J’ai rencontré Lady Gaga au Stade de France

Share

Je suis un parisien incongru car samedi dernier ce qui aurait pu paraitre comme la ballade la plus naturelle du monde à une cohorte de jeunes du cru était pour mois une double première fois… une première visite au Stade de France, 14 ans après son édification, et mon premier concert de Lady Gaga, la madone des moins de 40 ans ^^

Deux premières réussies à tous points de vue et rien ne pu gâcher la fête, ni l’adorable estropié qui hurlait des « Gagaaaaaa » déchirants à mes côtés au risque de me percer un tympan, ni les insupportables accrocs qui brandissaient des téléphones portables tout le long du show plutôt que de danser et de participer à la fête. Une mention spéciale néanmoins pour la folle furieuse identifiée dans la fosse par l’un de mes espions, qui brandissait, elle, son IPAD, à bout de bras, pour pouvoir probablement assister, une fois rentrée chez elle, au spectacle qu’elle a raté et où disons le elle a emmerdé tous les gens de taille moyenne qui avaient leur champs de vision bloquer par la contre-pub vivante pour les tablettes.

Cette parenthèse terminée, revenons en au principal … le show en lui-même. Sachez le, Lady Gaga est la plus jeune artiste à investir le Stade de France, dans lequel elle a réuni 75 000 spectateurs. On nous explique dans la presse que seules 1000 places n’auraient pas trouvé preneurs… Je suis un peu dubitatif car sur la « pelouse » il restait vraiment beaucoup d’espace et il est fort probable que les petits malins qui avaient acheté des tonnes de places pour les revendre à un prix exorbitants aient fait la pire affaire de l’histoire de leur business, il était d’ailleurs à 19.45 encore une bonne dizaine à brader des paquets de billets à la sortie du métro.

Le stade de France revu par Lady Gaga (via Ihateboys sur instagram)

Décors extravagants, tenues au gout certes discutable mais à l’originalité débordante, public déchainé, tubes planétaires et sens du contact et de la proximité… Gaga ne nous aura pas déçu ! Reconnue pour ses prestations extravagantes, la reine Gaga ne s’est néanmoins pas contenter de chanter du haut de son château de trois étages et à l’architecture évolutive au fil du concert. Elle a également fait le show au plus près du public grâce à une énorme avancée en forme d’arc de cercle u peu à l’image de ce que proposait U2 sur ses deux dernières tournées. Gaga appelle ce dispositif le Monster Pit («fosse aux monstres»), c’est aussi à l’intérieur de cet espace qu’elle récupère peu à peu ses fans les plus fidèles et qu’elle les fait monter sur scène car voyez vous, puisqu’il faut comparer les choses, c’est peut être là la grande, énorme, différence avec Madonna : Lady Gaga non seulement connait le nom de la ville dans laquelle elle chante mais en plus elle parle aux spectateurs et crée des souvenirs inoubliables pour ses fans.

J’ai le souvenir du « Rihanna show » de cette année à Bercy où l’insupportable gamine prétentieuse s’est contentée de lever une coupe de champagne à la santé du public parce que c’était trop cool, « it’s a sold out show »… Pour son « sold out show » au Stade de France, Lady Gaga s’est posée un instant pour tenir un discours, certes politiquement correct, mais tellement « poli » et agréable à entendre : « je sais que vous travaillez beaucoup pour gagner de l’argent, je sais que les temps sont difficiles et je veux du plus profond de mon cœur vous remercier en mon nom et au nom des producteurs, des musiciens, des danseurs et de tous les artistes qui ont participer à ce show. Je vous vous remercier d’avoir fait l’effort d’acheter des billets pour venir faire la fête ici ce soir et c’est pourquoi je veux que demain matin vous ayez la pire gueule de bois de votre vie ».

Plus de deux heures de spectacles où s’alternent tubes planétaires, discours engagés pour l’égalité des droits et tête à tête avec de jeunes fans qu’elle fait danser devant 75 000 personnes en délire … probablement de futur candidats pour secret story avec comme « secret » improbable à découvrir : « j’ai fait le stade de France » ou « my love story de 12 minutes avec Lady Gaga » … plus surement encore de jeunes gens la tête pleine de rêves et de bonheur pour les 20 prochaines années qui risquent néanmoins d’avoir besoin d’une thérapie sur la même période pour redescendre sur terre…

l’hologramme, double maléfique de Lady Gaga

 J’ai donc aimé Lady Gaga parce que la musique est bonne, le show purement énorme, l’esprit bon enfant voire familial et parce qu’on en a pour notre argent. Oui c’est une folle furieuse mais une folle qui ne se contente pas de monter sur scène de suivre les instructions de son metteur en scène et qui se casse, non  comme le confirme Jessica Rat présente pour l’Express, le public n’assiste pas à un simple concert, mais à un spectacle complet; une véritable pièce de théâtre, découpé en plusieurs actes. On voit une Lady Gaga qui doit combattre son double maléfique, “Mother G.O.A.T.” (L’hologramme d’une tête flottante enfermée dans un diamant en néon au-dessus de la scène) et qui parviendra à l’achever au terme de deux heures d’un show, au cours duquel elle enchaîne ses tubes – Born this Way, Bad Romance, Judas, Just Dance, Alejandro, Poker Face, etc.- et prêche l’affirmation de soi et la tolérance.  Un Show complet entrecoupé de phrases prononcé avec un (je cite et confirme) « français merdique » et des apartés parfois un peu longs qui cassent le rythme de la mise en scène mais qui font de ce spectacle un moment plus humain et partagé.

Tu sais quoi Lady Gaga et bien je reviendrai !

4 thoughts on “J’ai rencontré Lady Gaga au Stade de France

    1. oh lors de ton dernier commentaire tu étais seul responsable de la mauvaise foi à croire que tu es victime d’une influence étrange pour te pousser à la polémique depuis quelques mois 🙂 j’éructais littéralement en lisant ton analyse ! pour le reste je suis un cas désespéré même si, en l’occurrence l’article en question a été validé par le correcteur de word …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *