J’ai rencontré le Manoir de Paris

Share

It’s close to midnight and something evil’s lurking in the dark
Under the moonlight you see a sight that almost stops your heart
You try to scream but terror takes the sound before you make it
You start to freeze as horror looks you right between the eyes,
You’re paralyzed

Le Manoir de Paris
Le Manoir de Paris

Nous avons tous en mémoire ces moments où une poutre grince, une ombre se faufile, un cri dans la nuit laisse filer le long de votre épine dorsale quelque frisson incontrôlé avant que le téléphone ne sonne … au bout du fil une voix méconnaissable vous l’affirme « I know what you did last summer… » genre un truc pas bien du tout qui va vous valoir, une bonne giclée de sang et la perte de votre chère tête adorée … en gros oui vous avez été adolescent !

En cette soirée d’Halloween 2012 j’ai moi aussi non pas été adolescent mais, à défaut de revivre cette période « bénie », j’en ai rencontré énormément dans les 2h30 de file d’attente qui me séparait du Manoir de Paris, file par ailleurs réservée aux personnes ayant acheté un ticket sur Internet … imaginez donc l’autre trottoir plein de celles et ceux, adeptes de frayeurs mais peu formés à la notion d’organisation d’un moment de convivialité collective …

Si vous aussi vous décidez comme beaucoup d’autres, mais pas tout le monde, de faire la queue pendant 2h30 ou si vous aussi vous décidez de faire un saut dans le temps et dans l’espace et de retrouver, par hasard une personne de votre connaissance placée 400 m plus haut dans la file d’attente  ce qui réduit d’autant votre présence sur les trottoirs du Xème arrondissement, alors vous aussi vous allez pénétrer au sein du Manoir de Paris …

Quand on m’a proposé cette attraction en plein cœur de notre capitale chérie je dois avouer que mon premier regard fut dubitatif…

Genre un train fantôme en pleine ville pour 20€ … genre ça me rappelle un peu l’arnaque londonienne du London Dungeon mais, l’esprit ouvert aux nouvelles expériences ne remettant pas en cause mon intégrité physique, sentimentale ou mentale ; je dis BANCO !

Nous entrâmes donc dans ce magnifique bâtiment qui est en fait celui des anciens magasins de vente des faïenceries de Choisy-le-Roi. C’est vraiment un lieu superbe construit à la fin de XIXème siècle et qui abrita outre les magasins suscités le musée de l’Affiche  jusqu’en 1990. Une petite recherche sur Internet vous apprendra que la façade sur rue, le vestibule avec son décor de céramique, l’escalier à balustres et la salle d’exposition avec son décor sont inscrits au titre des monuments historiques et vous l’admettrez lors de votre visite, cela est mérité tant l’ensemble est réussi.

Des légendes inventées de toute pièce ou empruntées à l’histoire londonienne pour justifier l’existence du musée

Notre fameuse Maison Hantée est installée dans les lieux depuis 2011. Sur son site Internet on accroche le badaud avec l’annonce suivante : « Découvrez Paris comme vous ne l’avez jamais vu. Suivez notre parcours unique et effrayant. Vous serez hantés par ses mystères et ses légendes. Explorez la grotte du Fantôme de l’Opéra. Laissez-vous tenter par la tourte du boulanger sanglant. Échappez au couteau du tueur à gages des Médicis. » Misère culturelle et historique … Bien sur Paris n’est pas Londres et comme nous autres nous sommes nettement moins tordus que nos sanglants cousins d’outre-Manche nous disposons de nettement moins de légendes noires courant les rues de noter bonne citée … donc il faut aller piquer les méchants chez nos voisins. En effet chers amis  point de boulanger sanglant à Paris. L’image est volée en fait à la légende de Sweeney Todd, barbier londonien qui assassinait ses clients avec son rasoir tandis que sa complice, Mrs. Lovett, se débarrassait des corps en les utilisant pour garnir ses tourtes à la viande… Pas non plus de tueurs à gages pour les Médicis famille de Florence qui donna deux reines à la France. Ces dernières étaient par ailleurs plus adeptes du poison que du tueur à gages et ne faisaient pas assassiner les gens du peuple mais plutôt les seigneurs qui lorgnaient de trop près le trône de leurs marmots … Reste le fantôme de l’Opéra. Grace soit rendue à  Gaston Leroux qui fit publié le roman « Le fantôme de l’Opéra » en 1910 … C’est grâce à lui que notre Manoir trouve sa raison d’être un siècle plus tard ! Je passe sur tous les évènements soit disant historiques ou légendaires présenté dans ce Manoir puisque aucun n’est ne serait-ce que légendaire et tous sont inventés pour donner du sens à la visite.

 Une plongée en obscurité pour adolescents

Ce mensonge initial ne gâchera pour le reste pas votre visite car en fait il fait tellement sombre dans les1000 m2 du parcours interactif que vous ne verrez quasiment rien du décor intérieur si ce n’est un passage que l’on suppose être emprunté à Notre Dame de Paris. Soyons honnêtes : la visite annoncée de 45 minutes se résume en fait à 15/20 minutes bien tassées soit 1€ la minute de « spectacle », hors les 2h30 de file d’attente bien sur… Il s’agit d’une véritable “promenade de santé” dont la qualité est bien supérieure à celles que l’on peut effectuer à Disneyland ou au Parc Astérix grâce au travail des nombreux intermittents du spectacle qui sont disposés tout au long du parcours et qui se jettent sur vous par surprise en poussant de grands AHHHHHH ou AHAHAHAHAH cela fait hurler les jeunes filles en fleurs et bomber le torse à peine velu de leurs petits copains qui après le hoquet de surprise gloussent comme des mâles en devenir … « même pas peur »… Des décors que l’on sent présents sans vraiment les voir, des acteurs qui vous font presser le pas à cause des gens dehors, très peu d’angoisse ni de spectacle… bienvenue au train fantôme mais à pieds … bienvenue à vos retrouvailles avec votre adolescence car, pour être totalement honnête, on s’amuse bien et on ne pouvait en fait attendre autre chose que ce que nous avons eu… Nous le savions avant d’entrer ce n’est pas une arnaque, juste une attraction joyeuse et sympathique ce qui est rarement le cas à Paris.

Un petit conseil pour finir :

ne vous laissez pas faire quand on tentera de vous presser. Laissez des espaces entre votre groupe et celui devant vous sinon ses hurlements gâcheront votre surprise et votre plaisir … Pour le reste laissez vous aller, ne réfléchissez pas et laissez vous surprendre par la peur …. ENJOY

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *