J’ai découvert les versets sataniques de Gilbert Sinoué

Share
C’était Jésus

Je ne vous cacherai pas chers lecteurs que j’ai une affection particulière pour Gilbert Sinoué. Certains de ses livres tels  Le Livre de saphirLe Dernier Pharaon et Avicenne ou la route d’Ispahan, ont fait de mes nuits des moments de rêves et de bonheurs comme seule la lecture peut en provoquer. C’est donc sans aucune appréhension que je me suis lancé dans la lecture de son Moi, Jésus. Nous sommes le 19 avril de l’an 30 de notre ère. Trahi par Hérode, abandonné de tous ses apôtres, condamné par le Sanhédrin qui arrache à Pilate une sentence de mort, un Galiléen agonise au terme d’un effroyable supplice. Cet homme, que l’on appelle Jésus, est mis au tombeau le soir même.  Pourtant, lorsque, à l’aube du troisième jour, les femmes se rendent auprès de sa dépouille, elles ne retrouvent que son linceul.

Jusque là rien de bien nouveau, pas grand chose d’iconoclaste ou, comme l’affirme la critique de “captivant”. Gilbert Sinoué « ressuscite » une nouvelle fois  Jésus de Nazareth mais là où les choses se compliquent c’est quand il transforme l’Histoire en l’une des plus grandes énigmes de l’Histoire : Jésus est il mort sur la croix ?

Derrière l’apparente narration des heures et jours qui suivirent le sacrifice célébré par les Chrétiens, Gilbert Sinoué nous fait entrer dans une sorte de “faite entrer l’accusé” et dans ce cas bien précis, l’accusé c’est l’Eglise. L’auteur semble se venger, au travers d’une charge d’une incroyable force, de ses années de jeunesse passées sous la férule des éducateurs jésuites. L’auteur explique  “Ce Jésus, je l’ai porté plus de vingt ans…obsédé par le désir d’écrire un ensemble vrai, fondé sur sur des vérités incertaines” et c’est la toute la trame du récit qu’il nous offre, une remise en cause systématique des vérités bibliques. Gilbert Sinoué se couvre de l’autorité de l’historien qu’il n’est point pour pointer du doigt chaque approximation des textes sacrés chrétiens : la conception virginale de Jésus, sa date de naissance, son lieu de naissance, le nombre des apotres ou la conséquence du coup de lance … C’est une véritable croisade que mène l’auteur, une croisade dérangeante puisque pour nier les écrits de la Bible, l’auteur choisi de faire parler Jésus Christ lui même qui condamne par avance sa propre Eglise expliquant qu’on ne peut faire nulle confiance en ceux qui viendront à lui succéder.

Nul doute qu’écrit sur d’autres religions un tel livre aurait provoqué au mieux des émeutes, au pire une révolution mais voilà, quand il s’agit de la chrétienté ne peut on pas tout se permettre ?

Il y a quelques années de cela je passais le bac de Français et le sujet était “le personnage principal d’un roman doit il toujours être un héros?” J’avais voulu faire le malin et avais construit toute ma dissertation  sur le personnage principal de la Bible : Jésus Christ et pour tout vous dire je n’avais pas eu le même succès que Gilbert Sinoué …

1 thought on “J’ai découvert les versets sataniques de Gilbert Sinoué

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *