de l’EPAD à l’EPADESA ou comment se faire prendre pour des cons

Share
Le népotisme une valeur partagée à droite comme à gauche

Parfois je me demande si je ne devrais pas créer une catégorie “foutage de gueule”. Depuis mai 2012 on nous vend l’Etat “exemplaire”, le président “normal” et des tonnes de discours pour montrer à quel point la nouvelle équipe est à ce point plus vertueuse que la précédente … en fait dans le principe ca ne pouvait être bien compliqué et pourtant hélas une fois encore on plonge en pleine mascarade.

Alors bien sur le conseil constitutionnel invalide la baisse du salaire du Président et des membres du Gouvernement … on ne peut rien reprocher à ce dernier sauf, peut être, soit d’avoir gagné du temps pour garder des hautes rémunérations quelques mois de plus, soit (ce qui est plus probable) d’avoir engagé des truffes en guise de conseillers juridiques; des juristes incapables de faire la différence entre ce qui relève de la loi et ce qui relève du règlement : retour à la case 1ère année de droit, 1er semestre, 1ère leçon !

Et il y a aussi Claude Bartolone, sympathique président de l’Assemblée nationale à qui, reconnaissons le, on fait un bien mauvais procès. Le bougre a nommé sa femme à un poste dans son cabinet de Président de l’Assemblée nationale… on se souvient des cris et sifflets accompagnant chaque nomination “familiale” de l’ère Sarkozy, le fils , la femme etc … Mais en fait je ne trouve pas cela scandaleux à partir du moment où ce n’est pas interdit par la loi et que la personne concernée a des compétences pour remplir l’emploi qui se doit de ne pas être fictif … cela doit être le cas puisque l’affable Bartolone n’a rien trouvé de mieux que de répondre aux accusations par une phrase qui mérite un prix : “je n’ai pas nommé ma femme, j’ai épousé ma collaboratrice” … classe !

Enfin et là vraiment on touche au top du top en matière de faux culs  nous nous rendons dans les Hauts-de-Seine et plus précisément à l’EPAD qui avait tant défrayé la chronique du temps où le fils élyséen de l’époque souhaitait prendre la présidence de l’établissement et qu’il en fut empêché par la résistance courageuse de la gauche face au “népotisme” sarkozien … Nous sommes en 2012 et il faut désormais remplacer Philippe Chaix, actuel directeur général de l’Établissement public de la Défense. Tenez vous bien, le Gouvernement s’apprête à nommer Amin Khiari, 35 ans, limogé en 2010 de l’université Léonard-de-Vinci qui n’est autre que le fils de la vice-présidente PS du Sénat, Bariza Khiari. Cécile Duflot, ministre du Logement et de l’Égalité des territoires, a reçu, mi-septembre, Joëlle Ceccaldi-Raynaud, présidente de l’Epad – devenu Epadesa -, pour lui demander de convoquer au plus vite un conseil d’administration parce que trouver des postes aux enfants de ses petits camarades c’est pas comme le changement … pour le coup ça c’est VRAIMENT maintenant…

5 thoughts on “de l’EPAD à l’EPADESA ou comment se faire prendre pour des cons

  1. via G+
    On attend avec impatience le prochain épisode : Thomas Hollande, préfet du Vaucluse ou ministre de la Justice…
    J’exagère ? J’espère !

  2. En ce qui concerne Bartolone, il a vraiment épousé sa collaboratrice … Puisqu’il était marié, a divorcé avant d’épouser celle qui est aujourd’hui sa femme.

    1. absolument il n’y a rien à lui reprocher c’est conforme à la loi … c’est seulement au Parlement européen qu’il est interdit d’engager des membres de sa famille … mais il faut reconnaitre que la phrase manque de classe à l’égard de la dame … genre j’ai épousé ma secrétaire ca se fait mais après on enrobe le tout dans la présentation

  3. Via Facebook:
    On peut aujourd’hui parler de corruption à tous les niveaux de l’Etat. Nous sommes une démocratie violée…Enfin nous, la France…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *