On m’a volé mon désir

Share
notre nouvelle identité ... les marques

Au risque d’enfoncer une porte ouverte, ce qui est reconnaissez le nettement plus agréable et moins dangereux que de s’attaquer à la même porte fermée à double tour, je suis pris d’un doute existentiel profond … suis-je devenu moi aussi une marque ambulante, un panneau d’affichage qui n’aurait d’humain et de social que ce qui finalement ressort (trop rapidement) de mon compte bancaire ?

Ah oui je vous avais prévenu … c’est du lourd, de l’existentiel, du philosophique !

J’entendais ce matin dans les couloirs sans fin de mon administration un pauvre hère se lamenter là aussi sans fin sur une perte inconsolable : « j’ai perdu mon Iphone »… sur l’instant un flash se fit en mon esprit de sale grincheux malhonnête et je me suis félicité de ne pas avoir perdu moi aussi le téléphone qui sert d’extension à mon bras et à mon cerveau ! Pensez-y je suis l’heureux détenteur d’un HTC Desire S… je me suis imaginé entouré de mes collègues, principalement féminines, pleurant à chaudes larmes et lâchant au milieu de deux sanglots : « j’ai perdu mon désir » !

C’est une histoire vieille comme le monde contemporain… depuis le XXème siècle, à coup de marketing bien senti, les choses perdent leur nom générique pour se voir accoler celui d’une marque ou d’un produit. Je ne vous ferai pas l’affront de vous conter la saga du célèbre Monsieur Frigidaire et de son petit nom « frigo » … si  bien sur je déconne je vais vous en parler ! En fait il n’y a pas plus de Monsieur frigidaire que de Monsieur Apple ou même de Monsieur Hugo Boss ! Frigidaire est en fait une marque déposée créée par General Motors en 1918, le nom en ayant été choisi par son fondateur William Crapo Durant (merci Wikipédia). Dans plusieurs pays comme la France ou le Québec le réfrigérateur était inconnu avant l’arrivée du « frigidaire » de GM et c’est donc par antonomase, que le nom de la marque a supplanté le nom générique. (je suis sympa je laisse le lien pour la définition d’antonomase…)

C’est exactement le coup tenté par Apple pour son Iphone … premier vrai smartphone connu sur cette terre : le nom du produit est venu remplacer « smartphone » et a presque tué également notre bon vieux téléphone ! C’était sans compter sur  la concurrence qui a son tour à balancer d’autres produits avant que le nom ne puisse s’imposer définitivement.

Cette question lexicale m’amène presque naturellement à l’autre interrogation qui me tarabuste depuis quelques temps : celle de notre patriotisme commercial. Je ne parle pas ici de l’appel à acheter Français lancé par notre ministre de la communication industrielle mais à notre attachement viscéral à certaines marques et produits qui peut parfois être au cœur de conversations de trottoirs et terrasses. L’un adule Apple et l’autre ne veut entendre parler que de Google. L’un se refuse à fouler la terrasse de tel bar quand l’autre s’interdit la terrasse d’en face comme si finalement nous étions actionnaires de l’endroit où nous payons de toutes façons la bière un prix exorbitant !

Les premiers commerciaux à avoir réussi ce pari insensé de faire de nous des consommateurs engagés derrière une marque sont les entreprises de luxe. La parfumerie est l’exemple le plus frappant tant les femmes sont depuis la fin du XIXème siècle attachées à une odeur en particulier à laquelle elles s’identifient jusqu’au drame le jour où la marque disparait. On en perd tout sens de la mesure quand le Google fan refuse de reconnaitre que la firme américaine est un danger pour les libertés publiques tant elle maitrise toutes les informations personnelles de ses clients ; mais aussi l’Apple Boy quand lui nie en bloc que la firme à la pomme arnaque continuellement ses clients en vendant à un prix scandaleux des nouvelles versions de téléphones et de tablettes qui n’ont plus rien de « révolutionnaire » si ce n’est l’usage imposé de Itunes qui est à la gestion téléphonique ce que le minitel est à un Ipad.

Le phénomène est lui même utilisé par d’autres marques et notamment Facebook qui vous permet de devenir ami avec votre  four à micro-ondes … pensez par exemple que 12 897 908 personnes ont déclaré “j’aime” Samsung Mobile sur Facebook… 2 026 790 J’aime pour la marque Milka et même 18 j’aime pour la compagnie de pompes funèbres Roc Eclerc … Alors donc non seulement tu payes le produit mais en plus tu en assures la promo auprès de tes amis et des réseaux sociaux … tout cela gratuitement … vous verrez un jour on payera pour faire la pub d’une marque …. et ce jour est arrivé … le tee shirt samsung est à vendre 15$ sur ebay...

Pepsi ou Coca, Apple ou Google, Renault ou … Peugeot ( ?)… nos fans de frigo ont encore de belles années devant eux …

4 thoughts on “On m’a volé mon désir

  1. Juste une précision : l’appel à acheter français a été lancé par François Bayrou au début de la campagne des présidentielles. Le gouvernement actuel s’est approprié cette idée, parmi beaucoup d’autres propositions du candidat centriste.

    1. tu as raison Ingrid mais par contre je ne suis pas bien certain de voir le rapport avec le présent post … 🙂

      1. Dans le texte : “Je ne parle pas ici de l’appel à acheter Français lancé par notre ministre de la communication industrielle….”. Mon intention n’est pas de chercher la petite bête, mais à force d’entendre les politiques de tous bords reprendre des propositions de Bayrou à leur compte…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *