J’ai rencontré Freemobile

Share

Fin août 2011 alors que je glissais doucement hors de mon canapé mon HTC desire s’évadait quant à lui discrètement de ma poche pour choir quelques centimètres plus bas, approximativement 30 ou 40, et faire un léger “ploc” sur le parquet. La bête était habituée à ce genre de mésaventures et je la laissais là quelques minutes jusqu’à ce qu’un de mes acolytes de bière ne la fasse sonner pour connaitre l’heure de notre rendez vous nocturne. Vous imaginez bien la suite, le téléphone sonne mais l’écran reste noir, à jamais. Me voici donc courant comme un pauvre diable vers la boutique Bouygues Telecom la plus proche pour transformer ma myriade de points de fidélité, et un chèque de 50 euros, en un tout nouveau HTC desire S couplé à un réabonnement de 12 mois à 45€ par mois.

Il a tout compris?

FreeMobile passa par là et je vis peu à peu tout mon entourage, ou presque, basculer chez Free, B&You ou Virgin mobile pour des forfaits allant de 15 à 25 € par mois et des communications illimitées … disons le je bave et m’impatiente depuis des mois… Arrive Aout 2012 et la fin de mon abonnement chez Bouygues. A priori je ne suis pas le seul a compter les semaines puisque à compter de juin 2012 pas une semaine ne passe sans que j’ai la chance de recevoir, matin, midi ou soir un appel en numéro masqué qui commence par “bonjour je m’appelle machin, je suis votre conseiller chez Bouygues Telecom. Pour vous remercier de votre fidélité (tu m’étonnes) Bouygues a une offre exceptionnelle à vous proposer…”

Au terme d’une rapide étude de cas j’en viens à réaliser que deux options me conviennent : Freemobile à 15€ par mois ou B&You à 19€ par mois. Je me décide donc à lancer la controverse le 28 aout sur mon mur Facebook : “grande question de ce mois d’aout … Freemobile ou b&you?”

Le résultat est discutable : 3 pour Free, 3 pour B&You et 1 aucun des deux. Il y a aussi la participation efficace de mes deux  spécialistes préférés de ces questions que je résume ici :

S – moi je vais fuir Bouygues à terme, mais Free je sais pas ce que ça va donner une fois coupé le cordon orange…reste que sur le réseau Bouygues j’ai cherché la 3G tout l’été sans la trouver, je mettrais peut être le prix pour aller chez SFR ou Orange du coup, au moins leur client peuvent aller sur facebook depuis la plage o-o 

P – entre les deux, je n’hésite pas une seconde, je vais vers Free. Free débute avec les inconvénients du débutant, mais Free est très innovant. B&Y copie l’offre de Free et est celui des 4 opérateurs qui est, techniquement, le plus nul avec le réseau le plus difficile à capter. Voici mon petit argumentaire rapide et sans prétention. Ce n’est que mon avis bien sûr.

S – Franchement autant niveau gsm bouygues porte une mauvaise réputation qui n’est plus méritée depuis 10 ans autant le data c’est la cata. Ne pas capter le Edge dans certaines rues de Montreuil à 800m.de Paris ça craint. Tout comme ne pas le capter sur le littoral au mois d’aout. Pire je suis sur que toutes les requêtes effectuées en bas débit et qui n’aboutissent pas sont comptées dans les enveloppes data sinon il est impossible que j’atteigne mes paliers or les je les explose toutes les mois.

Je me décide pour Free pour les raisons suivantes : 1/ c’est l’offre la moins chère puisque je suis abonné Free Révolution 2/ c’est sans engagement donc si le réseau est trop pourri j’irai voir ailleurs 3/ j’ai envie de remercier Free pour tout ce que cette société a fait en France dans le domaine de la communication comme l’invention des box, la baisse des prix de l’Internet puis du mobile, la mise en place d’un illimité crédible …

C’est donc très décidé que je me lance sur le site de FreeMobile le samedi 1er septembre. Je remplis le formulaire de demande de ligne avec la portabilité du numéro et laisse le soin  à Free de résilier mon abonnement chez Bouygues. Je reçois un mail automatique m’indiquant que ma ligne sera activée sous 10 jours mais le lundi 3 septembre je reçois un texto de Bouygues m’indiquant que ma résiliation sera effective jeudi 7 … à compter de ce moment et jusqu’au jeudi je reçois chaque jour deux appels du service clientèle de Bouygues pour me couvrir de cadeaux incroyables … too late boys… et le lendemain, mardi 4, miracle je reçois le sésame, ma carte SIM Free par la poste.  Jeudi  7 à midi je suis un communiquant LIBRE.

C’était il y a 8 jours. Une grosse semaine pendant laquelle j’ai donc testé ce réseau que la plupart des gens disent mauvais sans l’avoir essayer. Mon compte rendu honnête est le suivant :

En termes de “téléphonie” le niveau est exactement le même que Bouygues je reçois partout où je recevais avant et c’est faiblard au mêmes endroits. Pour ce qui est des connexions Data/Internet il faut reconnaître que Free n’est pas encore au niveau … impossible de se connecter  à Internet dans les rames du métro parisien ou dans un TGV en route vers Montpellier sauf quand il s’arrête en gare…

Dans Paris la connexion internet est excellente principalement grâce au réseau des Freebox. Utilisateur de Free wifi je découvre avec amusement que ce wifi gratuit ouvert à tous les détenteurs de freebox est en fait bridé pour les téléphones abonnés chez d’autres opérateurs que freemobile. Ainsi quand freewifi se connectait dans la rue à la FB du coin le réseau était souvent rapidement perdu et faible. Désormais mon téléphone semble scotché à la première FB qui passe avec un réseau de malade  et d’une grande stabilité. Je réalise peu à peu que sur les trottoirs parisiens 80 % de mes connections data passent désormais par Freewifi plutôt que par la 3g.

Pour tout vous dire je ne me trouve finalement pas dépourvu du tout et plutôt satisfait d’économiser 30€ par mois pour une qualité de service relativement comparable à ce que j’avais … encore une fois je dis merci à Xavier Niel

3 thoughts on “J’ai rencontré Freemobile

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *