsieur derrière qui m’expliqua qu’en raison de la trop forte affluence l’accès à la commune était totalement interdit… par qui par quoi? Dieu seul le sait.

N’attendez pas que je reproduise ici la discussion car pour une fois je fus d’une amabilité sans égale. J’ai néanmoins depuis lors demandé qu’on me transmette l’arrêté municipal interdisant l’accès au territoire de la commune. En effet, la police de la circulation est une partie intégrante de la police de l’ordre public qui vise à assurer la sécurité et la commodité de passage sur les voies publiques. Elle relève du code de la route et du code général des collectivités locales et est de la compétence du maire, du président de l’EPCI, du président du conseil général ou du préfet suivant le type de voirie concernée et la localisation, en ou hors agglomération. Dans notre cas elle relève du maire de Labeaume.

L’arrêté de circulation est pris pour la mise en place des mesures de police permanentes ou temporaires avec comme objectif de permettre la circulation générale dans de bonnes conditions d’exploitation et de sécurité, tout en respectant les droits de chacun et en particulier des usagers et des riverains des voies concernées. L’arrêté peut être invalidé s’il ne respecte pas la réglementation ou s’il n’est pas correctement motivé.

Je suis bien convaincu de la légitimité de la décision éventuellement prise par les autorités municipales de Labeaume. Pour autant, d’une main elle font tout pour faire venir les touristes; elles mettent en avant leur patrimoine architectural et naturel mais ne se donnent pas les moyens d’assurer dans de bonnes conditions l’accueil de leurs visiteurs. Le parking au coeur du village est très rapidement plein malgré le fait qu’il soit payant et aucune autre solution n’est proposée comme par exemple un second parking sur les hauteurs de la commune où des terrains sont disponibles ou l’aménagement d’accès directs à la rivière qui ne passeraient pas par le village. Ils existent mais ne sont ni aménagés ni même indiqués à ceux qui ne sont pas “du coin”. La seule réponse de la mairie est une simple interdiction le plus beau étant la phrase du Monsieur à la barrière : “revenez à 17H00” bien sur c’est pas comme si j’habitais à 80 KM de là …

C’est bien dommage mais je ne rencontrerai plus Labeaume.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *