Le Batman de Christopher Nolan est-il de gauche ou de droite ?

Share

Par Anna Benjamin – Le Monde

[Avertissement : cet article dévoile des éléments de l’intrigue du film The Dark Knights Rises]

Batman The Dark Knights Rises
Batman The Dark Knights Rises

Référence à la crise économique, au mouvement des Indignés, à Mitt Romney ou même à la révolution française et à la Terreur ? De nombreux commentateurs ont fait une interprétation très personnelle du troisième volet de Batman. Si tous ne s’accordent pas, loin de là, démocrates et républicains américains se rejoignent sur un point : The Dark Knight Rises est un film politique.

Pour les républicains, le dernier volet du chevalier noir diffuse un message pro-démocrate. En cause : le nom du méchant, Bane, dont le nom ferait un peu troppenser à Mitt Romney, qui a dirigé le fonds d’investissement Bain Capital. “Bain” et “Bane”, un équivalent phonétique digne d’un complot, pour l’animateur de radio conservateur, Rush Limbaugh.

Alors que depuis plusieurs semaines, les démocrates pointent la responsabilité du candidat républicain dans des suppressions d’emploi liées à des rachats d’entreprises par ce fonds d’investissement, l’équipe de campagne de Barack Obama a saisi la ressemblance au vol. Que ça s’écrive ‘Bain’ et soit mis en avant par la campagne d’Obama, ou ‘Bane’, et mis en avant par Hollywood, les histoires sont les mêmes : un méchant très intelligent ayant des intérêts à l’étranger et un passé qu’il essaie de dissimuler, venant d’un père très puissant ayant bâti son pouvoir en pillant la société”, a déclaré ironiquement le conseiller démocrate, Christopher Lehane.

Quelques heures après l’accusation, le cocréateur du personnage masqué,Chuck Dixon, a dû réagir, en assurant que cela était infondé, car il était lui-même… conservateur.

CAPITALISME, CONSERVATISME ET FASCISME

Au contraire, pour les commentateurs démocrates et la gauche anglo-saxonne, ce dernier volet de Batman est d’abord un film-manifeste conservateur contre le mouvement Occupy Wall Street. Gotham City serait la ville rêvée des néoconservateurs. Retour au pouvoir du peuple, démonstration de force contre les riches et la police, tribunaux d’exception… Le méchant Bane lance un mot d’ordre :“Gens de Gotham, prenez le contrôle, prenez le contrôle de votre ville. Faites ce qu’il vous plaît.”

 

Bane, le méchant du dernier Batman, "The Dark Knight Rises".

 

Pour le Telegraph, Bruce Wayne n’est qu’un “playboy industriel (…) secrètement, merveilleusement de droite”“le champion des ploutocrates. C’est l’homme qui a le plus d’argent, la plus grande maison, la meilleure cachette et la voiture la plus rapide, qui est pourchassé par les plus jolies filles”.

Le réalisateur Christopher Nolan dépeint le mouvement organisé par Bane comme un “Occupy Gotham” qui glorifie les 1 % au détriment des 99 %, un monde peuplé d’anarchistes alimentés par un désir de destruction et non par l’envie de construireun monde plus juste, explique le GuardianPour le quotidien britannique, “The Dark Knight Rises contient une vision audacieusement capitaliste, radicalement conservatrice et justicière, qui avance de façon sérieuse, frémissante qu’il fautsuivre les choix des riches dès lors qu’ils affirment vouloir faire le bien. Mitt Romney serait ravi.”

Le critique d’Andrew O’Hehir sur Salon.com, va encore plus loin : “Ce n’est pas une exagération de dire que l’univers de The Dark Knight Rises est fascisant (…). Le scénario de Nolan pousse la légende de Batman à son extrême logique, la vision de l’histoire humaine comprise en tant que lutte entre volontés individuelles supérieures, un conte d’héroïsme et de sacrifices symboliques qui s’opposent à la corruption désespérée de la société.” Pour le site américain, ce régime“tyrannique et révolutionnaire” est “modelé à partir de la Terreur”.

PROMOUVOIR L’ORDRE CONTRE LE CHAOS

Nicolas Labarre, maître de conférences à l’université Bordeaux III en civilisation américaine, partage cette lecture : “C’est un film profondément réactionnaire qui étale son conservatisme. Mais ce n’est pas un conservatisme radical. C’est plutôt un conservatisme qui glorifie l’ordre établi, qui, s’il n’est pas parfait, est préférable au chaos et aux alternatives révolutionnaires. L’univers mis en place par Baneressemble presque à l’utopie promise où l’on vit heureux, mais est présenté comme un monde totalement chaotique avec une image grotesque de la justice.”

batman-bane
Bane

La figure anonyme de Bane, le méchant au visage caché, ne serait pas pour rien dans cette ressemblance politique du blockbuster avec la réalité. “C’est un méchant sans charisme, anonyme, ce qui permet de l’associer plus facilement à un phénomène socialajoute Nicolas Labarre. Le film utilise un discours et des figures qui empruntent à la politique, mais il n’est pas forcément politiqueA la fin du film, on se dit qu’il n’est pas sérieux dans le discours politique qu’il véhicule ; le film revient à la littérature populaire du comics, où tout discours politique est invalidé.”

Ce qui n’empêche pas les participants au mouvement Occupy de s’y reconnaître aussi. Dans le Daily Beast, Harrison Schultz, membre du mouvement, se dit“heureux de voir des thèmes comme l’égalité dans l’accès aux soins ou les conflits de classe entrer dans l’esprit du temps et la culture populaire”. Mais il ajoute : “Je pense que ces thèmes, dans The Dark Knight Rises, n’ont aucun lien avec le mouvement Occupy.” Les terroristes à la solde de Bane auraient donc peu à voir avec des “manifestants paupérisés et pacifiques qui, dans leur combat pour la justice sociale, s’arment au mieux de pancartes, de sacs de couchage, de tentes et d’iPhones”.

SUPERMAN, LUI AUSSI, SUPER HÉROS TOTALITAIRE 

Christopher Nolan explique, lui, que son film peut donner lieu à diverses interprétations, en fonction de l’affiliation politique du spectateur. Mais depuis qu’il réalise Batman, il a voulu donner une saveur plus réaliste à ce héros, pourévoquer “les choses qui nous préoccupent aujourd’hui”Cette saveur est sans doute aussi le fruit du coup de crayon de Frank Miller, qui a donné une seconde jeunesse à Batman dans les années 1980 en le transformant en un héros gothique. Connu pour ses prises de positions radicales, celui qui a renouvelé le genre du comics est aussi un néoconservateur assumé.

Lire : Frank Miller, Batman et le choc des civilisations

“Dans les années 1980, Batman se méfiant de la jeunesse, il est hostile au discours libertaire qui refuse toute priorité du discours social sur l’individu, et donc est plus individualiste, indique M. Labarre. Dans ce dernier volet de Batman, le discours est juste réactualisé par rapport à la bande dessinée.”

Et que Batman se rassure. Depuis les années 1940, il n’est pas seul à être sous le feu des critiques, d’autres super-héros étant accusés d’être réactionnaires. “On accuse Superman d’être un surhomme nietzschéen qui, parce qu’il a des pouvoirs, doit s’affranchir de la société et a la légitimité morale de le faire, explique Nicolas Labarre. C’est celui qui décide de rendre la justice par lui-même. C’est donc l’individu contre la société.”

Anna Benjamin

2 thoughts on “Le Batman de Christopher Nolan est-il de gauche ou de droite ?

  1. via facebook

    I think it just holds up a mirror to these uncertain times, without really picking sides. Either way left and right commentators express their opinions regarding the themes explored in the film. There is no doubt Wayne is an industrialist 1%er, but, with a sense of nobility and servitude (or messed vengeance, again depends who you talk to) and he even invests in green energy only to shroud the whole thing it in case it falls into the wrong hands.

    And I am not sure we can compare an angry mob of criminals with the relatively peaceful occupy movement, or again one could argue this is just the film makers trying to draw parallels between the two, probably not, By comparing a group of mercenaries who want to kill everyone and destroy a city to the occupy wall street movement, you're the one doing a disservice to the 99% not the best way to market a broad audience film, it would be shooting its self in the foot, its way more effective way of storytelling to have a bunch of angry thugs with guns terrorising the city.

    Many argue it has no sense of political stance and strays in all directions, so its a bit muddled sure, but its not an oliver stone film, it doesn't really need to knock ideals down the viewers throat.

    Or on a grander perspective one could suggest The Dark Knight's overbearing message is: 'In order to take on those amoral terrorists we need a big bad superhero with amazing weapons (America) to do our dirty work e.g. torture people, use illegal surveillance, other unorthodox methods etc, who we can safely hate afterwards to keep our moral purity intact.

    But really someone just had to come up with a guy like Batman who has no super powers meaning the superhero would need expensive gadgets, which would only be accessible to a super wealthy guy. To make the story believable, the super wealthy guy would have to come from a family of philanthropists who cared about making the world better, and thats pretty much it.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *