L’eglise face au mariage des … prêtres

Share
Mariage des prêtres, quand la tentation est trop grande

Contrairement aux rumeurs que des humoristes de mauvais gout aiment à répandre sur l’Eglise catholique, cette dernière n’est pas le refuge d’obsédés sexuels en cure de désintoxication. C’est une organisation cultuelle dont l’écrasante majorité des membres sont des hommes et des femmes respectables. Alors bien sur l’Eglise est toute entière tournée vers son combat contre la destruction des valeurs puis de la race humaine qu’entrainerait immanquablement le droit au mariage et à l’adoption pour toutes et tous. Bien sur l’Eglise n’a pas de temps à accorder à la question de la place de la femme en son sein. La femme, cette sous catégorie humaine qui ne peut ni devenir prêtre ni envisagée d’accéder à des postes de responsabilités dans l’entreprise de Saint Pierre … Point de femme évêques, cardinales ou pire encore … papesse. La femme  est limitée au rôle de “bonne” sœur et dispose de sa propre hiérarchie ecclésiastique, spécifique à son sexe.

Je fais preuve de mauvais esprit… contrairement à une légende entretenue par des polémistes parpaillots de la grande époque des guerres de religions, l’Église n’a jamais mis en doute que les femmes aient une âme. Il n’y a jamais eu de concile pour leur reconnaitre cette qualité. Wikipédia nous signale à l’occasion une simple “difficulté d’ordre linguistique” des débats du synode de Mâcon … La femme est donc un animal doté d’une âme Dieu soit loué ! Saint Paul l’a d’ailleurs rappelé de manière stricte, au sein de l’Eglise, “Il n’y a ni Juif, ni Grec ; il n’y a ni esclave ni homme libre ; il n’y a ni masculin ni féminin ; car tous vous ne faites qu’un dans le Christ Jésus.” (Ga 3. 27-28) Qu’importe donc qu’il n’y eu jamais que des papes européens (à peine un anglais une fois), qu’importe finalement que la femme soit la servante soumise si telle est sa nature, l’Eglise ne change pas au gré des vents violents de la société.Enfin c’est souvent ce que l’on croit car à bien relire les saintes écritures, à se pencher sur la réalité de la pensée catholique d’origine on découvre avec effroi que ce que l’on nous enseigne dans certaines de nos églises n’est finalement qu’une trahison violente des principes et des écritures. Une trahison qui s’est construite année après année pendant 2000 ans .

“Qu’est-il arrivé pour que, au cours de l’histoire de l’Église, surtout depuis trois siècles, toute revendication d’autonomie, de liberté apparaisse comme révolutionnaire dans l’Église. Comment les sujets-individus, les citoyens, les masses  ouvrières, les pauvres, les femmes… n’aient jamais pu parler de respect, de dignité, d’autonomie, de liberté sans voir se dresser parmi leurs ennemis la sainte institution de l’Église du Christ… son clergé, ses autorités… drapées pourtant de multiples couvertures nobles: service, vérité, infaillibilité? L’histoire, hélas, porte les cicatrices de ces errements dans tout le monde chrétien de l’Occident comme de l’Orient, chez les catholiques comme chez les protestants! ” (Pierre-René Côté – La place de la femme chez saint Paul – Se parler droit dans les yeux de certains problèmes – Festival biblique du Montmartre Canadien – 2008). L’Église passe son temps à dénoncer les pailles de nos pauvres yeux fatigués laissant ainsi, mine de rien, les poutres défoncer allègrement les saintes rétines de nos prélats…

S’il y a une question qui hérissent le poil blanchi des dits prélats c’est bien celui du mariage … pas du mariage des gays mais du mariage tout court … en quelques mots l’Eglise connait bien sa politique en la matière : Mariage = pas touche !

Ainsi, la question de l’ouverture du mariage aux prêtres revient (elle aussi) régulièrement à l’ordre du jour et le sujet provoque toujours de l’effarement du côté de Saint Pierre de Rome. Cela n’empêche néanmoins pas nos donneurs de leçons de vivre maritalement et parfois même de procréer malgré l’interdit qu’ils s’appliquent… On comprend mieux la position de l’Eglise quant au mariage homosexuels … elle est symétrique à sa position concernant le mariage des prêtres … vis ta vie mais n’officialise surtout pas et évite les relations charnelles autant que possible !

Seulement les choses se compliquent quelque peu quand, devenue vieille, la donzelle à monsieur le Curé se la joue rebelle !

Ainsi le tribunal administratif de Strasbourg doit se prononcer ce mercredi sur la requête de  la “veuve” d’un ancien prêtre, mère de ses deux enfants, qui réclame à l’Etat une pension de réversion. L’Etat en verse déjà aux veuves des rabbins et les veufs et veuves des pasteurs d’Alsace et de Moselle, encore sous régime concordataire (sans séparation de l’Eglise et de l’Etat). Ces femmes ignorées par l’Eglise catholique seraient en fait plusieurs centaines en France même si leur clandestinité rend le comptage pour le moins hasardeux … Selon la Fédération européenne de prêtres catholiques mariés (et oui ça existe) depuis les années 70 «plus de 100.000 prêtres catholiques, partout dans le monde (…), soit un quart des effectifs, se sont mariés et ont été forcés de quitter leur ministère, parfois aussi leur milieu, leur famille, leur lieu d’habitation», écrit la Fédération sur son site internet, sans préciser la source de ce chiffre.

Dans le cas que doit examiner la justice ce mercredi, le prêtre retraité a touché sa pension versée par le ministère du Budget. Quand il est mort en 2010, sa veuve n’a eu droit à rien au motif que le droit local d’Alsace-Moselle ne prévoit pas de pension de réversion pour les veuves de prêtres, contrairement aux veuves et veufs de rabbins et de pasteurs qui sont assimilés à des fonctionnaires du cadre local pour leur traitement et pension depuis la loi du 15 novembre 1909, promulguée sous l’Empire allemand. De fait, les prêtres ne sont pas censés avoir de femme…

Dans le reste de l’Hexagone, en plus de compléments versés par les diocèses, les pensions de retraite sont versées par la Cavimac, la Caisse d’assurance vieillesse invalidité et maladie des cultes, un organisme sous tutelle de l’Etat. «Il arrive que des femmes d’anciens prêtres touchent une pension de réversion», précise Haïhau Long, gestionnaire retraite de la Cavimac, sans être en mesure de fournir des chiffres et des montants à Sipa. «C’est du cas par cas. Elles le touchent au même titre qu’elles peuvent aussi toucher une pension de la caisse de régime général», dans le cas où par exemple, leur mari avait exercé une activité de professeur après celle de prêtre. (sources 20 minutes)

Alors si je résume bien les débats actuels, en cas d’adoption du texte légalisant le mariage gay, un prêtre qui renoncerait à son ministère pour épouser un homme assurerait une pension de réversion à son conjoint gay … je crois que nous ne sommes pas au bout de nos peines même si le cas est improbable puisque un prêtre n’est pas davantage censé être gay qu’être marié !

Pourtant en juillet 2010, le magazine Panorama, propriété du groupe Mondadori contrôlé par Silvio Berlusconi et donc plutôt conservateur publiait les résultats d’une enquête sur  «Les folles nuits des prêtres gays : Un journaliste de Panorama a vécu au milieu des homosexuels de Rome, et pendant presque un mois a assisté aux vices et perversions de prêtres insoupçonnables ayant une double vie.»  Si le Vatican a immédiatement réagi en affirmant la détermination du Saint-siège à “poursuivre avec rigueur (…) tout comportement indigne de la vie sacerdotale”, cela n’empeche pas de s’interroger sur les valeurs exactes d’hommes qui s’expriment chaque jour contre les gay mais qui dans le même temps se livrent de nuit à des pratiques exactement contraires à leurs déclarations… pour peu que Christine Boutin soit bientôt prise en photo en pleine relation extra conjugale avec papi Dassault et le monde sera sauvé !

Mise à jour de dernière minute : Par jugement du 14 novembre 2012, le Tribunal administratif de Strasbourg fait droit aux demandes de Madame B. en lui attribuant une pension de réversion et en lui faisant bénéficier du trimestre de grâce à la suite du décès de son époux, ancien ministre du culte catholique.

3 thoughts on “L’eglise face au mariage des … prêtres

  1. via G+
    je dis ca je dis rien mais le lobby gay de Saint Pierre de Rome c’était dans Itsgoodtobeback le 14 novembre dernier 🙂

    1. via G+
      C’est ce qu’on appelle avoir un temps d’avance… Mais si le lobby fait “plier” le pape, je leur tire mon chapeau. Un minorité vainqueure face à la majorité ? c’est David contre Goliath revisité ! Comme quoi, on ne peut jurer de rien !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *